CANADA : Harper présidera un comité chargé de la sécurité nationale

Région :
Analyses:

Les questions de défense et de sécurité tiendront le haut du pavé au sein du gouvernement Harper, alors que le premier ministre a mis sur pied un comité du cabinet chargé de la sécurité nationale, un geste très rare. C’est Stephen Harper lui-même qui présidera ce groupe de huit ministres.

Ce comité, qui n’existait pas précédemment, a pour mandat de «définir les orientations stratégiques relatives aux politiques de la sécurité et étrangères liées à l’intérêt national du Canada et de superviser les interventions canadiennes pour la sécurité nationale», peut-on lire dans la description du comité. Le ministre de la Sécurité publique, Vic Toews, en est le vice-président. Les ministres Peter MacKay (Défense), Rob Nicholson (Justice), Bev Oda (ACDI), John Baird (Affaires étrangères), Jason Kenney (Immigration) et Denis Lebel (Transports) siègent aussi à cette table.

L’élaboration des politiques et les décisions qui en découlent sont souvent prises dans les différents comités du cabinet avant d’être soumises à l’ensemble du Conseil des ministres. Leur rôle est donc crucial.

Une rareté

La mise en place d’un Comité permanent sur la sécurité nationale est rare au Canada. En 2001, après les attentats terroristes aux États-Unis, Jean Chrétien avait créé le comité ministériel sur la sécurité publique et l’antiterrorisme, composé de 10 ministres. Mais lui-même n’y siégeait pas. Ce comité a disparu deux ans plus tard. Généralement, les questions de sécurité nationale étaient traitées au sein d’autres comités, notamment celui des priorités ou des affaires étrangères et de la défense.

Il n’y a aucun doute que la création d’un comité permanent du cabinet envoie le signal que c’est une «priorité claire» du premier ministre, selon Philippe Lagassé, spécialiste des questions de défense à l’Université d’Ottawa. «Ça fait quelques années que le gouvernement cherche à mieux traiter les enjeux de sécurité nationale. On a d’abord pensé à donner un plus grand rôle au conseiller du premier ministre sur la sécurité ou encore à créer un bureau spécial au sein du Conseil privé. Visiblement, le gouvernement a choisi un comité du cabinet», dit-il. Ce comité aura un oeil sur les opérations au Canada, mais aussi sur ce qui se passe à l’étranger. Terrorisme, cyberattaque, relations avec les États-Unis (le périmètre de sécurité), service de renseignements, etc.

Stéphane Roussel, titulaire de la Chaire de recherche en politiques étrangères et de défense canadiennes à l’UQAM, note que l’autre comité du cabinet qui touche aux dossiers de sécurité, celui des affaires étrangères et de la défense, est présidé par Peter MacKay. John Baird, le ministre des Affaires étrangères, est seulement vice-président. «Ça semble donner corps à cette idée de redonner au Canada sa place dans le monde, comme l’affirme Harper, et ceci semble passer par des politiques plus musclées. C’est cohérent avec les valeurs conservatrices de promotion de la loi et de l’ordre», dit-il.

Mission en Libye

Ces comités auront beaucoup de pain sur la planche, avec les missions militaires en Afghanistan et en Libye. Dans ce dernier cas, les Forces canadiennes ont d’ailleurs annoncé hier que les effectifs de l’opération Mobile, la contribution du Canada à l’effort de l’OTAN, atteignent maintenant 600 soldats. Au départ de la mission, le 19 mars, ils étaient seulement 150 militaires.

Les six avions de chasse CF-18 canadiens ont effectué 324 vols et largué près de 240 bombes guidées au laser en Libye jusqu’à présent. Les deux avions de surveillance canadiens CP-140 Aurora ont quant à eux effectué 52 vols. Deux avions ravitailleurs Hercule, un appareil ravitailleur CC-150 Polaris, un hélicoptère Sea King et un navire (le Charlottetown) sont aussi déployés. Combien a coûté cette mission jusqu’à présent? Impossible de le savoir pour l’instant. «Le processus d’évaluation est en cours et ce sera au gouvernement de rendre publique cette information au moment où il le jugera approprié», a soutenu hier le brigadier-général Richard Blanchette, des Forces canadiennes.



Articles Par : Global Research

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]