Cessez-le-feu : les manipulations sordides entre Israël et les États-Unis sautent aux yeux

L’escalade des attaques israéliennes dans la bande de Gaza a un impact dévastateur sur les enfants et leurs familles.

Des milliers d’enfants ont été tués et des milliers d’autres blessés. On estime à plus de 1,9 million le nombre de personnes déplacées à l’intérieur de la bande de Gaza, dont la moitié sont des enfants. Elles n’ont pas un accès suffisant à l’eau, à la nourriture, au carburant et aux médicaments. Leurs maisons ont été détruites, leurs familles ont été tuées ou séparées.

Les médias occidentaux prétendent que les efforts de l’Occident pour obtenir un cessez-le-feu sont sérieux. Mais il est clair qu’un autre scénario a été écrit à l’avance.

Il n’est pas nécessaire d’être devin pour comprendre que le plan de match israélo-américain pour Gaza se devrait se dérouler comme suit :

1. En public, Joe Biden se montre « exigeant » envers Netanyahou, l’exhortant à ne pas « envahir » Rafah et faisant pression sur lui pour qu’il autorise une plus grande « aide humanitaire » à Gaza.

2. Mais déjà, la Maison Blanche prépare le terrain pour subvertir son propre message. Elle insiste sur le fait qu’Israël a proposé un accord « extraordinairement généreux » au Hamas – un accord qui, selon Washington, équivaut à un cessez-le-feu. Ce n’est pas le cas. Selon les rapports, le mieux qu’Israël ait offert est une « période de calme durable » non définie. Même cette promesse n’est pas fiable.

3. Si le Hamas accepte l’ « accord » et consent à restituer certains des captifs, les bombardements diminuent pendant un court laps de temps mais la famine s’intensifie, justifiée par la détermination d’Israël à remporter une « victoire totale » contre le Hamas – ce qui lui est totalement hors de portée. Cela ne fera que retarder de quelques semaines le passage d’Israël à l’étape 5 ci-dessous.

4. Si, comme cela semble plus probable, le Hamas rejette l’« accord », il sera dépeint comme la partie intransigeante et accusé de chercher à poursuivre la « guerre ». (Note : il n’y a jamais eu de guerre. Seul l’Occident prétend que l’on peut être en guerre contre un territoire que l’on occupe depuis des décennies, ou que le Hamas a « déclenché la guerre » avec son attaque du 7 octobre, alors qu’Israël bloque l’enclave, y crée le désespoir et la malnutrition depuis 17 ans). Hier soir, le secrétaire d’État américain Anthony Blinken a fait avancer ce scénario en déclarant que le Hamas était « la seule chose qui se trouve entre la population de Gaza et un cessez-le-feu…. Ils doivent prendre une décision et ils doivent le faire rapidement ».

5. Les Etats-Unis annonceront qu’Israël a élaboré un plan humanitaire qui répond aux conditions posées par Biden pour le lancement d’une attaque sur Rafah.

6. Cela donnera aux États-Unis, à l’Europe et à la région le prétexte pour rester en retrait alors qu’Israël lancera l’assaut tant attendu – une attaque dont Biden a déjà affirmé qu’elle constituerait une « ligne rouge » et qu’elle entraînerait des pertes civiles massives. Tout cela sera oublié.

7. Comme le rapporte Middle East Eye, Israël construit un anneau de points de contrôle autour de Rafah. Netanyahou suggérera, en mentant comme à l’habitude, que ces points de contrôle garantissent que son attaque respecte les conditions fixées par le droit humanitaire international. Les femmes et les enfants seront autorisés à sortir – s’ils parviennent à atteindre un point de contrôle avant que le tapis de bombes israélien ne les tue en chemin.

8. Tous les hommes à Rafah, ainsi que les femmes et les enfants qui restent, seront traités comme des combattants armés. S’ils ne sont pas tués par les bombardements ou les décombres, ils seront sommairement exécutés ou emmenés dans les chambres de torture israéliennes. Personne ne mentionnera que les combattants du Hamas qui se trouvaient à Rafah ont pu sortir par les tunnels.

9. Rafah sera détruit, laissant toute la bande en ruine, et la famine provoquée par Israël s’aggravera. L’Occident lèvera les bras au ciel, dira que c’est le Hamas qui a provoqué cette situation à Gaza, s’interrogera sur ce qu’il convient de faire et fera pression sur les pays tiers – en particulier les pays arabes – pour qu’ils mettent en place un « plan humanitaire » visant à reloger les survivants hors de la bande de Gaza.

10. Les médias occidentaux continueront à décrire le génocide israélien à Gaza en termes purement humanitaires, comme si ce « désastre » était un acte de Dieu.

11. Sous la pression des États-Unis, la Cour internationale de justice, ou Cour mondiale, ne sera pas pressée de rendre un arrêt définitif sur la question de savoir si la thèse de l’Afrique du Sud selon laquelle Israël commet un génocide – qu’elle a déjà jugée « plausible » – est prouvée.

12. Quelle que soit la décision finale de la Cour mondiale, et il est presque impossible d’imaginer qu’elle ne conclura pas qu’Israël a commis un génocide, il sera trop tard. La classe politique et médiatique occidentale sera passée à autre chose, laissant aux historiens le soin de décider de ce que tout cela signifiait.

13. Entre-temps, Israël utilise déjà les précédents qu’il a créés à Gaza, et son érosion des principes établis de longue date du droit international, comme modèle pour la Cisjordanie. Prétextant que le Hamas n’a pas été complètement mis en déroute à Gaza et qu’il utilise cette autre enclave palestinienne comme base, Israël intensifiera progressivement les pressions sur la Cisjordanie en imposant un nouveau blocus. Et ainsi de suite.

C’est le plan probable. Notre tâche consiste à faire tout ce qui est en notre pouvoir pour les empêcher d’en faire une réalité.

Jonathan Cook

 

Article original en anglais communiqué par l’auteur

Traduction : Chronique de Palestine

Image en vedette : L’escalade des attaquesisraéliennes dans la bande de Gaza a un impact dévastateur sur les enfants et leurs familles. Des milliers d’enfants ont été tués et des milliers d’autres blessés. On estime à plus de 1,9 million le nombre de personnes déplacées à l’intérieur de la bande de Gaza, dont la moitié sont des enfants. Elles n’ont pas un accès suffisant à l’eau, à la nourriture, au carburant et aux médicaments. Leurs maisons ont été détruites, leurs familles ont été tuées ou séparées – Photo : Unicef

*

Jonathan Cook a obtenu le Prix Spécial de journalisme Martha Gellhorn. Il est le seul correspondant étranger en poste permanent en Israël (Nazareth depuis 2001). Ses derniers livres sont : « Israel ad the Clash of Civilisations : Iraq, Iran and the to Remake the Middle East » (Pluto Press) et « Disappearing Palestine : Israel’s Experiments in Human Despair » (Zed Books).

Consultez son site personnel.



Articles Par : Jonathan Cook

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]