Print

C’est l’empire étasunien qui va s’écrouler, pas le pays lui-même
Par Ulson Gunnar
Mondialisation.ca, 23 décembre 2019
New Eastern Outlook 9 décembre 2019
Url de l'article:
https://www.mondialisation.ca/cest-lempire-etasunien-qui-va-secrouler-pas-le-pays-lui-meme/5640002

L’effondrement d’une nation entière est aussi spectaculaire que rare. Pour qu’une nation cesse tout simplement d’exister, elle doit subir une défaite absolue dans tout l’éventail de ce qui constitue une nation, c’est-à-dire sur les plans économique, militaire, culturel, social et politique.

Ce qui est beaucoup plus courant, c’est le passage d’organisations socioéconomiques, politiques et militaires existants et dominants à de nouveaux ordres dirigés par des intérêts spéciaux nouveaux et émergents. Cela peut se produire rapidement et violemment, ou se dérouler sur le long terme, avec des hauts et des bas et des processus à la fois constructifs et destructeurs qui s’entremêlent.

Pour les États-Unis, un grand pays ayant la troisième population de la planète, la plus grande puissance militaire et encore aujourd’hui la plus grande économie, il est impossible qu’ils subissent une telle défaite, à tous les niveaux. Ce qui n’est par contre pas impossible, c’est que la petite poignée d’intérêts spéciaux qui dirigent actuellement la politique étrangère et intérieure des États-Unis se trouve renversée par un nouvel ordre composé d’intérêts spéciaux entièrement différents et, espérons-le, d’intérêts spéciaux qui refléteront mieux les intérêts des États-Unis dans leur ensemble et fonctionneront de manière plus durable au milieu des nations du reste du monde plutôt que de planer au-dessus d’elles.

C’est un processus qui est déjà en cours.

L’ordre dominant des États-Unis est en train de s’estomper

Les intérêts particuliers qui animent actuellement la politique étrangère et intérieure des États-Unis sont centrés autour de Wall Street et de Washington et représentent un réseau de plus en plus irréaliste, insoutenable et archaïque, fondé sur des monopoles bancaires, énergétiques et industriels traditionnels.

Bon nombre des outils utilisés par ces groupes d’intérêts spéciaux pour maintenir et accroître leur pouvoir et leur influence, dont les médias de masse, le lobbying intensif, les réseaux voués à la subversion politique à l’étranger et les distractions politiques au pays, se révèlent de moins en moins efficaces à mesure que le peuple américain et les nations du monde entier se familiarisent avec ces méthodes et commencent à élaborer des contre-mesures efficaces.

Alors que les intérêts spéciaux américains consacrent un temps apparemment immense à contrer la « propagande russe ou chinoise », ce sont surtout les médias alternatifs aux États-Unis mêmes et dans les pays partenaires qui ont le plus fait pour dénoncer et diminuer l’influence injustifiée exercée par Wall Street et Washington. Wikileaks en est un excellent exemple.

Car pendant que l’élite américaine et ses réseaux s’affaiblissent, des alternatives continuent de se renforcer.

Un modèle socio-économique et politique insoutenable, associé à des campagnes militaires tout aussi insoutenables à l’étranger et à une stratégie politique et médiatique qui n’est plus du tout convaincante, même pour les observateurs occasionnels, marque le déclin irréversible de l’ordre dominant américain actuel.

L’élite américaine fait face à des défis provenant autant de l’intérieur que de l’extérieur

La question de la compétitivité des entreprises chinoises face aux monopoles américains établis de longue date est devenue un sujet de plus en plus fréquent dans les médias internationaux. C’est en effet ce processus qui a précipité la guerre commerciale, apparemment inutile et futile, menée par les États-Unis contre la Chine, et qui ne semble que mettre à nu le déclin de l’élite établie des États-Unis plutôt que de le redresser.

Des entreprises comme Huawei, bien qu’elles soient confrontées à de sérieux revers dus aux sanctions américaines et aux efforts visant à la miner, continuent d’aller de l’avant, tandis que leurs concurrents américains continuent à lutter. En effet, malgré les revers, Huawei s’appuie sur des fondamentaux économiques et commerciaux solides, tandis que ses homologues américains, malgré leurs avantages initiaux dus à un manque de concurrence, ont négligé et continuent de négliger ces fondamentaux.

Mais les entreprises chinoises ne sont pas les seules concurrentes de l’élite américaine.

Aux États-Unis mêmes, certaines des entreprises les plus innovantes et les plus perturbatrices au monde font leur apparition, défiant non seulement la concurrence étrangère, mais aussi les monopoles établis de longue date aux États-Unis.

Le constructeur de véhicules électriques Tesla en est un parfait exemple. Son rythme effréné d’innovation, ses succès retentissants et l’impact perturbateur qu’il a sur la construction automobile traditionnelle font reculer l’industrie automobile américaine. Il constitue également une menace sérieuse pour le modèle énergétique axé sur le pétrole que les États-Unis ont adopté et diffusé à l’échelle mondiale pendant plus d’un siècle.

Les monopoles américains de construction automobile ont passé des décennies à mettre au point un modèle d’obsolescence planifiée et des astuces de marketing comme substitut à la qualité et l’innovation. L’industrie est devenue un moyen de gagner le plus d’argent possible et d’augmenter ses profits chaque année, et « fabriquer des voitures » n’est que le moyen par lequel cet argent et l’influence qu’il achète s’accumulent.

Tesla connaît depuis des années une croissance tant au niveau des affaires qu’au niveau de l’influence sociopolitique. Les monopoles américains de la construction automobile ont tenté de reproduire les aspects les plus superficiels de l’attrait de Tesla, mais n’ont pas du tout examiné ou reproduit la substance qui est à la base du succès de cette nouvelle entreprise.

Tout comme l’élite américaine a tenté d’utiliser ce que l’on pourrait qualifier de « sales tours » plutôt qu’une saine concurrence pour traiter avec des concurrents comme Huawei à l’étranger, de tels « sales tours » ont été utilisés contre des entreprises innovantes, aux États-Unis mêmes, comme Tesla. Les tentatives faites par de faux syndicats pour compliquer le travail dans les usines américaines de Tesla en sont un exemple.

Le fabricant américain SpaceX est un autre exemple d’un concurrent américain qui conteste directement (et menace) des monopoles américains établis de longue date, en l’occurrence des monopoles aérospatiaux comme Lockheed Martin, Boeing et Northrop Grumman.

Non seulement SpaceX fait progresser l’innovation aérospatiale à une vitesse fulgurante, mais il fait aussi baisser le coût global de l’accès à l’espace. Il le fait à un rythme si impressionnant que des monopoles aérospatiaux comme Lockheed, Boeing et Northrop, même avec leurs immenses réseaux de lobbying, sont incapables de dissuader les clients de SpaceX (y compris le gouvernement américain lui-même) d’acheter des vols sur ses fusées.

Ces énormes monopoles, qui sont devenus trop dépendants du maintien des profits par le lobbying et les jeux politiques, ont peu de moyens de réformer leurs organisations massives face à la concurrence réelle qui s’installe. De ce fait, l’ordre dominant qui anime la politique américaine se heurte à un obstacle insurmontable qui semble déjà avoir entraîné un déclin terminal et un remplacement.

Ceux qui prennent la place doivent assumer leur position aux leviers de la puissance et de l’influence américaines, avec la possibilité de tracer une voie entièrement nouvelle pour l’avenir qui aura un impact fondamental à la fois sur la nation américaine et son peuple, et sur les nations du monde avec lesquelles elle sera en interaction.

Le nouvel ordre américain pourrait rechercher une véritable concurrence, mais aussi une collaboration

Tesla et SpaceX sont des exemples marquants, mais en aucun cas les seuls exemples de la transition en cours, qui est de plus en plus évidente en États-Unis. Il y a des innovations et des entreprises émergentes qui menacent pratiquement tous les domaines dans lesquels l’élite américaine domine actuellement. De médias alternatifs ciblant les médias d’entreprise profondément enracinés de les États-Unis à un mouvement croissant d’agriculteurs biologiques locaux s’attaquant aux monopoles agricoles massifs des États-Unis, il existe déjà de nombreux exemples tangibles d’une transition en cours ; une transition positive dans laquelle ceux qui s’intéressent vraiment à contrer les aspects négatifs du rôle actuel des États-Unis dans le monde pourraient investir ou contribuer.

Un signe encourageant des nouveaux États-Unis qui pourrait émerger au fur et à mesure que ce processus se poursuit est le fait que des perturbateurs émergents comme Tesla n’ont pas peur de collaborer avec d’autres nations, cherchant simplement à faire des affaires plutôt que de construire un réseau mondial qui vise à dominer les autres. L’entrée en service de la mega-usine massive de Tesla à Shanghai, en Chine, a lieu alors que les États-Unis tentent d’empêcher la Chine de faire des affaires avec eux, tout cela pour un but purement politique et hégémonique.

Malgré les hostilités apparentes entre les États-Unis et des pays comme la Russie et la Chine, le consensus dans les pays ciblés par l’ordre dominant actuel des États-Unis est simplement de vouloir faire des affaires sur un pied d’égalité.

Quelle que soit l’hostilité qui puisse exister, elle n’est pas réservée aux États-Unis en tant que nation ou peuple, mais à la poignée d’intérêts particuliers qui font obstacle à une concurrence et une collaboration constructives entre ces nations et les États-Unis.

Dans un proche ou moyen terme, ce processus continuera à ressembler à une lutte acharnée alors que les intérêts spéciaux américains tenteront de maintenir leur emprise sur le pouvoir, luttant contre leur déclin et leur inévitable remplacement, contre leurs concurrents à l’étranger et au sein même des États-Unis.

Mais à plus long terme, on pourrait entrevoir un avenir prometteur où les États-Unis seraient un membre constructif d’un monde multipolaire, en concurrence et en collaboration constructives avec les nations plutôt qu’en tentant de s’imposer à elles.

Pour cette raison, il est important que les nations et les peuples s’abstiennent d’hostilités inutiles et fassent plutôt preuve de patience face aux attaques actuelles émanant de Wall Street et de Washington. Il est important d’établir des liens et des relations avec des intérêts américains réellement intéressés par une véritable concurrence et une collaboration et qui représentent l’avenir des États-Unis, et de les distinguer des intérêts américains profondément enracinés qui représentent le passé abusif des États-Unis et qui sont responsables du déclin actuel du continent.

Les politiques étrangères de Moscou, de Pékin et même de nombreux pays émergents et en développement peuvent sembler trop passives ou apaisantes mais, dans ces capitales du monde, beaucoup sont conscients de la transition en cours aux États-Unis et tentent de se positionner avantageusement face à la chute de l’empire étasunien afin de pouvoir faire des affaires avec ceux qui auront bientôt le pouvoir aux États-Unis.

Ulson Gunmar

 

Article original en anglais :

The American Empire Will Fall, Not America Itself, le 10 décembre 2019.

New Eastern Outlook, public le 9 décembre 2019.

Traduit par Wayan, relu par San pour le Saker Francophone

Avis de non-responsabilité: Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.