Ceux qui ont saboté le gazoduc South Stream

Le gouvernement bulgare a annoncé dimanche avoir interrompu les travaux de construction du South Stream, le gazoduc qui devrait transporter du gaz russe dans l’Union européenne sans passer par l’Ukraine. « J’ai ordonné d’arrêter les travaux –fait savoir le premier ministre Plamen Oresharski. Nous déciderons des développements de la situation après les consultations que nous aurons avec Bruxelles ». Ces derniers jours le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso, avait annoncé l’ouverture d’une procédure Ue contre la Bulgarie pour irrégularité présumée dans les appels d’offre du South Stream.

Trois jours avant à peine, le 5 juin, la direction du Parti socialiste bulgare, qui soutient le gouvernement Oresharski, donnait pour sûr que le tronçon bulgare du gazoduc aurait été construit malgré le requête de Bruxelles d’arrêter le projet. « Pour nous il est d’une importance vitale », soulignait le vice-président de la commission parlementaire pour l’énergie, Kuiumgiev. Et le président de la Chambre des constructeurs, déclarait que « le South Stream est une bouffée d’oxygène pour les entreprises bulgares ».

Qu’est-il arrivé ? Le projet naît quand, en novembre 2006 (pendant le gouvernement Prodi II), le russe Gazprom et l’italienne Eni signent un accord de partenariat stratégique. En juin 2007 le ministre pour le développement économique, Pierluigi Bersani, signe avec le ministre russe de l’industrie et de l’énergie le mémorandum d’entente pour la réalisation du South Stream. Selon le projet, le gazoduc sera composé d’un tronçon sous-marin de 930 Kms à travers la Mer Noire (en eaux territoriales russes, bulgares et turques) et par un tronçon sur terre à travers Bulgarie, Serbie, Hongrie, Slovénie et Italie jusqu’à Tarvisio (Province d’Udine). De 2008 à 2011 sont conclus tous les accords intergouvernementaux avec les pays traversés par le South Stream.  En 2012 entrent aussi dans la société par actions qui finance la réalisation du tronçon sous-marin l’allemand Wintershall et la française Edf à hauteur de 15% chacun, alors qu’Eni (qui a cédé 30%) détient 20% et Gazprom 50% des actions. La construction du gazoduc commence en décembre 2012, avec l’objectif de lancer la fourniture de gaz pour 2015. En mars 2014, Saipem (Eni) s’adjudique un contrat de 2 milliards d’euros pour la construction de la première ligne du gazoduc sous-marin.

Entre temps, cependant, éclate la crise ukrainienne et les Etats-Unis font pression sur les alliés européens pour qu’ils réduisent les importations de gaz et de pétrole russes, qui constituent environ un tiers des importations énergétiques de l’Ue. Premier objectif étasunien (écrivions-nous le 26 mars[1]) : empêcher la réalisation du South Stream. A cet effet Washington exerce une pression croissante sur le gouvernement bulgare. D’abord il le critique pour avoir confié la construction du tronçon bulgare du gazoduc à un consortium dont fait partie la société russe Stroytransgaz, sujette à des sanctions étasuniennes. Sur un ton de chantage, l’ambassadrice étasunienne à Sofia, Marcie Ries, déclare : « Nous avertissons les hommes d’affaires bulgares : qu’ils évitent de travailler avec des sociétés sujettes à des sanctions de la part des USA ». Le moment décisif arrive dimanche dernier à Sofia, quand le sénateur étasunien John McCain, accompagné par Chris Murphy et Ron Johnson, rencontre le premier ministre bulgare en lui transmettant les ordres de Washington. Tout de suite après Plamen Oresharski annonce le blocus des travaux du South Stream.

Affaire emblématique : un projet de grande importance économique pour l’Ue se trouve saboté non seulement par Washington, mais aussi par Bruxelles de la main même du président de la Commission européenne. Nous aimerions savoir ce qu’en pense le gouvernement Renzi, étant donné que l’Italie –comme a prévenu Paolo Scaroni, numéro un de l’Eni- perdrait des contrats de milliards d’euros si le projet South Stream était fossoyé.

Manlio Dinucci

Tommaso di Francesco

 

Edition de mardi 10 juin 2014 de il manifesto

http://ilmanifesto.info/chi-ha-sabotato-il-gasdotto-south-stream/

Traduit de l’italien par Marie-Ange Patrizio



[1] « Le véritable agenda d’Obama », Manlio Dinucci et Tommaso Di Francesco, 26 mars 2014.

 

 

 



A propos :

Manlio Dinucci est géographe et journaliste. Il a une chronique hebdomadaire “L’art de la guerre” au quotidien italien il manifesto. Parmi ses derniers livres: Geocommunity (en trois tomes) Ed. Zanichelli 2013; Geolaboratorio, Ed. Zanichelli 2014;Se dici guerra…, Ed. Kappa Vu 2014.

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]