Chavez remporte le référendum alors que s’alourdit la crise au Venezuela

Le président Hugo Chavez a remporté une autre victoire aux urnes dimanche dernier après que les Vénézuéliens eurent voté pour que soit amendée la constitution et mettre ainsi un terme à la limite imposée au mandat présidentiel, permettant à Chavez de se présenter pour un troisième mandat de six ans. Ce référendum s’est déroulé au beau milieu du développement d’une crise économique et de l’intensification de la lutte des classes.

La campagne gouvernementale pour le « oui » a recueilli 54,85 pour cent du vote alors que 45,14 pour cent ont voté « non » tel que prescrit par un assortiment de partis de droite de l’opposition qui accusait que le retrait des limites de mandat allait consolider le pouvoir autoritaire de Chavez. Près de 11 millions de Vénézuéliens parmi les 17 millions ayant le droit de vote sont allés aux urnes, ce qui représente un haut taux de participation dans ce pays.

Chavez a présenté les résultats comme une victoire, tout comme l’ont fait les partis de l’opposition qui ont soutenu que les 5 millions qui se sont opposés à l’amendement formaient leur plus grand appui de leur existence. Il est loin d’être sûr cependant si tous ceux qui se sont opposés à la mesure auraient voté pour ces partis, parmi lesquels se trouvent des groupes profondément discrédités comme Acción Democrática et COPEI, les partis corrompus de la grande entreprise qui ont fait alternance au pouvoir durant des décennies. Une mesure similaire avait même été défaite en décembre 2007.

S’adressant à la foule du haut du balcon du palais présidentiel de Miraflores, Chavez a annoncé son intention de se présenter à la prochaine élection présidentielle prévue pour 2012.

 « En 2012 se tiendront des élections pour la période de 2013 à 2019 et, à moins que Dieu en décide autrement ou que le peuple souhaite autre chose, ce soldat annonce déjà sa candidature à la présidence de la République », a-t-il annoncé.

Plus tôt ce mois-ci, cet ancien colonel parachutiste, qui est apparu sur la scène politique nationale en tant que dirigeant d’un coup d’Etat avorté en 1992, a célébré sa dixième année au pouvoir. Ayant survécu en avril 2002 à un coup d’Etat, soutenu par les Etats-Unis, de sections de l’armée et de la droite politique, Chavez a réussi à consolider une part de plus en plus importante du pouvoir entre ses mains. Son régime, caractérisé par le culte de sa personne, repose sur l’appui des forces armées et de puissantes sections de l’élite financière du pays. Il obtient l’appui de la population en utilisant les revenus du pétrole du Venezuela pour financer des programmes d’aide sociale (misiones) qui fournissent de l’aide alimentaire, des soins de santé, de l’éducation, des logements et des formations à l’emploi.

Dans son discours victorieux, Chavez s’est engagé à développer ces programmes, mais a ensuite soulevé les questions sur lesquelles la droite avait basé ses campagnes politiques : le haut taux de criminalité et de corruption gouvernementale, promettant que son gouvernement allait se consacrer à « la lutte contre ces problèmes ».

Malgré les promesses de Chavez d’étendre ses programmes d’aide sociale et ses nationalisations partielles, une politique qu’il a qualifiée de « socialisme du 21e siècle », l’impact de la crise capitaliste mondiale sur le Venezuela menace les fondations économiques de cette politique.

Le Venezuela demeure presque totalement dépendant du pétrole qui compte pour 80 pour cent de ses revenus d’exportation. La chute marquée dans les prix du brut, qui ont dégringolé de près de 100 dollars le baril en un peu plus de six mois, devrait se traduire par des pertes de revenus de 10 milliards $ pour cette année.

On croit largement parmi les analystes politiques et économiques au Venezuela que le gouvernement Chavez utilisera la consolidation de son pouvoir aux urnes pour mettre de l’avant une politique fiscale plus austère et des coupures tant dans les dépenses sociales pour le pays que pour l’aide aux pays étrangers qu’il a apportée aux autres nations de l’hémisphère.

Le quotidien vénézuélien Universal a rapporté mercredi que de hauts responsables du gouvernement ont reconnu que « quelques mesures économiques doivent être implantées » tout en affirmant qu’elles n’impliqueraient pas un « choc social » pour la majorité de la population du pays. Alors que le ministre des Finances vénézuélien, Ali Rodriguez, a dit aux médias dimanche dernier que le gouvernement n’imposerait pas un plan d’austérité « néolibéral », les mesures anticipées sont, entre autres, des coupures budgétaires, des augmentations de taxes et une dévaluation de 25 à 30 pourcent du bolivar.

Pendant ce temps, l’inflation a grimpé à 30,7 pour cent, comparé à 24,1 pour cent l’année dernière, et le taux de croissance économique du pays a ralenti dramatiquement. La croissance économique domestique pour le dernier trimestre de 2008 a chuté de 2 pour cent, comparé à 8,5 pour cent pendant la même période en 2007.

Une indication frappante de ce ralentissement est une chute de 43 pour cent des ventes d’automobiles le mois dernier comparé à janvier 2008. Cela a mené à des congédiements dans l’industrie de l’auto du pays ainsi que dans la production d’acier et d’aluminium et parmi d’autres fournisseurs.

Le résultat inévitable de cette crise économique grandissante sera une intensification de la lutte de classe, qui doit en retour exposer de manière encore plus claire les divisions de classe dans le mouvement chavista.

Chavez a travaillé sans relâche pour supprimer ces divisions, se présentant comme étant le défenseur des masses de travailleurs vénézuéliens, alors que son gouvernement a présidé sur une économie qui a produit de vastes profits aux banques du pays et étrangères. Cela a en outre engendré la création d’une toute nouvelle couche riche dans la société, connue dérisoirement sous le nom de boliburguesía (une bourgeoisie née de la « révolution bolivarienne » de Chavez), qui s’est enrichie par le biais de liens et de contrats gouvernementaux ainsi que par la corruption financière.

Le gouvernement a aussi cherché à contenir toute opposition provenant de la gauche, en rassemblant les différentes organisations de gauche dans le Parti socialiste uni du Venezuela (PSUV), qui sert de véhicule électoral à Chavez.

A l’inflation érodant de plus en plus les salaires en termes réels et à l’érosion de l’emploi, les travailleurs vénézuéliens ont répondu au moyen de luttes militantes qui se sont à plusieurs reprises développées en confrontations violentes avec les forces de l’Etat.

Le 29 janvier, la police a tué par balle deux ouvriers d’une usine d’assemblage d’automobiles d’une filiale de Mitsubishi au Venezuela dans l’état de Anzoategui au nord-est du pays. Les ouvriers occupaient l’usine en appui à 135 travailleurs de l’entretien employés par un sous-traitant qui avaient été congédiés. En plus des deux travailleurs qui furent tués — José Gabriel Marcano Hurtado, 36 ans, ouvrier de Mitsubishi et Pedro Suarez Poito, 23 ans, ouvrier dans une usine de pièces d’automobiles qui avait joint la manifestation — au moins six autres ont été blessés par les tirs des policiers.

Alors que le gouvernement Chavez interdit prétendument de tels congédiements de masse, ils demeurent relativement impunis. Au lieu de faire respecter les droits des travailleurs, les tribunaux sont intervenus pour aider l’employeur, ordonnant leur expulsion de l’usine et y envoyant la police et les troupes de la Garde nationale pour faire le sale boulot.

Le gouverneur de l’Etat et responsable des forces de sécurité locales, Tarek William Saab, est l’une des principales personnalités du parti de Chavez.

La première réaction de Chavez et de Saab fut de se ranger du côté de la compagnie en suggérant qu’on ne pouvait pas établir qui avait tiré sur les ouvriers. Mitsubishi avait faussement déclaré que les ouvriers eux-mêmes étaient armés. Plus tard, Saab a suspendu les policiers impliqués dans les tirs, affirmant qu’ils avaient violé l’interdiction d’utiliser des armes à feu dans ce type de confrontation.

Les ouvriers ont continué leur occupation après les meurtres, demandant que les travailleurs congédiés soient réembauchés entre autres demandes.

Ces meurtres surviennent après l’assassinat en novembre dernier de trois dirigeants syndicaux de gauche, Richard Gallardo, Luis Hernández et Carlos Requena, qui ont été abattus à bout portant dans l’Etat vénézuelien d’Aragua après avoir dirigé l’occupation d’une usine de lait appartenant à des intérêts colombiens, occupation qui fut sauvagement réprimée par la police. Les autorités n’ont toujours pas trouvé de coupable dans cette affaire.

L’an dernier, Chavez a proclamé qu’il avait pour politique d’arriver à son but au moyen d’une « alliance stratégique avec la bourgeoisie nationale ». La réalité est qu’il est à la tête d’un gouvernement bourgeois qui a adopté des méthodes de plus en plus bonapartistes dans le but de contrôler et supprimer la lutte de classe et, ainsi, défendre le capitalisme vénézuélien de la menace d’une véritable révolution socialiste.

Les récentes attaques violentes contre les ouvriers en lutte indiquent l’urgence pour la classe ouvrière vénézuélienne de s’organiser de façon indépendante et en opposition politique au gouvernement et à son opposition de droite.

Article original en anglais, WSWS, paru le 18 février 2009.

© WSWS.



Articles Par : Bill Van Auken

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]