Print

CJPMO: Le gouvernement américain ne dicte pas la loi sur Israël et la Palestine
Par CJPMO
Mondialisation.ca, 20 novembre 2019
Communiqué du CJPMO
Url de l'article:
https://www.mondialisation.ca/cjpmo-le-gouvernement-americain-ne-dicte-pas-la-loi-sur-israel-et-la-palestine/5639098

Les Canadiens pour la Justice et la Paix au Moyen-Orient (CJPMO) dénoncent la tentative ridicule du gouvernement américain de légitimiser les colonies israéliennes illégales (les « implantations »). CJPMO demande à tous les partis politiques canadiens de rejeter immédiatement le « décret » de l’administration Trump sur le sujet et de condamner les ambitions coloniales d’Israël dans le territoire palestinien.

Hier, le secrétaire d’État Mike Pompeo a renversé des décennies de politique étrangère américaine sur les colonies israéliennes en suggérant que « l’établissement de colonies de civils israéliens en Cisjordanie n’est pas en soi contraire au droit international ». CJPMO remarque que contrairement à ce qu’affirme Pompeo, les colonies israéliennes violent l’article 49 de la quatrième convention de Genève – droit international – qui affirme clairement que la Puissance occupante ne pourra procéder au transfert de sa population civile ou construire des colonies civiles sur les territoires occupés. De plus, l’annonce de Pompeo contredit le propre bilan électoral du gouvernement américain à l’ONU : il y a trois ans à peine, le gouvernement américain avait voté en faveur de la résolution 2334 (décembre 2016) du Conseil de sécurité de l’ONU qui condamnait les colonies israéliennes comme étant une « violation flagrante du droit international ». Le président de CJPMO, Thomas Woodley affirme : « Le droit international n’est pas une question d’opinion personnelle. Par conséquent, le secrétaire d’État Pompeo ne peut pas unilatéralement renverser des instruments établis du droit international et des décennies de précédents légaux.

L’annonce de Pompeo fait suite à une série de mesures pro-israéliennes et anti-palestiniennes que l’administration Trump a prises. Depuis son élection, Trump a déménagé l’ambassade américaine à Jérusalem, arrêté le financement pour les réfugiés palestiniens vulnérables, et exclus les représentants palestiniens de Washington (DC), en plus de développer un « plan de paix » unilatéral qui favorise de façon disproportionnée les Israéliens. Thomas Woodley continue : « Cette dernière annonce est un autre clou dans le cercueil du soutien américain illusoire pour un règlement équitable du conflit israélo-palestinien, car la poursuite de la colonisation israélienne du territoire palestinien contredit tout ce que les négociations visent à obtenir. ».

Saeb Erekat, le secrétaire général de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP), demande à la communauté internationale de « prendre toutes les mesures nécessaires pour répondre (à) et décourager ce comportement américain irresponsable ». Depuis hier, l’UE rejette la nouvelle position du gouvernement américain sur les colonies israéliennes illégales. Jusqu’à présent, au Canada, Jagmeet Singh, le chef du NPD, a été le seul dirigeant politique canadien à s’exprimer contre l’annonce de Pompeo. Les dirigeants politiques canadiens doivent se joindre à nos alliés pour reprocher aux États-Unis leur soutien indéfendable aux actions criminelles d’Israël, qui coûtent aux Palestiniens leurs libertés fondamentales et leur autodétermination future.

###

Pour plus d’informations, veuillez communiquer avec :
Miranda Gallo
Canadiens pour la justice et la paix au Moyen-Orient
Téléphone: 438-380-5410
Courriel CJPMOSite Web CJPMO

Avis de non-responsabilité: Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.