Colombie : Le scandale des faux positifs

Uribe donne raison aux « coryphées de la guérilla »…

« Cela a permis que quelques personnes puissent être mêlées à des crimes, crimes qui sont le résultat du complot entre des délinquants et des membres des Forces Armées ayant intérêt à assassiner des innocents pour donner l’impression que, dans cette région, on tient tête  aux criminels –alors que les vrais criminels sont ceux qui s’associent avec les Forces Armées pour commettre ces crimes« .

Cette déclaration surprenante n’a pas été faite par un défenseur des droits humains isolé qui crie dans le désert, mais par le Président de la République de Colombie Álvaro Uribe Vélez qui, selon la Constitution, est également le commandant suprême des Forces Armées.

La phrase s’est accompagnée de la mise à l’écart des Forces Armées de 20 officiers – y compris trois généraux – et sept sous-officiers. Fait sans précédent en Colombie.

Selon le Président, qui s’est adressé à la nation mercredi (29 octobre) à l’aube, accompagné par le Ministre de la Défense Juan Manuel Santos et le Général Freddy Padilla, chef d’État-Major des Forces Armées, les fautes des militaires seraient très graves. Une commission interne aux Forces Armées aurait prouvé la négligence, pour ne pas dire la complicité des 27 militaires dans le scandale des faux positifs, terme politiquement correct pour désigner quelques jeunes de la banlieue de Bogotá kidnappés et dont a ensuite annoncé la mort au cours d’un pseudo-affrontement avec l’armée.

Parmi ceux mis à l’écart, on trouve José Joaquín Cortés, commandant de la IIe Division, responsable de Santander, Nord de Santander et Arauca, le Général Roberto Pico, commandant de la VIIe Division basée à Antioquia, et le général Paulino Coronado, commandant de la 30e Brigade dans le nord de Santander, et sous la juridiction duquel on a trouvé enterrés dans des fosses communes plusieurs des jeunes kidnappés à Bogotá. Le même Général Paulino Coronado est apparu plusieurs fois dans les médias en déclarant que les jeunes étaient morts au combat et qu’il ne s’agissait pas de faux positifs.

« Comme cela se passe toujours avec le gouvernement Uribe, le problème ne commence à exister que lorsque le scandale arrive aux médias « , ont déclaré à ALAI certains défenseurs des droits humains.

Quelques heures seulement après la conférence de presse présidentielle, une autre conférence de presse a accompagné la présentation d’un rapport de la CCEEU (Coordination Colombie Europe USA) qui réunit plusieurs ONG qui font des recherches sur les violations des DOITS HUMAINS. Le rapport, intitulé : « Exécutions extrajudiciaires : une réalité que l’on ne peut cacher « , présente des données terrifiantes à ce sujet qui a été longtemps sous-estimé par le gouvernement et qui est la conséquence directe de la politique de sécurité démocratique du gouvernement. Selon la CCEEU, depuis le lancement de la sécurité démocratique en juin 2002 jusque juin 2007, on a constaté 955 cas d’exécutions extrajudiciaires commises par des agents de l’État, auxquelles il faut ajouter 235 cas de disparitions forcées. Un accroissement de presque 68% par rapport aux cinq années précédentes. Si les FARC sont considérées à juste titre comme l’ennemi public numéro 1 pour la détention de 700 Colombiens, une armée qui en tue plus de mille, comment doit-elle être considérée ?

Le rapport analyse aussi une série de données très intéressantes sur ce phénomène. Durant ces années en Colombie s’est développé un modèle persistant d’exécutions extrajudiciaires et d’impunité qui, avec le temps, a changé dans ses modalité. Maintenant les victimes ne sont plus des paysans d’organisations sociales accusés d’être des guérilleros, comme durant les premières années.

Ces premiers faux positifs attiraient l’attention des médias et les protestations de plusieurs acteurs sociaux. Selon la CCEEU, les Forces Armées kidnappent maintenant des jeunes dans les quartiers marginaux des grandes villes, c’est-à-dire une population plus vulnérable dont la disparition n’attire pas l’attention. Ces jeunes sont emmenés vers des zones rurales où l’on simule une confrontation avec l’armée, puis sont éliminés et enregistrés comme membres de groupes émergents ou de criminalité commune. Ils sont ensuite enterrés dans des fosses communes sous X. Ceci suscite beaucoup moins d’attention de la part des médias, et a favorisé une impunité plus diffuse.

Les raisons de ces homicides sont les systèmes de stimulants et de récompenses mis en œuvre par le haut commandement. Chaque élimination de guérillero ou de criminel est généreusement récompensée en espèces et en congés. Pour cette raison s’est créé ce marché macabre de corps humains traqués, achetés et vendus au poids comme s’ils étaient des animaux. Pour certains militaires, la vie humaine d’un innocent vaut moins que quelques jours de congé.

Le rapport analyse aussi la structure d’impunité dont font partie les procureurs civils. Ceux-ci, violant des normes élémentaires, abandonnent les recherches et les procédures à la justice militaire et ne les assument pas au sein de l’appareil judiciaire civil. « Il existe des unités du ministère public situées à l’intérieur des garnisons militaires ou policières qui agissent en combinaison avec la Force Publique pour légaliser les opérations menées dans le cadre de la lutte contre-insurrectionnelle ».

Les mêmes accusations arrivent aussi au Bureau du Haut Commissariat des Nations Unies aux Droits de l’Homme (HCDH) qui, dans son dernier rapport sur la situation des droits humains en Colombie, a reconnu « la persistance d’exécutions extrajudiciaires attribuées à des membres de la force publique, principalement de l’armée », indiquant en outre que  » quelques caractéristiques sont communes aux cas dénoncés : le fait de présenter les victimes comme morts au combat, de changer la scène des faits avant la levée du cadavre et, dans la majorité des cas, de faire en sorte que la justice pénale militaire prenne en charge les enquêtes. Les enquêtes menées par les autorités sur certains de ces cas révèlent qu’elles pourraient être motivées par la pression quant à des résultats et l’intérêt de certains membres de la force publique à obtenir, à partir de ces résultats, une série d’avantages et de gratifications « .

Le rapport de la CCEEU sera présenté à la Cour Pénale Internationale (CPI) et à la Haute Commissaire des Nations Unies aux Droits de l’Homme, Madame Navi Pillay, qui a justement entamé mercredi sa tournée en Colombie.

En réaction à ces faits, l’opposition a demandé également la démission du général Padilla et du ministre Juan Manuel Santos – qui aspire à la présidence -, responsable direct de l’application du volet militaire de la politique de sécurité démocratique. Le parti du Pôle Démocratique a aussi demandé la démission du président Uribe comme commandant en chef de l’armée. Alirio Uribe, du Collectif d’avocats José Alvear Restrepo, rend également responsable le Général Mario Montoya, commandant de l’armée déjà accusé antérieurement de complicité avec les paramilitaires.

Effectivement, des responsabilités politiques doivent être établies. Le ministre paraît avoir ignoré volontairement les faux positifs. Il y a un mois seulement, il répliquait à la CCEEU : « Quelques personnes continuent à méconnaître la réalité et essayent de vendre la fausse assertion d’une politique gouvernementale des malnommées exécutions extrajudiciaires. C’est une pratique que nous avons découverte, une politique délibérée de certaines organisations : ce qu’elles veulent, ce sont des dénonciations pour augmenter et augmenter les chiffres. Ce sont des chiffres qui sont ensuite utilisés pour délégitimer les forces publiques ; et quand on va réellement vérifier ce que signifient ces dénonciations, on ne trouve rien. On trouve qu’il y a des personnes simplement intéressées à gonfler les chiffres pour ensuite les dénoncer comme s’il s’agissait de la réalité. »

On se souvient encore de ces mots du Président Uribe lui-même, prononcés en juin 2007 contre quelques défenseurs des droits humains : « Maintenant la stratégie de la guérilla est autre. Chaque fois qu’on inflige une perte à la guérilla, ses coryphées[1] dans le pays et à l’étranger se mobilisent immédiatement pour dire que c’était une exécution extrajudiciaire. Mais les Forces Armées ont pris grand soin à ne pas donner lieu à ce que des membres des Forces Armées soient signalés comme étant en collusion avec des groupes paramilitaires ».

Si le président avait écouté ces coryphées de la guérilla, au moins les 535 victimes qui, de janvier 2007 à juillet 2008, ont été transformées en faux positifs auraient peut-être pu être sauvées -selon la CCEEU.

[1] Coryphée : Celui qui dirigeait les chœurs dans les pièces du théâtre antique grec. Au figuré, celui qui se distingue le plus, qui est au premier rang : Pétrarque était le coryphée des poètes de son temps. (sensagent)

Article original en espagnol, El escándalo de los falsos positivo, ALAI, publié le 30 octobre 2008.

Traduit par Thierry Pignolet et Fausto Giudice, membres de Tlaxcala, le réseau de traducteurs pour la diversité linguistique.



Articles Par : Simone Bruno

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]