Colombie: Pas de nation, pas de république, juste une simple colonie

La Colombie célèbre ses 200 ans d’indépendance et la « fondation » de la république. L’indépendance formelle par rapport à l’Espagne a été acquise mais aucune nation n’a été constituée. Ce sont deux choses différentes que beaucoup confondent, par ignorance ou par commodité. Quelques temps plus tard, l’oligarchie créole nous a livré à l’empire anglais et, plus tard, à l’empire nord-américain (1903).

Il est vrai que nous fonctionnons comme un pays, que nous avons une économie développée par notre peuple (même si elle est subordonnée aux pouvoirs) et que nous portons une identité particulière et complexe (qui fait de nous des « êtres spéciaux »), mais nous ne sommes pas une vraie Nation. Nous sommes une colonie et le « Caïn de l’Amérique ». Avec sept bases militaires gringo et des gouvernements fantoches, nous ne pouvons pas croire que nous sommes « indépendants ». Les droits oligarchiques, patriarcaux, racistes et cléricaux nous utilisent comme têtes de pont dans la région. Et la résistance interne est exterminée par le sang et le feu, même si l’oligarchie affirme que nous avons « la plus vieille démocratie du continent ».

Pour comprendre pourquoi nous en sommes arrivés à la situation actuelle, il est intéressant de comprendre ce qui s’est réellement produit dans le passé. Au début du XIXe siècle, la majorité des métis, d’origine indigène, afro et « blancs pauvres », n’a pas eu la moindre chance de décider de manière autonome de la soi-disant « révolution » de l’indépendance. Ils étaient soumis au pouvoir omnipotent des grands propriétaires terriens et des mineurs esclavagistes, sans possibilité de parler et encore moins de décider.

Il n’y avait que très peu de régions de la Nouvelle Grenade où il y avait des noyaux de peuples rebelles qui pouvaient décider de leur « propre action » face à la guerre entre les soi-disant « patriotes » et les « royalistes ». Il s’agissait de peuples indiens et noirs qui n’avaient pas été complètement vaincus et qui conservaient une relative autonomie pour décider quel parti prendre.

Dans le sud-ouest de la Colombie, le peuple Nasa, qui était le seul à conserver une relative autonomie, s’est divisé. Certains soutenaient les « patriotes », d’autres les « royalistes ». À Patía, la grande majorité des rebelles noirs, qui avaient une alliance de longue date avec les Sindaguas (awas), et à Nariño, la majorité des Pastos et Quillacingas indigènes, se sont ralliés aux royalistes. Ils connaissaient les colonisateurs créoles et ils savaient qu’ils étaient pires que les administrateurs du roi. Il était naturel pour eux de se méfier de « l’indépendance ».

Pour les « citoyens » colombiens d’aujourd’hui et de nombreux politiciens et universitaires, influencés par le faux nationalisme qui a été utilisé en Colombie pour tromper, l’attitude « progressiste » devait être celle du « patriotisme ». Soutenir le roi d’Espagne est considéré comme une « trahison » et il est inconcevable que les peuples noirs ou indigènes puissent être « royalistes ».

Cependant, si nous nous mettons dans la peau de ces peuples, les 200 ans d’indépendance n’ont pas beaucoup compté pour eux. Ils n’ont pas réussi à étendre ou à renforcer leur autonomie, et ils risquent toujours d’être exterminés ou « éteints ». Les lois adoptées « en leur faveur », comme celles qui ont été adoptées à l’époque de la « république », deviennent des pièges et des reculs.

La particularité et la complexité de la Colombie (histoire très résumée)

Dans le territoire que les Espagnols appelaient la Nouvelle Grenade (aujourd’hui la Colombie), pendant la conquête et la colonisation, a été découverte, dans le plateau Cundi-Boyacense dans le centre de la région, l’existence d’un petit « empire » Muisca, entouré de centaines de peuples indigènes indomptables et rebelles, au milieu d’une géographie et d’une nature sauvage et luxuriante.

Ils faisaient face à trois chaînes de montagnes gigantesques ; deux océans (Atlantique et Pacifique) qui nous relient à l’Amérique centrale, aux Antilles et à l’Amérique du Sud et font de nous un carrefour de routes et de migrations, et des forêts et jungles impénétrables où les Indiens se réfugiaient (et plus tard les « Marrons noirs »).

Peu à peu, ils ont colonisé le territoire et réduit la population en esclavage. Ces oligarchies coloniales vivaient isolées dans leurs villes, entourées par la résistance des Indiens. A Popayán, ils se protégeaient avec leurs alliés « Yanacona » venus du Pérou et de l’Équateur ; à Bogota, ils avaient des accords avec les Indiens muiscas en les acculturant ; à Carthagène, ils étaient protégés par des métisses-noirs domestiques et en Antioquia, les fils des hommes blancs et Indiens (métisses) leur servaient de protection et de main d’œuvre aux haciendas et aux mines.

Dans le cas d’Antioquia, quand les métisses ont grandi, ils ont été expulsés des haciendas par la « colonisation Paisa » vers Caldas, Risaralda, Quindío et le nord de la vallée, et de là vers Tolima, Huila, Caquetá, Putumayo, les zones du Cauca et les Llanos. Cependant, ces métisses d’origine paisa sont devenus libéraux dans leurs contacts quotidiens avec les Pijaos, cuyabros, calimas, nasas et autres peuples, rebelles par nature (c’est l’avancée la plus subversive de notre peuple mais ils doivent contrôler leur « ressentiment » pour se connecter au reste).

C’est ainsi que s’est poursuivie la colonisation en Colombie, un processus qui n’est pas terminé. Il n’y a jamais eu de réforme agraire, mais des paysans et des colons ont été poussés vers des terres incultes par la violence. De telle sorte qu’il a toujours existé en Colombie une élite d’origine espagnole, une grande base de métisses domestiqués (d’origine Yanacona, muisca et blanc), et un grand nombre de peuples indiens rebelles mais désunis et dispersés, qui ont toujours affronté les « contremaîtres », c’est-à-dire avec le « coussin d’amortissement » que les Créoles avaient construit pour se protéger des « mauvais chrétiens », des « bandits, vagabonds et insurgés ».

Ainsi, les héritiers créoles des Espagnols n’ont pas été capables de construire une Nation et encore moins une république démocratique. Pour eux, il valait mieux maintenir le contrôle dans les différentes régions et empêcher l’union des peuples rebelles qui pourraient influencer leurs alliés domestiqués, les « bons Indiens », et mettre en péril leur hégémonie. Ils avaient donc besoin d’un allié impérial en cas de rébellion généralisée comme ce fut le cas avec Jorge Eliécer Gaitán. Un jour quelqu’un a dit : « l’oligarchie colombienne craint le peuple plus que l’empire ».

Conclusion

Continuer de faire croire à notre peuple qu’il y avait vraiment une indépendance effective et qu’une République était fondée, c’est tomber dans le piège des puissants. Nous devons être à l’écoute de notre peuple qui sait instinctivement que cela a toujours été un mensonge. C’est pourquoi les gens acclament avec plus d’exaltation le triomphe d’un sportif que la prétendue indépendance que très peu ressentent vraiment et que peu célèbrent avec enthousiasme.

La tâche qui nous attend est de fonder sérieusement la Nation et de construire la République. Ce ne sera pas facile du tout. Pour ce faire, nous ne pouvons pas continuer à lutter seuls contre les « contremaîtres » (Uribes, Santos, etc.), en ne comptant que sur un secteur des peuples les plus rebelles (Nariño, Guajira, autour du volcan Huila, et Bogotá). C’est à nous de concevoir une stratégie enveloppante, patiente, intelligente, sans « vivacité » et sans « saut dans le vide », qui ne peut que conduire à des guerres plus fratricides et à une usure inutile.

Nous devons rompre avec la répétition compulsive qui nous conduit à une constante tragique : a) le soulèvement des rebelles ; b) l’accord de paix ; c) une fausse constitution ; et d) une nouvelle guerre.

C’est ce qui s’est passé avec certaines guérillas, qui se sont consacrées au harcèlement des paysans riches et moyens dans de nombreuses régions, sans cibler les grands laquais et l’empire, générant la base sociale de ce qui est aujourd’hui « l’uribisme ». Nous ne pouvons pas répéter cela. Aujourd’hui apparaît une jeunesse qui donne le ton, qui veut des changements concrets dans la vie réelle et pas seulement dans les lois (qui restent toujours sur papier).

Ces jeunes ne veulent plus de la même chose, alors ils optent pour du « nouveau » et pour les « progressistes ».

Source : Ni nación ni república, solo una simple colonia, Rebelión, le 12 août 2019.

Traduit par Réseau International



Articles Par : Fernando Dorado

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]