Comment reprendre le contrôle de votre esprit

« Les politiciens, les prêtres et les psychiatres sont souvent confrontés au même problème : comment trouver le moyen le plus rapide et le plus permanent de changer la croyance d’un homme… Le problème du médecin et de son patient nerveusement malade, et celui du chef religieux qui s’efforce de gagner et de retenir de nouveaux convertis, est devenu aujourd’hui le problème de groupes entiers de nations, qui souhaitent non seulement confirmer certaines croyances politiques à l’intérieur de leurs frontières, mais aussi faire du prosélytisme à l’extérieur ». William Sargant – Bataille de l’esprit

Il est assez ironique qu’en cette « ère de l’information », nous soyons plus embrouillés que jamais…

On a souvent pensé dans le passé, et non sans fondement, que la tyrannie ne pouvait exister qu’à la condition que le peuple soit maintenu analphabète et ignorant de son oppression. Reconnaître que l’on était « opprimé » signifiait qu’il fallait d’abord avoir une idée de ce qu’était la « liberté », et si l’on avait, le « privilège » d’apprendre à lire, cette découverte était inévitable.

Si l’éducation des masses pouvait rendre la majorité d’une population alphabétisée, on pensait que les idées supérieures, le genre d’« idées dangereuses » que Mustapha Menier exprime par exemple dans « Le meilleur des mondes », animeraient rapidement les masses et que la révolution contre leurs « contrôleurs » serait inévitable. En d’autres termes, la connaissance est la liberté, et vous ne pouvez pas asservir ceux qui apprennent à « penser ».

Cependant, cela ne s’est pas exactement déroulé de cette façon, n’est-ce pas ?

La grande majorité d’entre nous est libre de lire ce qu’elle veut, dans la lignée des « livres interdits » d’autrefois, tels que ceux répertoriés par The Index Librorum Prohibitorum 1. Nous pouvons lire tous les écrits qui ont été interdits dans « Le meilleur des mondes », notamment les œuvres de Shakespeare qui ont été désignées comme des formes de « connaissance » absolument dangereuses.

Nous sommes maintenant tout à fait libres de nous « éduquer » sur les « idées »mêmes qui ont été reconnues par les tyrans du passé comme « l’antidote » à une vie d’esclavage. Et pourtant, aujourd’hui, la majorité choisit de ne pas le faire…

Il est reconnu, même superficiellement, que celui qui contrôle le passé contrôle le présent et donc l’avenir. Le livre de George Orwell, « 1984 », martèle que c’est là la caractéristique essentielle qui permet à l’appareil Big Brother de maintenir un contrôle absolu sur la peur, la perception et la loyauté à la cause du Parti, et pourtant, malgré sa popularité, il subsiste un manque d’intérêt à s’informer réellement sur le passé.

Qu’importe de toute façon, si le passé est contrôlé et réécrit pour convenir au présent ? Comme le dit à Winston O’Brien, l’inquisiteur de Big Brother,

« Nous, le Parti, contrôlons tous les dossiers, et nous contrôlons tous les souvenirs. Alors nous contrôlons le passé, n’est-ce pas ? (Et donc, nous sommes libres de le réécrire comme nous le voulons…) »

Bien sûr, nous ne sommes pas dans la même situation que Winston… nous sommes bien mieux lotis. Nous pouvons étudier et apprendre sur le « passé » si nous le souhaitons, malheureusement, c’est un choix que beaucoup considèrent comme acquis.

En fait, beaucoup ne sont probablement pas pleinement conscients du fait qu’il existe actuellement une bataille pour savoir qui « contrôlera le passé » d’une manière qui ressemble beaucoup à une forme de « nettoyage de la mémoire ».

Il est particulièrement important de réécrire l’histoire de la Seconde Guerre mondiale en ce moment même. Ces révisionnistes tentent de réécrire cette histoire, car c’est de là que provient le fascisme actuel.

Quiconque comprend cette période de l’histoire comprend le fascisme d’aujourd’hui.

Les « experts » disent que le pacte Molotov-Ribbentrop du 23 août 1939 est censé « prouver » que Staline a soutenu le programme fasciste d’Hitler, et pourtant le fait que l’Union soviétique ait été le plus grand défenseur du fascisme pendant la Seconde Guerre mondiale est une imposture.

Cependant, ce qui est omis à chaque fois, c’est que l’année précédente, le Premier Ministre britannique Neville Chamberlain a signé un accord d’apaisement avec Hitler le 30 septembre 1938, connu sous le nom d’Accord de Munich (alias la trahison de Munich), où Hitler a exigé et rapidement reçu l’annexion des zones frontalières tchèques, connue sous le nom d’annexion des Sudètes. La politique britannique officielle était donc de permettre l’expansion – sans en être empêché – du territoire allemand par Hitler dans le cadre de l’« apaisement ».

La « logique » sous-jacente était que la Grande-Bretagne donnerait ce que Hitler exigeait dans l’espoir d’« apaiser » ses « appétits » impériaux et d’éviter ainsi de nouveaux conflits. C’est-à-dire qu’en donnant plus de pouvoir à Hitler, elle le convaincrait d’une manière ou d’une autre de ne pas vouloir plus… du moins, le plan semblait bon sur le papier.

Ensuite, il y a toute l’affaire embarrassante avec la Banque d’Angleterre et la Banque des Règlements Internationaux, durant laquelle le gouverneur de la BoE, Montague Norman, a permis le transfert direct d’argent à Hitler, toutefois pas avec l’argent de l’Angleterre mais plutôt avec 5,6 millions de livres sterling or appartenant à la Banque Nationale de Tchécoslovaquie ! Bien sûr, vous ne pensiez certainement pas que l’Angleterre utiliserait son propre argent ?

Et n’oublions pas que l’Union Banking Corporation, dont le fondateur et directeur est Prescott Bush, a également été prise à financer Hitler avant et pendant la Seconde Guerre mondiale. Le 20 octobre 1942, ses actifs bancaires ont été saisis en vertu de la « loi américaine sur le commerce avec l’ennemi » et de l’« Executive Order 9095 ».

Bien sûr, vous pouvez imaginer que le fait d’être au courant de ces transactions a rendu Staline mal à l’aise, car il devenait évident que la vision d’Hitler était partagée par d’autres de la « haute société ». Pourquoi devrions-nous nous attendre à ce que Staline se soit retrouvé seul, sans soutien et au risque d’être immédiatement vaincu, alors que ses soi-disant « alliés » signaient des « apaisements » et remettaient de l’argent à celui qui était censé être la plus grande menace pour le monde libre ?

Ces hommes de la « haute société » sont habitués à tirer les ficelles, ils se font passer pour des maîtres des échecs, mais on ne sait jamais vraiment de quel côté ils jouent…

Et ainsi, nous nous retrouvons de plus en plus dans la position troublante d’un Winston. Dans « 1984 » d’Orwell, il y a trois principaux super États dans le monde: l’Océanie, l’Eurasie et l’Eastasie qui, dans une combinaison ou une autre, sont constamment en guerre les uns avec les autres et ce, depuis 25 ans.

Dans le cas de Winston, il n’a connu que l’Océanie (les Commonwealths britannique et américain), il ne sait essentiellement rien de l’Eurasie ou de l’Eastasie, sauf que parfois l’Océanie est en guerre avec l’Eurasie et parfois elle est en guerre avec l’Eastasie. En fait, même ce souvenir, selon lequel l’ennemi n’est pas constant, n’est pas quelque chose que Winston est censé se rappeler ou reconnaître. En faisant cela, il commet un « crime de la pensée ».

L’expérience de Winston soulève des questions: si l’on naissait dans un État fasciste et totalitaire, le saurait-on ? Bien sûr, l’État lui-même ne se décrirait pas comme tel. Comment pourriez-vous comparer votre « liberté » avec « l’oppression » de l’ennemi, alors que tout ce que l’État a choisi de vous donner est ce qu’il vous a donné ?

Comment savez-vous que ce qui a façonné vos convictions, vos croyances, vos craintes vous appartient vraiment, et n’a pas été placé là par un autre ?

Nous sommes tous très sensibles à cette question troublante car, ironiquement, cela a également été placé en nous. C’est ce qui a lancé toute cette affaire de « contrôle des esprits », voyez-vous, il fallait le faire… pour notre « protection ».

La bataille pour votre esprit

« Celui que les dieux veulent détruire, ils le rendent d’abord fou. »

– Henry Wadsworth Longfellow « Le Masque de Pandore »

William Sargant était un psychiatre britannique et on pourrait dire, en fait le père du « contrôle des esprits » à l’Ouest, avec des liens avec les services de renseignements britanniques et l’Institut Tavistock, qui allait influencer la CIA et l’armée américaine via le programme MK Ultra. Sargant a également été conseiller pour le travail de « l’ardoise blanche » sur LSD d’Ewen Cameron à l’Université McGill, financé par la CIA.

Sargant explique sa raison d’étudier et d’utiliser des formes de « contrôle de l’esprit »sur ses patients, qui étaient principalement des soldats britanniques renvoyés du champ de bataille pendant la Seconde Guerre mondiale avec diverses formes de « psychose », comme seul moyen de guérir les formes extrêmes de troubles de stress post-traumatiques.

L’autre raison, c’est que les Soviétiques étaient apparemment devenus des « experts »dans ce domaine, et que pour des raisons de sécurité nationale, les Britanniques devaient donc à leur tour devenir des experts également… en matière d’autodéfense bien sûr.

Les travaux d’Ivan Pavlov, un physiologiste russe, avaient réussi à produire des aperçus d’un intérêt troublant sur les quatre principales formes de systèmes nerveux chez les chiens, qui étaient des combinaisons de tempéraments inhibiteurs et excitateurs ; « fortement excitateur », « équilibré », « passif » et « calme imperturbable ». Pavlov a découvert qu’en fonction de la catégorie de tempérament du système nerveux du chien, celui-ci dictait la forme de « conditionnement » qui fonctionnerait le mieux pour « reprogrammer le comportement ». Personne n’a perdu de vue l’importance du « conditionnement humain ».

En Occident, on craignait que de telles techniques ne soient pas seulement utilisées contre ses propres soldats pour obtenir des aveux libres et sans entrave à l’ennemi, mais que ces soldats puissent être renvoyés dans leur pays d’origine, en tant qu’assassins et espions zombifiés pouvant être déclenchés par un simple mot de code. Du moins, c’est ce qu’ont fait les histoires et les films à suspense qui ont été diffusés parmi la population. C’est vraiment horrible ! Que l’ennemi puisse apparemment pénétrer dans ce que l’on croyait être le seul terrain sacré qui nous appartient… notre propre « esprit » !

Cependant, pour ceux qui étaient réellement à la pointe de la recherche sur le contrôle des esprits, comme William Sargant, il était entendu que ce n’était pas exactement comme cela que le contrôle des esprits fonctionnait.

D’une part, la question du « libre arbitre » faisait obstacle.

Peu importe la durée ou le degré de l’électrochoc, de la « thérapie » à l’insuline, des cocktails de tranquillisants, des comas provoqués, de la privation de sommeil, de la famine, etc., on découvrait que si le sujet avait une « forte conviction » et une « forte croyance » en quelque chose, cela ne pouvait pas être simplement effacé, on ne pouvait pas l’écraser avec quelque chose d’arbitraire. Le sujet devait plutôt avoir l’illusion que son « conditionnement » était en fait un « choix ». C’était une tâche extrêmement difficile, et les conversions à long terme (des mois aux années) étaient rares.

Cependant, Sargant a vu une ouverture. Il était entendu que l’on ne pouvait pas créer un nouvel individu à partir de zéro, cependant, avec le bon conditionnement qui devait conduire à une rupture physique en utilisant un stress anormal (en fait un redémarrage du système nerveux), on pouvait augmenter la « suggestibilité » de façon marquée chez leurs sujets.

Sargant a écrit dans son livre « Bataille de l’esprit » : « les descriptions cliniques de Pavlov des « névroses expérimentales » qu’il pouvait induire chez les chiens ont prouvé, en fait, qu’il y avait une correspondance étroite avec les névroses de guerre que nous étudiions à l’époque ».

En outre, Sargant a découvert qu’un souvenir mal implanté pouvait aider à induire un stress anormal conduisant à un épuisement émotionnel et à une dépression physique pour invoquer la « suggestibilité ». Autrement dit, il n’était même pas nécessaire d’avoir un « stress réel », mais un « stress imaginé » fonctionnerait tout aussi efficacement.

Sargant poursuit dans son livre :

« Il n’est pas surprenant que la personne ordinaire, en général, soit beaucoup plus facilement endoctrinée que l’anormale… Une personne est considérée comme « ordinaire » ou « normale » par la communauté simplement parce qu’elle accepte la plupart de ses normes sociales et de ses modèles de comportement; ce qui signifie, en fait, qu’elle est susceptible d’être influencée et qu’on l’a persuadée de suivre la majorité dans la plupart des occasions ordinaires ou extraordinaires ».

Sargant passe ensuite en revue le phénomène du Blitz de Londres, qui a été une période de huit mois de bombardement intensif de Londres pendant la Seconde Guerre mondiale. Pendant cette période, pour faire face et rester « sain d’esprit », les gens se sont rapidement habitués à l’idée que leurs voisins pouvaient être et étaient enterrés vivants dans les maisons bombardées autour d’eux. L’idée était la suivante: « Si je ne peux rien y faire, à quoi bon m’en préoccuper ? On a donc constaté que les personnes qui acceptaient le nouvel « environnement » et qui se concentraient uniquement sur la « survie », sans essayer d’y résister, étaient les mieux à même de « s’en sortir ».

Sargant fait remarquer que c’est cette « adaptabilité » à un environnement changeant fait partie de l’instinct de « survie » et est très forte chez l’individu « sain » et « normal », lequel peut apprendre à faire face et continue donc à être « fonctionnel » malgré un environnement en constante évolution.

C’est donc notre « instinct de survie » profondément programmé qui s’est avéré être la clé de la suggestibilité de notre esprit. Que les meilleurs « survivants » font le meilleur « lavage de cerveau » en un sens.

Sargant cite le travail de Hecker, qui étudiait le phénomène de la manie de la danse qui s’est produit pendant la peste noire, où Hecker a observé qu’une suggestibilité accrue avait la capacité d’amener une personne à « embrasser avec une force égale, la raison et la folie, le bien et le mal, diminuer l’éloge de la vertu ainsi que la criminalité du vice ».

Et qu’un tel état d’esprit était assimilé aux premiers efforts de l’esprit enfantin « cet instinct d’imitation lorsqu’il existe à son plus haut degré, est aussi uni à une perte de tout pouvoir sur la volonté, qui se produit dès que l’impression sur les sens s’est solidement établie, produisant une condition comme celle des petits animaux lorsqu’ils sont fascinés par le regard d’un serpent. »

Je me demande si Sargant s’est imaginé en serpent…

Sargant admet finalement :

« Cela ne signifie pas que toutes les personnes peuvent être véritablement endoctrinées par de tels moyens. Certains ne se soumettront que temporairement aux exigences qui leur sont imposées, et se battront à nouveau lorsque la force du corps et de l’esprit reviendra. D’autres sont sauvées par le dépassement de la folie. Ou bien la volonté de résister peut céder, mais pas l’intellect lui-même ».

Mais il se console en disant, en réponse à cette résistance obstinée, que « comme mentionné dans un contexte précédent, le bûcher, la potence, le peloton d’exécution, la prison ou la maison de fous sont généralement disponibles pour les échecs ».

L’art de la double pensée

« LA GUERRE EST LA PAIX, LA LIBERTÉ EST L’ESCLAVAGE, L’IGNORANCE EST LA FORCE »

– Le « 1984 » de George Orwell (Mantra de Big Brother)

Ainsi, ce que Sargant a trouvé, et ce qu’Orwell a astucieusement identifié, c’est que la forme la plus fiable de contrôle de l’esprit se trouve dans l’art de la « double pensée », c’est-à-dire la capacité d’accepter deux pensées contradictoires dans son esprit sans reconnaître qu’elles sont en fait opposées.

Orwell identifie cela sous deux formes de « double-pensée », qui sont « crimestop » et « Blanc-Noir ». « Crimestop » signifie la faculté de s’arrêter net, comme par instinct, au seuil d’une pensée dangereuse.

Orwell ajoute : « Elle inclut le pouvoir de ne pas saisir les analogies, de ne pas percevoir les erreurs de logique, de mal comprendre les arguments les plus simples… et d’être ennuyé ou repoussé par tout train de pensée capable de mener dans une direction hérétique. En bref, l’arrêt du crime signifie une stupidité protectrice ».

« Blanc-Noir » est l’acte de contradiction des faits simples, appliqué à un adversaire. Et appliqué au Parti, c’est la volonté de dire que le noir est blanc quand la discipline du Parti l’exige.

Comme le décrit Orwell, « cela signifie la capacité de croire que le noir est blanc, et plus encore, de savoir que le noir est blanc, et d’oublier que l’on a toujours cru le contraire. Cela exige une altération continue du passé… L’altération du passé est nécessaire pour deux raisons… La raison subsidiaire est que… il doit être coupé du passé, tout comme il doit être coupé des pays étrangers, parce qu’il lui faut croire qu’il est le meilleur… [la raison de précaution] de loin la raison la plus importante pour la réécriture du passé est la nécessité de sauvegarder l’infaillibilité du Parti ».

Orwell poursuit : « La division de l’intelligence que le Parti exige de ses membres, et qui se réalise plus facilement dans une atmosphère de guerre, est maintenant presque universelle, mais plus on monte en grade, plus elle est marquée. C’est précisément au sein du Parti intérieur que l’hystérie de guerre et la haine de l’ennemi sont les plus fortes ».

Cela revient à dire que ce sont les membres du Parti intérieur qui sont les plus endoctrinés, les meilleurs pour induire le « contrôle de l’esprit » ou la « double pensée »sur eux-mêmes, et qui en même temps croient que c’est la meilleure et la plus juste chose à faire.

Orwell décrit ainsi la « double pensée » : « le processus doit être conscient, sinon il ne serait pas mené avec suffisamment de précision, mais il doit aussi être inconscient, sinon il entraînerait un sentiment de fausseté et donc de culpabilité… Dire des mensonges délibérés tout en y croyant sincèrement, oublier tout fait devenu gênant, puis, lorsqu’il le faut à nouveau, le sortir de l’oubli le temps qu’il faut, nier l’existence de la réalité objective et tout en tenant compte de la réalité que l’on nie – tout cela est indispensable. Même en utilisant le mot double-pensée, il est nécessaire d’exercer une double-pensée ».

A travers le trou sans fond jusqu’à la sortie

Ce que beaucoup ne saisissent pas à la lecture de « 1984 », c’est qu’Orwell n’est pas seulement le personnage de Winston, mais aussi celui d’O’Brien. Il est le membre du Parti Extérieur devenu révolutionnaire, et il est le gardien de l’ordre du Parti Intérieur.

Il est à la fois le bourreau-programmeur et le tourmenté-programmé.

Winston finit par briser et libérer la seule chose qui l’a gardé humain, son amour et sa loyauté envers Julia. À la fin, on annonce que l’Océanie est de plus en plus proche de la victoire et Winston lève les yeux vers une grande affiche de Big Brother et pleure des larmes de joie et de soulagement, car il en est finalement venu à aimer Big Brother.

Il était devenu O’Brien.

Orwell est l’histoire tragique d’un produit de l’Empire britannique. En poste comme officier de police supérieur en Birmanie, il avait une expérience de première main des techniques de « programmation » utilisées par O’Brien. Pour en savoir plus sur cette histoire, consultez l‘excellent article de Martin Sieff.

Je pense qu’on peut dire sans risque de se tromper qu’Orwell voulait que Big Brother symbolise l’Empire britannique, le plus grand empire qui ait jamais existé dans l’histoire du monde.

Aujourd’hui, l’OTAN prévoit de se déplacer plus à l’est. 9500 soldats américains sont retirés d’Allemagne avec le projet d’entrer en Europe de l’Est près de la frontière russe et dans la région indo-pacifique, un nouveau point chaud potentiel entre les États-Unis et la Chine. [Finalement Trump redéploierait les unités en Italie et Belgique malgré l’intérêt de la Pologne, NdSF]

La justification de cette décision repose sur le récit de la Seconde Guerre mondiale et de la Guerre Froide selon lequel la Russie et la Chine ont toujours été les ennemis du « monde libre »… que la Russie et la Chine n’ont jamais quitté leurs « idéologies » fascistes qui ont plongé le monde entier dans les conflits et la guerre pendant près d’un siècle.

Je vous laisse le soin, cher lecteur, de compléter le reste.

Cynthia Chung

 

Photo en vedette : © Public domain

Article original en anglais : How to Take Back Control of Your Mind, Strategic Culture Foundation, le 8 juillet 2020.

Traduit par Michel, relu par Wayan pour Le Saker Francophone

Notes

 1.L’Index Librorum Prohibitorum était une liste de livres interdits, qui étaient jugés dangereux pour la foi et la morale des catholiques romains, et qui avaient un penchant suspect pour les œuvres des humanistes platoniciens. Parmi les ouvrages interdits figuraient ceux de Dante, d’Erasme et tous les livres de Machiavel. Pour en savoir plus, consultez mon article sur ce sujet.


Articles Par : Cynthia Chung

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]h.ca