Print

Conférence de Munich: le président allemand Steinmeier appelle à une politique de grande puissance germano-européenne
Par Johannes Stern
Mondialisation.ca, 18 février 2020
wsws.org 17 février 2020
Url de l'article:
https://www.mondialisation.ca/conference-de-munich-le-president-allemand-steinmeier-appelle-a-une-politique-de-grande-puissance-germano-europeenne/5641769

La classe dirigeante en Allemagne est déterminée à promouvoir le retour du militarisme par tous les moyens. Le président fédéral Frank-Walter Steinmeier (Parti social-démocrate, SPD) l’a souligné dans son discours d’ouverture de la conférence de Munich sur la sécurité de cette année.

«Le monde d’aujourd’hui n’est plus le même qu’en 2014», a-t-il averti dès le début de son discours. «Il y a six ans exactement, j’ai parlé ici de la façon dont la responsabilité de la politique étrangère allemande devait prouver sa validité», a-t-il déclaré. Beaucoup de choses ont «changé depuis» et il a donc voulu «parler clairement» de la façon dont «le monde d’aujourd’hui apparaît du point de vue allemand.»

Le chef de l’État allemand n’a donc pas mâché ses mots. Il a dépeint un monde dans lequel les puissances impérialistes se préparent ouvertement à la guerre et à un nouveau partage du monde, comme à la veille de la Première et de la Deuxième Guerres mondiales. On assiste à «une dynamique de plus en plus destructrice dans la politique internationale». Il a déclaré que «L’idée de la « concurrence entre grandes puissances » n’influence pas seulement les documents stratégiques d’aujourd’hui. Elle redéfinit également la réalité dans le monde entier, et ses traces peuvent être suivies jusqu’aux guerres sans fin avec d’énormes pertes en vies humaines au Moyen-Orient et en Libye.»


Frank-Walter Steinmeier

Soixante-quinze ans après la fin de la Seconde Guerre mondiale, outre la Russie et la Chine, l’impérialisme allemand compte à nouveau les États-Unis parmi ses adversaires internationaux. «Notre plus proche allié, les États-Unis d’Amérique, rejette le concept même de communauté internationale. Chaque pays, estime-t-il, devrait se protéger lui-même et faire passer ses propres intérêts avant tous les autres. Comme si le fait que chacun pense à lui-même signifiait que tout le monde est pris en considération. « Great again » [grand à nouveau] – même aux dépens des voisins et des partenaires», a critiqué Steinmeier.

Sa conclusion: la mise en place d’une politique militaire et de grande puissance germano-européenne indépendante qui permette à Berlin de jouer un rôle dans les conflits à venir et de faire valoir ses intérêts économiques et géostratégiques dans le monde entier. «Pour l’Allemagne, l’Europe n’est pas simplement quelque chose d’agréable à avoir au cas où d’autres partenariats se fanent», a-t-il expliqué. «Non, c’est notre intérêt national le plus fort, le plus fondamental. Aujourd’hui et demain, l’Europe est le cadre indispensable pour que nous puissions nous affirmer dans le monde.»

Steinmeier ne laissa aucun doute sur le fait que cette «affirmation de soi» signifie, comme par le passé, une augmentation massive des armements, des guerres et des crimes impérialistes de l’Allemagne. «L’instrument militaire est indispensable pour notre sécurité», a rappelé Steinmeier à son auditoire à l’hôtel Bayrischer Hof. L’effort pour atteindre l’objectif convenu de 2 % de l’OTAN est «correct et nécessaire», a-t-il déclaré. Dans l’ensemble, a-t-il dit, nous ne devrions pas «surcharger notre politique étrangère en espérant qu’elle apportera le salut», car «des positions moralement guidées sont plus susceptibles de nous fermer les yeux que de nous les ouvrir sur la nécessité et les possibilités réelles de nos actions.»

Ce qui est dit est sans équivoque: pour faire valoir les intérêts allemands dans le monde entier, il faut se salir les mains. «Celui qui veut faire la paix en Libye doit serrer un grand nombre de mains, pas toutes propres», a déclaré Steinmeier de manière provocante. Celui qui veut lutter contre le terrorisme dans la région du Sahel – et nous avons quelques années d’expérience au Mali – ne peut pas se contenter d’un simple «envoyer des militaires, oui ou non ?», mais doit avant tout s’attaquer aux causes complexes du conflit sur le terrain pour réussir à assurer la stabilité. Il ne peut y avoir de résolution des conflits, et encore moins de compréhension, autrement.»

Dans un discours ultérieur, le ministre des affaires étrangères Heiko Maas (également SPD) s’est exprimé de manière tout aussi belliqueuse. «Pour dire les choses clairement: L’Allemagne est prête à s’engager davantage, y compris militairement», a-t-il annoncé. «Mais cet engagement militaire doit s’inscrire dans une logique politique… L’ancien ministre de la défense Peter Struck avait raison. Il a dit un jour que la sécurité allemande est également défendue dans l’Hindu Kush. Et aujourd’hui, nous devons ajouter, également en Irak, en Libye et au Sahel, mais aussi à la table des négociations à New York, Genève ou Bruxelles.»

Steinmeier et Maas ont cyniquement essayé de vendre leurs plaidoyers agressifs pour une politique mondiale germano-européenne en étroite alliance avec Bruxelles et la France en réponse aux «leçons de l’histoire allemande» et au retour des forces fascistes et d’extrême droite. «Aujourd’hui, les mauvais esprits du passé – pensée ethnocentrique, racisme, antisémitisme – apparaissent dans notre pays sous une nouvelle apparence. Nous sommes donc à nouveau sollicités, en Allemagne, mais pas seulement en Allemagne», a déclaré Steinmeier.

Les discours de Steinmeier et de Maas, ainsi que l’ensemble de l’évolution politique en Allemagne, soulignent que la classe dirigeante n’a pas tiré la moindre leçon des catastrophes du XXe siècle. Comme dans les années 1930, elle réagit à la crise profonde du capitalisme par le militarisme, la guerre et le fascisme.

La semaine dernière, la décision de l’Union chrétienne-démocrate de Thuringe (CDU) d’élire un premier ministre d’État avec l’Alternative pour l’Allemagne (AfD), une organisation d’extrême droite, a montré à quel point la bourgeoisie allemande s’appuie déjà directement sur les forces d’extrême droite pour mener à bien sa trajectoire militariste et contre la classe ouvrière malgré la résistance de la population. Steinmeier lui-même joue un rôle central dans ce contexte.

Peu après sa participation à la conférence de Munich sur la sécurité en 2014, en tant que ministre des affaires étrangères de l’époque, Steinmeier s’est ouvertement solidarisé avec les forces fascistes en Ukraine. Lors du coup d’État soutenu par Berlin, il a accueilli à l’ambassade d’Allemagne à Kiev Oleh Tyahnybok, le chef du parti fasciste Svoboda, qui était jusqu’alors principalement un allié du Parti national allemand (NPD) néonazi. Tyahnybok est connu pour ses tirades antisémites dans lesquelles il incite la population «contre les porcs juifs et autres racailles». Ses modèles sont des collaborateurs nazis comme Stepan Bandera et Roman Shukhevych, qui ont été impliqués dans le massacre de milliers de Juifs ukrainiens.

Après l’entrée de l’ADF au Bundestag (parlement fédéral) en septembre 2017, Steinmeier a utilisé son discours lors de la Journée de l’unité allemande pour promouvoir une coopération plus étroite avec les forces d’extrême droite en Allemagne même. En parlant des résultats des élections de l’AfD, il a déclaré: «Nos différences ne doivent pas devenir des inimitiés – les différences ne doivent pas devenir inconciliables». Fin novembre 2017, il a invité les coprésidents de l’AfD de l’époque, Alexander Gauland et Alice Weidel, à des entretiens politiques dans sa résidence officielle du château de Bellevue. Le réarmement de la Bundeswehr (forces armées) et l’offensive de guerre, désormais prévus, ne mettront pas fin à la coopération avec l’AfD, mais l’intensifieront encore.

Johannes Stern

 

Article paru en anglais, WSWS, le 17 février 2020

Avis de non-responsabilité: Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.