Contre-révolution : 250 disparus à Bahreïn


En un mois, le roi Hamad ibn Isa Al Khalifa du Bahreïn a lancé une féroce campagne de répression contre ses sujets.

Plus de 80 % de la population adulte a participé au mouvement de contestation pacifique du printemps, réclamant une constitutionnalisation de la monarchie.

• Washington craint que le réveil nationaliste remette en cause la concession de Juffair, un port qui abrite la cinquième flotte US et le commandement naval du CentCom.
• Paris craint qu’une révolution remette en cause les récents accords de défense signés avec le royaume.
• Londres considère que toute perte de pouvoir du monarque est en fait une perte de son influence sur cette ancienne colonie qui ne dispose d’une fiction d’indépendance que depuis 1971.
• Riyad craint que toute évolution démocratique ou sociale chez son micro-voisin suscite un mouvement de contestation similaire en Arabie saoudite.

C’est pourquoi, le 13 mars, le roi a reçu le secrétaire US à la Défense Robert Gates et, sous son contrôle, a fait appel aux troupes saoudiennes.

Depuis leur entrée sur le territoire, 25 mosquées ont été complètement détruites (dont la mosquée historique d’Amir Mohammad), et 253 autres endommagées.

La technique choisie est de transformer une révolution populaire du « printemps arabe », opposant une population aspirant à la démocratie à une monarchie absolue, en un conflit sunnite-chiite.

On ignore avec précision le nombre de victimes de la répression, mais plus de 250 personnes sont portées disparues.

La torture est redevenue une pratique systématique.

Les militaires sont entrées dans les hôpitaux et ont arrêté les médecins et infirmières sunnites qui soignaient les blessés chiites.

(Photo : un char maintient l’ordre colonial à Bahrein. Il est orné du portrait de Khalifa ben Salman al-Khalifa, qui était déjà Premier ministre à l’époque britannique et est resté inamovible à ce poste depuis la fiction d’indépendance.)



Articles Par : Global Research

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]