COVID-19- Confinez l’intolérance et l’arrogance, pas les gens

Analyses:

« Bon, si j’ai bien compris,

Tant qu’on ne l’a pas attrapé, on n’est pas immunisé,

Et tant qu’on n’est pas immunisé, on est confiné,

Et on est confiné pour ne pas l’attraper. »

Tintin, reporter

Je profite de cet article pour rendre hommage à tous mes confrères intensivistes de par le monde et tous ceux qui les aident, aux malades qui luttent contre cette nouvelle infection virale et à leurs proches, obligés de regarder ça de loin.

150 milliards d’euros pour un mois de confinement, titre le journal Le Monde.

Dogme : Point de doctrine établi ou regardé comme une vérité fondamentale, incontestable (dans une religion, une école philosophique).

Un danger bien plus grand que tout virus est l’intolérance dogmatique en science, en particulier en médecine.

Les dogmes relevaient autrefois de la religion et aujourd’hui, peu de gens et surtout pas les docteurs ne regrettent cette époque de bûchers [1].

La science moderne a vaincu la religion, selon certains. 

Finis les dogmes. 

Réellement ?

Vaccins, statines [2], contrôle de la médecine par les firmes pharmaceutiques milliardaires (leurs patrons, pas leurs employés) et le dernier en date, confinement de populations lors d’infection virale.

Autant de sujets actuels, établis comme vérité fondamentale, incontestable, qu’il est impossible d’aborder, de discuter, de critiquer sous peine… de bûchers médiatiques.

Quel rôle jouent les journalistes dans ces messes ?

Je me le demande. 

Au-delà même de qui aurait tort ou raison dans de tels débats, le fait même de ne pouvoir en parler, en discuter sereinement, scientifiquement, sans être accusé de tous les maux est terrifiant, effrayant. 

Culpabiliser, dénigrer, infantiliser, intimider, attaques sur la personne, débat de forme en évitant le débat de fond… 

Les visages de l’Inquisition moderne sont multiples et efficaces.

Personnellement, en tant que docteur raisonnable, père de famille, anesthésiste-intensiviste depuis 17 ans, mon dos frissonne, tout mon corps en fait, à l’idée que la science est finalement restée aussi dogmatique que la religion d’autrefois.

Je vais quand même bousculer le dernier dogme médical en date : le confinement de tout un peuple pour raison d’état (euh, excusez-moi, pour raison médicale).

Imaginez…un scénario purement fictif !

Toute ressemblance avec une situation réelle actuelle ou avec des personnages réels serait purement fortuite.

Stratégie numéro 1 :

  1. Dosage du ZINC (sang/urines) – facultatif :
    1. 13,68/20,09 euros
  2. ECG [3] x2 – obligatoire :
    1. 35,54 euros
  3. Traitement Hydroxychloroquine (Plaquenil°) [4]
    1. Protocole Dr V. Z. (New-York, USA) : 0,4 euros
    2. Protocole Professeur D. R. (Marseille, France) : 1,2 euros
  4. Traitement Azithromycine [5]
    1. Protocole Dr V. Z. : 5,5 euros
    2. Protocole Professeur D. R. : 3,85 euros
  5. Traitement avec du Zinc (attention à la forme, se renseigner auprès d’un médecin compétent !)

62,33 euros dans sa version la plus chère, à laquelle il faut ajouter le prix d’une consultation chez son médecin généraliste ou aux urgences, et le coût d’une boîte de gélules de Zinc (environ 10 euros pour 60 comprimés de 22,5 mg). 

Belgique : 

  • Population de 11 431 406 habitants au 1er janvier 2019*.                                                 
  • Pourcentage de personnes âgées de plus de 65 ans : 18,78%**. 
  • Tenons compte également des habitants porteurs d’une maladie chronique ou plus (maladie cardiaque, maladie respiratoire chronique, diabète, cancer, arthrite et/ou arthrose et hypertension) **.                                                                                                                                                
  • Cas diagnostiqués de Covid-19 au 13 avril 2020 : 30 589 (3903 décès) ***. 

Une extrapolation grossière pourrait imaginer 5 600 000 habitants devant bénéficier du traitement de la stratégie numéro 1, selon les procédures détaillées en fin d’article, soit :

TOTAL : 63 x 5 600 000 = 352 millions 800 mille euros environ. 

C’est probablement largement surestimé puisque nous pouvons considérer qu’un pourcentage important des populations à risque (≥ 65 ans, ≥ 1 maladie chronique) ne recevra pas le traitement systématique si les symptômes principaux, en particulier l’essoufflement, sont absents. Dans ce dernier cas, seules les mesures de protection (confinement, masques, lavement des mains) seront appliquées.

Une estimation plus réaliste du coût global de la stratégie numéro 1 tournerait autour de 150 millions d’euros, avec comme bénéfice principal de ne pas devoir confiner tout un peuple, ou alors de façon très courte et ciblée !

  • Coût pour la société (Sécurité sociale et population) : faible
  • Bénéfice pour l’industrie pharmaceutique et ceux qui vivent de leurs pots-de-vin : quasi nul.

Stratégie numéro 2 :

Confinement prolongé et aveugle de toute la population pendant des mois [6], en attente d’un vaccin [7] :         

150 milliards d’euros pour un mois de confinement, titre le journal Le Monde [8].

  • Il faut y ajouter le coût humain, incalculable lui [9].
  • Il faut y ajouter le coût de la vaccination massive, mondiale, souhaitée par certaines personnes. À titre de comparaison, la vaccination massive contre le virus H1N1, en 2009, aura coûté 105 millions d’euros à la Belgique, 85 millions à l’État (donc la population au travers des impôts), 20 millions à la Sécu (donc la population au travers des cotisations), selon la Cour des Comptes [10].

TOTAL : 150 milliards d’euros par mois de confinement (monde) et plusieurs centaines de millions d’euros pour la vaccination massive en Belgique, des milliards au niveau mondial, auquel il faut ajouter le coût humain quasi infini.

  • Coût pour la société (Sécurité sociale et population) : énorme
  • Bénéfice pour l’industrie pharmaceutique et ceux qui vivent de leurs pots-de-vin : gigantesque. 

À titre d’exemple, la vaccination contre le H1N1 en Belgique en 2009 a rapporté 80,2 millions d’euros aux producteurs du vaccin.

La vaccination contre le Covid-19, avec une volonté politique mondiale de l’avoir et de l’injecter dès la fin de cette année 2020 est une poule aux œufs d’or pour les patrons des firmes productrices du vaccin. 

D’autant qu’il faudra y ajouter les bénéfices des ventes de médicaments accessoires et très chers comme les anti-cytokines (Kevzara : 800 euros/injection [11], Roactemra 822 euros/injection [12]).

Kevzara/Roactemra : > 800 euros/injection

Hydroxychloroquine : 0,04 euros/comprimé

Azithromycine : 0,55 euros/comprimé de 250 mg 

Zinc : cacahuètes.

[Voilà peut-être une des raisons du feu nourri médiatique et médical dogmatique à l’encontre des docteurs, le professeur Didier Raoult en tête, qui préconisent cette stratégie, cacahuètes pour les firmes pharmaceutiques, tout bénéfice pour la société, donc la population, alors que les vaccins et les thérapies immunologiques rapporteraient aux patrons des firmes et à ceux qui les servent des milliards] fin de la parenthèse et je tremble car je risque, ce faisant, de déclencher la colère de l’Inquisition moderne par cette seule idée.

*  Au 1er janvier 2019, la Belgique comptait 11.431.406 habitants

** Prévalence des maladies chroniques en Belgique

** Sciensano Health Interview Survey

*** Coronavirus dans le monde et en Europe : les chiffres de l’épidémie avec ces cartes mises à jour quotidiennement

À première vue, vous, lecteur, citoyen, être humain, dans quel camp êtes-vous ?

Stratégie numéro 1 : peu coûteuse, peu dangereuse et efficace, 

Confinement court, raisonné, ciblé

Hydroxychloroquine + azithromycine + zinc aux personnes symptomatiques, surtout si à risque, et au personnel soignant, avant que ça ne devienne grave !

OU

 Stratégie numéro 2 : ruineuse, dangereuse et peu efficace

Confinement prolongé et généralisé des populations 

Vaccinations de masse, à tous, sans discrimination

 

Évidemment, tout cela est une extrapolation, une simulation, une fiction. 

L’important n’est pas le chiffre précis, mais l’ordre de grandeur entre les deux stratégies qui parle de lui-même. 

Du million au milliard !

Et ce ne sont que des chiffres, des euros.  

L’aspect humain est bien plus grave.

Vous trouverez en fin d’article la procédure proposée dans la stratégie numéro 1, présentée de façon très pratique et concrète, avec un rappel du protocole médicamenteux du professeur Raoult (Marseille, France) et de celui du docteur Vladimir Zelenko (New-York, USA), avec leurs sources respectives. J’ai une préférence pour la version du docteur Zelenko car elle inclut le ZINC.

Cet article n’est pas un article scientifique revu par ses pairs, publié dans une revue scientifique, avec randomisation, double-aveugle, multicentrisme….

Cet article est le résumé vulgarisé d’une stratégie médicale plausible, par un docteur, et un appel urgent à plus de conscience, de réveil, de bon sens et de réflexion de tous les citoyens, par un citoyen.

Je n’appelle pas à la révolution, j’appelle à la discussion, à la réflexion saine, non pas basée sur les dogmes, la peur, la recherche de profits, l’exagération, l’immédiateté, comme le font certains confrères, experts ou journalistes, mais sur le bon sens et la prise en compte de la balance bénéfices/risques.

Et d’abord, 4 questions.

1) Pourquoi un tel feu nourri contre la stratégie numéro 1, avant même de lui donner toutes ses chances, alors qu’elle est économe en argent, relativement peu toxique et pourrait sauver des vies sans passer par ce confinement mortifère ?

Cela n’a pas de sens scientifique.

Si le bien-fondé scientifique de cette stratégie économe et peu dangereuse laisse encore à désirer, alors pourquoi avoir attendu si longtemps pour mettre en œuvre des études correctes à l’occidentale, alors que pour les vaccins, on dit que plusieurs laboratoires sont déjà sur la brèche, jour et nuit ? Comme si cette dernière option, coûteuse, bien plus dangereuse que l’hydroxychloroquine ou l’azithromycine, était celle retenue depuis le début.

Pourquoi ignorer les études sérieuses déjà réalisées sur l’hydroxychloroquine, dont celles faites en Chine [13], le premier pays confronté à ce virus ? 

Le fait que d’autres pays, dont la Corée du Sud [14], et pas seulement monsieur Raoult, encourage leurs docteurs à prescrire de l’hydroxychloroquine n’est pas diffusé par nos médias qui font croire que le professeur Didier Raoult serait le seul type à préconiser cette stratégie, pourquoi ? 

Qui oserait critiquer la Corée du Sud pour sa prise en charge exemplaire de la crise, sans recourir au confinement massif pourtant ?

Korean physicians treating the patients infected with the new coronavirus (COVID-19) have established the treatment guidelines for the unpreceded coronavirus.

[Les médecins coréens qui traitent les patients infectés par le nouveau coronavirus (COVID-19) ont établi des lignes de conduite thérapeutique…]

As chloroquine is not available in Korea, doctors could consider hydroxychloroquine 400mg orally per day, they said.

[Comme la chloroquine n’est pas disponible en Corée, les médecins pourraient utiliser l’hydroxychloroquine par voie orale 400mg par jour…]

Pour aller plus loin : Le modèle coréen de la guerre contre la COVID-19: À quel point est-il un succès? Pourquoi est-il une réussite?

C’est le cas en Chine également.

La molécule hydroxychloroquine a été utilisée pour traiter des patients atteints du Covid-19 en Chine, mais aussi en Corée du Sud où l’hydroxychloroquine est recommandée comme traitement [15].

Pourtant, son utilisation (de l’hydroxychloroquine) est prônée y compris en haut lieu : un spécialiste des maladies infectieuses, membre du conseil scientifique mis en place par le gouvernement, a déclaré (…) qu’en Chine, en Iran, en Corée du Sud, en Arabie saoudite, l’hydroxychloroquine et la chloroquine font déjà partie des protocoles thérapeutiques, conseillés par des experts, pour certains de renommée mondiale. [16]

2) Pourquoi certains médias et médecins présentent-ils les choses comme si ce protocole était la lubie d’un seul homme, que certains, en passant, profitent pour insulter, le traitant d’arrogant, ceux-là mêmes qui très souvent sont des modèles d’arrogance et de mépris pour les idées des autres ?

Aujourd’hui, on nous dit que des études « à l’occidentale » (double aveugle, randomisées, multicentrique) sont enfin menées pour confirmer ou infirmer les résultats de ce protocole, hydroxychloroquine et azithromycine.

Pas tout à fait !

C’est vicieux. Comme ça on pourra dire : « Vous voyez, on vous l’avait dit, ce protocole est inefficace et dangereux. »

Ces études à l’occidentale n’étudient pas le protocole précis du professeur Didier Raoult, ou celui du docteur états-unien Vladimir Zelenko (précocité, avant les symptômes graves qui conduisent aux soins intensifs, association avec azithromycine voire zinc, dosages précis), non, ils étudient l’hydroxycholoroquine seule, à des dosages différents et chez les gens déjà trop malades. 

Ce n’est pas la même chose !

« Le CHU d’Angers lance un essai (Hycovid) et prétend trancher LE débat : affirmation, scandaleuse, malhonnête, suspecte. Hycovid, testé sur des personnes de plus de 75 ans, à une dose faible et sans Azithromycine, ne tranchera pas ! » [17].

Ah oui ! L’étude Hycovid respecte les standards de la science occidentale, ça oui : multicentrique, double aveugle, randomisation… alléluia ! Mais pas l’essentiel, le protocole précis du professeur Raoult ni celui du docteur Vladimir Zelenko qui eux, en attendant, soignent des vies, pas des chiffres.

C’était déjà le cas avec l’essai clinique DisCoVeRy [18], 

Ces nombreux « experts » ont obtenu que dans l’essai clinique DisCoVeRy, l’hydroxychloroquine ne soit testée que sur des personnes sévèrement atteintes alors que tout le monde s’accorde à dire qu’à ce stade le médicament à un intérêt quasiment nul ou très faible… [17]

3) Et le zinc, l’azithromycine ?

Je compte écrire un article de vulgarisation médicale pour préciser le rôle du Zinc.

Le deuxième oligo-élément de l’organisme humain, après le fer.

Vous imaginez le rictus de mépris sur le visage de nos grands scientifiques et médecins ? 

Un bête complément alimentaire, qui ne coûte presque rien, qui pourrait sauver des millions de gens ? Circulez, rien à voir ici.

Et pourtant !

Il y a une pléthore d’articles scientifiques qui montrent le rôle antiviral capital du Zinc, et celui non moins capital de régulateur du système immunitaire humain !

Je vous renvoie à ces références scientifiques suivantes : [19], [20] et à cet article de revue très bien fait : The Role of Zinc in Antiviral Immunity, accès gratuit, vous pouvez télécharger le fichier en PDF sur votre ordinateur.

 En résumé, le Zinc peut contrecarrer l’infection virale à plusieurs niveaux.

Source du schéma : Synthèse Bibliographique du Comité Scientifique LABORATOIRE NUTERGIA

Il faut du zinc !

En plus, les personnes les plus à risque de la forme grave du Covid-19, qui mène aux soins intensifs, celles de plus de 65 ans sont largement déficientes en Zinc :

Zinc, aging, and immunosenescence : an overview

Les personnes de 65 ans ou plus ont un apport en zinc 50% inférieur aux niveaux recommandés.

Sur une étude 102 européens âgés, 44% d’entre eux avaient un déficit en Zinc, 20% un déficit très élevé.

Par ailleurs, le zinc a besoin d’un transporteur à travers la membrane des cellules. Ce transporteur est appelé ionophore. Or, l’hydroxychloroquine est un ionophore pour le zinc :

Chloroquine Is a Zinc Ionophore

Le virus est une composante de la maladie Covid-19.

L’inflammation et la réaction immunitaire du corps humain, une autre, aussi importante.

On sait que ce qui conduit certaines personnes aux soins intensifs voire au décès, n’est pas le virus en tant que tel mais la réaction du corps, la réaction immunitaire excessive, appelée la tempête cytokinique car elle implique des protéines immunitaires et de l’inflammation qui détruisent le virus mais aussi les organes qu’ils sont censés protéger, dont les poumons.

Hydroxychloroquine [21], azithromycine et zinc jouent également un rôle protecteur, dans cette réaction immunitaire suicidaire.

Prescrire les trois molécules en association a du sens scientifique !

4) Hydroxychloroquine et azithromycine sont dangereux ?

Je suis docteur.

Je vais vous faire un scoop :

Tous les médicaments sont dangereux.

Je vous réfère au livre du professeur Philippe Even :

« Corruptions et crédulité en médecine, stop aux statines et autres dangers. »

Ou à celui de John Virapen, ex PDG repenti d’Eli Lilly & Company en Suède :

« Médicaments effets secondaires : LA MORT »

Bien sûr, tous deux ont été stigmatisés par la religion scientifique moderne et dogmatique.

Bien sûr, la prescription de l’hydroxychloroquine et de l’azithromycine doit être encadré par des médecins, et nécessite quelques précautions, comme toutes les prescriptions.

Mais ces dangers et ces précautions sont assez mineurs.

Car qu’en est-il de l’alternative ?

Et las vaccins, pas dangereux ? Attention, j’aborde le dogme médical le plus violent de notre époque.

Oui, cela peut être dangereux.

Encore plus un vaccin fabriqué à la hâte, et qu’on donnerait à tout le monde, sans distinction d’âge ou de statut immunitaire.

Comment des responsables européens peuvent-ils se réjouir et faire croire à la population non médicale qu’on puisse fabriquer un vaccin à la fois efficace et sûr en si peu de temps, moins de deux ans quand pour le SRAS de 2003, ou le Virus Respiratoire Syncytial (VRS) qui tue 17 000 décès aux USA chaque année [22], et entre 60 000 et 200 000 enfants dans le monde [23], on n’a toujours rien ?

Pour le VRS, cela fait des dizaines d’années que les chercheurs essaient de trouver un vaccin. Rien !

Et ici, pour ce nouveau coronavirus, moins d’un an ? Quelle honte !

Mais on dit que l’hydroxychloroquine, approuvé pour usage médical aux États-Unis depuis 1955 comme anti-paludéen, l’Azithromycine utilisée depuis 1980 seraient une hérésie malgré les faits développés tout au long de cet article !

Tiens, saviez-vous que le zinc (ce petit complément alimentaire bon marché, peu dangereux lui), pouvait diminuer la morbidité liée au Virus Syncytial respiratoire ? 

Effect of Zinc Salts on Respiratory Syncytial Virus Replication

« The results of this study suggest that zinc mediates antiviral activity on RSV by altering the ability of the cell to support RSV replication. »

« Les résultats de cette étude suggèrent que le ZINC a une activité antivirale sur le VRS en altérant la réplication virale au sein des cellules. »

Demande urgente aux autorités :

Faites une étude « à l’occidentale » 

  1. En comparant :
    1. Un groupe : Hydroxychloroquine + Azithromycine
    2. Un groupe : Hydroxychloroquine + Azithromycine + Zinc
    3. Tous les autres groupes que vous voudrez
  2. En respectant le timing :
    1. Précocité, AVANT que les symptômes graves (tempête cytokinique), qui mènent en soins intensifs n’apparaissent

Alors on en reparlera.

Tout ce qui est fait aujourd’hui, à grands renforts de publicité médiatique, ne prouvera rien, en tout cas pas l’inefficacité des protocoles du professeur Raoult ou du docteur Zelenko.

Annexe :

Proposition de prise en charge de la maladie Covid-19, due au SARS-Cov-2 :

I. Définir les bénéficiaires du traitement :

  1. Sur une base clinique, pas besoin d’appareil tels que saturomètre : présence d’essoufflement (difficulté respiratoire au repos comme à l’effort) dans un contexte suggestif d’affection virale (fièvre et/ou toux et/ou douleurs musculaires)

ET/OU

  1. Sur une base de terrain : populations à risque
    1. Âge > 65 ans
    2. Altération du système immunitaire en raison d’une maladie (cancer par exemple) ou d’un traitement (corticothérapie par exemple)
    3. Présence de >/= 1 maladie chronique sévère, en particulier, diabète, hypertension, affection cardiaque ou pulmonaire chronique.
  2. Tout le personnel soignant afin de leur garantir une protection optimale

II. Pendre des précautions :

  1. Réaliser un électrocardiogramme qui enregistre l’activité électrique du cœur avant le traitement, l’hydroxychloroquine pouvant entraîner une arythmie ventriculaire maligne appelée torsade de pointes via l’allongement de l’intervalle [QT]. Tenir compte de l’intervalle QT corrigé (QTc) renseigné sur la plupart des ECG modernes, ou donné par la formule de Bazett, QTc = QT mesuré divisé par la racine carrée de l’intervalle R-R’ :

 Si QTc >/= 500 msec, contre-indication à l’hydroxychloroquine.

Attention aux autres facteurs favorisant l’allongement de l’intervalle QT, tels que l’hypokaliémie (potassium sanguin bas). 

L’hypokaliémie peut être favorisée par des vomissements ou des diarrhées, parfois retrouvés dans le tableau du Covid-19, donc au moindre doute, faire doser la kaliémie qui doit être entre 4 et 5 mmol/L.

  1. Vérifier les contre-indications (rétinopathie notamment) et les interactions médicamenteuses possibles, surtout en cas de traitement concomitant. Pour cela il suffit de se référer à la notice du médicament, ou à des sites officiels [24].                                                                      

III. Traiter, protocoles de traitement : 

  1. France [25] Professeur Didier Raoult :
    1. Hydroxychloroquine (Plaquenil°) 200 mg 3x/j pendant 10 jours
    2. Azithromycine (Zitromax°) 500 mg le premier jour, puis 250 mg/j pendant 5 jours
  2. USA [26] Docteur Vladimir Zelenko :
    1. Hydroxychloroquine (Plaquenil°) 200 mg 2x/j pendant 5 jours
    2. Azithromycine (Zitromax°) 500 mg 1x/j pendant 5 jours
    3. Sulfate de Zinc 220 mg 1x/j pendant 5 jours

IV. ECG de contrôle

Certains préconisent de contrôler un ECG au deuxième jour de traitement [27].

NOTES :

Je n’encourage pas à l’automédication. 

Hydroxychloroquine et azithromycine sont des médicaments : ils doivent être prescrits par un médecin et le traitement doit être contrôlé. 

Le zinc lui, est un complément alimentaire qui ne nécessite pas de prescription.

Je déclare sur l’honneur n’avoir aucun lien, ni familial, ni financier avec l’industrie du Zinc, le professeur Raoult ou le docteur Vladimir Zelenko.

Dr Pascal Sacré

Anesthésiste-Intensiviste

Image en vedette : pixabay.com

Note aux lecteurs : veuillez cliquer sur les boutons de partage ci-dessus ou ci-dessous. Faites suivre cet article à vos listes de diffusion. Publiez cet article sur votre site de blog, vos forums Internet, etc.

Sources :

[1] 17 février 1600, Giordano Bruno brûlé vif par l’Église

[2] Les statines (ou inhibiteurs de la HMG-CoA réductase) forment une classe d’hypolipémiants, utilisés comme médicaments pour baisser la cholestérolémie, notamment en maladie cardiovasculaire à cause de leur hypercholestérolémie.

[3] Combien coûte un examen et quels sont les moyens de payement acceptés ? ECG 17,77 euros, tarifs 2020 

[4] Médicament choisi : Plaquenil, Test-achats.be, banque de données de médicaments

[5] Médicament choisi : azithromycine, Test-achats.be, banque de données de médicaments

[6] Ça va durer encore des semaines, peut-être des mois, a dit Justin Trudeau., Radio-Canada, 12 avril 2020, Le Québec en confinement : comment en sommes-nous arrivés là ?

[7] Coronavirus. Les personnes âgées confinées jusqu’à fin 2020 en Europe ?, la présidente  de la Commission européenne  Ursula von der Leyen espère le développement d’un vaccin par un laboratoire européen vers la fin de l’année 2020.

[8] « Le coût intégral d’un mois de confinement pourrait atteindre 150 milliards d’euros », le professeur de gestion Laurent Cappelletti rappelle, dans une tribune au « Monde », qu’il faut ajouter aux coûts visibles de l’arrêt de certaines activités le « coût caché » des dysfonctionnements du télétravail, de la réorganisation des entreprises, de l’angoisse des travailleurs confrontés au virus, 3 avril 2020

[9] Olivier Babeau: «Le coût du confinement n’est pas qu’économique», Figarovox/tribune, 14 avril 2020

[10] La grippe A/H1N1 de 2009 a coûté 85 millions d’euros à l’Etat et quelque 20 millions à la Sécu, selon la Cour des comptes. Le prix des vaccins se taille la part du lion (80,2 millions), Trends-Tendances, 23 décembre 2011

[11] Kevzara 150 mg, solution injectable, Sarilumab, autorisation de mise sur le marché le 23/06/2017 par SANOFI-AVENTIS FRANCE au prix de 800,53€.

[12] Roactemra 162 mg, solution injectable, Tocilizumab, autorisation de mise sur le marché le 23/04/2014 par ROCHE au prix de 822,13€.

[13] Hydroxychloroquine for the Treatment of Severe Acute Respiratory Syndrome Coronavirus 2 (SARS-CoV-2).

[14] Korean physicians treating the patients infected with the new coronavirus (COVID-19) have established the treatment guidelines

[15] Depuis le mois de février, le Pr Didier Raoult défend l’utilisation de la chloroquine, un anti-paludique, pour traiter le Covid-19. Alors qu’il a rendu public de premiers résultats positifs, la Pitié-Salpêtrière, à Paris, a adopté le même protocole.

[16] Coronavirus : trois questions sur la chloroquine

[17] A Angers l’HYCOVID ne tranchera pas, site Mediapart, 10 avril 2020

[18] Un essai clinique, baptisé Discovery et coordonné par l’Inserm dans le cadre du consortium Reacting, démarre ce week-end en France pour tester quatre traitements expérimentaux contre le COVID-19. 22 mars 2020.

[19] Zinc as a Gatekeeper of Immune Function, Nutrients. 2017 Dec ; 9(12) : 1286.

[20] Zn(2+) inhibits coronavirus, PLoS Pathog. 2010 Nov 4;6(11):e1001176., 

[21] Immunosuppressive effects of hydroxychloroquine, Exp Ther Med. 2018 Mar ; 15(3) : 2436–2442.

[22] Épidémiologie et diagnostic des infections à virus respiratoire syncytial de l’adulte, Revue des Maladies Respiratoires Vol 21, N° 1 – février 2004 pp. 35-42

[23] Global burden of acute lower respiratory infections due to respiratory syncytial virus in young children, The Lancet, 1 mai 2010

[24] PLAQUENIL 200 mg, comprimé pelliculé – Notice patient, base de données publique des médicaments

[25] Coronavirus : Protocole, risques… Les questions que pose l’expérimentation du Pr Raoult sur la chloroquine, 20minutes.fr, 24 mars 2020

[26] Correspondance du Dr Vladimir Zelenko sur le traitement du COVID-19 à New York, hydroxychloroquine + azithromycine + zinc, en résumé, ma recommandation urgente est de commencer le traitement en ambulatoire dès que possible conformément à ce qui précède. D’après mon expérience directe, ce traitement permet de prévenir le syndrome de détresse respiratoire aiguë (SDRA), d’éviter de devoir être hospitalisé et de sauver des vies.

[27] PROCÉDURE DE SÉCURISATION DE LA PRESCRIPTION DU TRAITEMENT HYDROXYCHLOROQUINE/AZITHROMYCINE, Service de cardiologie, Pr Deharo, Hôpital La Timone, AP-HM, Marseille, France, 1 avril 2020



Articles Par : Dr Pascal Sacré

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]