Crise dans les Balkans: qui soutient les terroristes albanais?

Les Balkans sont souvent qualifiés d’un «trou noir» au sein de l’Europe. Et pour cause, la corruption endémique des nouvelles élites politiques de la région, l’expansion exponentielle de groupes criminels et l’instabilité chronique due à l’échec de l’éradication de la pauvreté de même que la persistance des revendications territoriales ethniques voire claniques ne cessent que vulnérabiliser les pays Balkans.

Fragilisée par l’explosion de trafics en tous genres (acheminement vers l’Europe de l’Ouest de l’héroïne en provenance d’Afghanistan, trafics d’êtres humains, trafics d’armes, détournement de l’aide internationale, malversations diverses, etc.), mais aussi par la persistance des revendications irrédentistes, la région serait devenue, en quelques années, un réel casse-tête de toute l’Europe. Le déversement de milliards d’euros d’aide internationale ne semble pas résoudre le problème. Au contraire, la région prête le flanc, depuis plusieurs années déjà, à l’entrisme des islamistes radicaux. La présence de camps d’entraînement terroristes en Bosnie-Herzégovine et la radicalisation de centaines d’individus, au sein des populations locales kosovares et bosniennes, par le biais de prédicateurs wahhabites et d’organisations caritatives, ont d’abord fait le lit d’Al Qaeda, dès les années 1990, puis celui de l’Etat islamique depuis 2014.

La faute à qui?

Jusqu’ici, c’est surtout la perspective d’une adhésion à l’UE qui a forcé la Serbie, la Macédoine, le Monténégro, le Kosovo et la Bosnie-Herzégovine à maintenir la paix dans les Balkans occidentaux.

Mais pas tous les pays occidentaux ont envie de voir ces «Etats faillis» au sein de l’Union Européenne. En effet, il est plus profitable de contribuer à la destruction de la région affaiblie que d’investir dans son développement. Donc, l’Occident peut se réjouir de l’émergence des mouvements terroristes tels que l’Armée nationale albanaise (ANA).

En 2016, l’ANA s’est manifestée au Kosovo. Un de ses commandants a déclaré que l’OTAN était à son côté et que l’Armée serait mobilisée très vite en cas d’urgence.

L’Armée de Libération nationale albanaise est un mouvement terroriste albanais, bras armé du Front pour l’Unité Nationale Albanaise (FUNA), formé par des combattants de l’Armée de Libération du Kosovo (UÇK) désarmée en 1999.

La Sécurité Nationale Albanaise, un service de renseignement et de sécurité de FUNA, est très bien implantée au sein des communautés albanophones dans les Balkans, mais aussi dans les communautés émigrées, notamment en Suisse et en Allemagne. Le service est également responsable des affaires clandestines (notamment neutralisation d’opposants dans les pays des Balkans.) Elle refuse les accords d’Ohrid (les accords de paix signés par le gouvernement de la République de Macédoine et les représentants de la minorité albanaise le 8 août 2001) et combat pour la «réunification des territoires habités par des albanais» et la création de la «Grande Albanie» qui risque de devenir un nouvel foyer d’islamistes radicaux.

L’OTAN est certainement impliquée dans ses affaires illégales. Sinon, comment peut-on expliquer leur non action? Etant donné que c’était l’Alliance qui prétendait de protéger la région et assurer sa sécurité, il est évident que le début du déclin actuel ne s’est pas produit de manière inattendue.

Si rien ne change, les Balkans seront plongés dans un chaos irrémédiable avec le risque de propagation au reste de l’Europe.

Maria Haros

 

Références

https://www.causeur.fr/yougoslavie-balkans-troude-terrorisme-djihad-146475

https://www.polemia.com/la-grande-albanie-un-projet-americain-contre-le-monde-orthodoxe/

https://balkanologie.revues.org/472

 



Articles Par : Maria Haros

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]