Crocus City Hall : la Russie demande à l’Ukraine d’extrader les responsables des actes terroristes sur son territoire

L’enquête démontrant une trace ukrainienne dans l’attentat du Crocus City Hall à Moscou, qui a fait à ce jour 144 morts, dont 5 enfants, et 551 blessés, a été établie par le Comité d’enquête de la Fédération de Russie. Si pour la réalisation de cet attentat du 22 mars dernier, des terroristes islamistes ont été recrutés, ce n’est pas une organisation terroriste, qui a commandité ce crime. La Russie demande donc officiellement à l’Ukraine d’extrader les responsables des actes terroristes commis sur son territoire.

Le Comité d’enquête de la Fédération de Russie a établi avec certitude la piste ukrainienne. Cela concerne à la fois la question du financement, avec des fonds et des crypto-monnaies en provenance d’Ukraine. Mais aussi un lien a été confirmé entre les neuf personnes arrêtées et les extrémistes ukrainiens.

De son côté, le directeur du FSB, Bortnikov, a déclaré que les Etats-Unis avaient bien transmis des informations à la Russie, mais que ces informations avaient un caractère général. Quelques précisions ont également été apportées, notamment en ce qui concerne la destination des terroristes : ils étaient bien attendus en Ukraine, où ils devaient recevoir le reste du paiement et être accueillis en héros. Ainsi, la piste biélorusse n’existe médiatiquement, que suite aux déclarations … des biélorusses.

Bortnikov a par ailleurs souligné l’aide des services occidentaux :

« Nous pensons qu’il en est ainsi. Quoi qu’il en soit, nous parlons maintenant de l’image que nous avons de la situation. C’est une information générale, mais nous en avons aussi beaucoup encore en travail », a-t-il déclaré, répondant à la question de savoir si les États-Unis, la Grande-Bretagne et l’Ukraine sont à l’origine de l’attaque terroriste »

La Russie a donc remonté jusqu’à l’Ukraine et c’est certainement la raison pour laquelle le Département du Comité d’enquête en charge de l’affaire est celui des crimes de guerre et des génocides. Car ce crime a été commis alors que formellement l’Ukraine est en guerre contre la Russie.

Dans ce contexte, le ministère russe des Affaires étrangères s’est officiellement adressé à l’Ukraine, dans le cadre des deux conventions de Genève contre le terrorisme et contre le financement du terrorisme, pour qu’elle lui délivre les responsables des actes terroristes commis en Russie, puisque celui-ci est loin d’être le premier. Il s’agit notamment :

« Parmi ces demandes figure l’arrestation du chef du SBU V. Malyuk, qui a cyniquement admis le 25 mars que l’Ukraine avait organisé le bombardement du pont de Crimée en octobre 2022 et révélé les détails de l’organisation d’autres attentats terroristes en Fédération de Russie. »

Le formalisme juridique en Russie est généralement poussé à l’extrême, voyons ce qu’il en sera lorsque les procédures judiciaires seront terminées. La Russie va-t-elle s’arrêter à l’Ukraine et comment entend-elle la faire répondre de ses crimes ? Ou bien les autorités russes vont-elles également aller chercher ceux, qui tirent les ficelles, car il serait bien naïf, même si très confortable, de considérer l’Ukraine comme un Etat et un Etat capable de prendre de manière autonome des décisions et de les réaliser …

A suivre.

Karine Bechet-Golovko

PS : Annonce de cet après-midi :

Le Comité d’enquête russe annonce le début d’une enquête sur les activités terroristes des États-Unis, de l’Ukraine et d’autres pays occidentaux à l’encontre de la Russie.



Articles Par : Karine Bechet-Golovko

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]