D’autres « révélations » sur la sale guerre en Colombie

Plutôt des confirmations de ce qu’il faudrait que tout le monde sache : publié dans LA JORNADA d’aujourd’hui :
http://www.jornada.unam.mx/2008/08/…

Nous avons étés utilisés

L’armée colombienne appuyait les paramilitaires des AUC L’ex chef paramilitaire colombien Hebert Veloza sur le point d’être extradé aux USA pour narcotrafic, a admis dans une entrevue au quotidien « EL ESPECTADOR » que les groupes armés d’extrème droite ont assassiné des milliers de personnes pendant la lutte antiguerrila, et qu’ils comptaient sur l’appui direct ou indirect des forces armées régulières.

Plus connu sous son alias : HH, Veloza décrit par le menu comment les chefs paramilitaires avaient le libre accès aux casernes de l’armée et à leurs ressources. Il ne s’explique pas pourquoi plusieurs généraux d’active ou à la retraite ne sont pas mis en examen pour leur participation a ces faits. Il cite en particulier, Rito Alejo del Rio qui lui a laissé utiliser une caserne pour y garder séquestrés deux membres des farc qui furent « disparus » par la suite.

Selon Veloza, le général Alejo a eu plusieurs conversations avec le premier dirigeant des AUC (autodéfenses unifiées de colombie -paramilitaires), Carlos Castano qui fut assassiné en 2004 par ses propres hommes…

De même, poursuit-il, les paramilitaires et l’armée régulière ont réalisé de nombreuses patrouilles communes et les officiers devraient donc être punis pour ces faits : nous, nous étions dans l’illégalité, ils sont plus coupables que nous car ils représentaient l’Etat colombien et devaient protéger les communautés. Ils nous utilisaient pour combattre la guerrilla. Nous avons effectivement commis beaucoup d’homicides et nous devons en répondre, mais eux aussi ils doivent en répondre.

L’ex dirigeant des AUC affirme également que le projet des paramilitaires n’a pas échoué puisqu’il ont réussi à affaiblir la guerrilla et lui ôter le contrôle de vastes régions, ce qui les a perdus, selon lui, c’est les liens avec le narcotrafic. Veloza a aussi affirmé que les troupes sous ses ordres ont assassiné plus de trois mille personnes dont un plus grand nombre d’innocents que de coupables mais «c’est comme ça la guerre ».

La majorité des paramilitaires de l’AUC (près de 32 000 hommes) ont étés démobilisés entre 2003 et 2006 par une négociation avec le président Uribe qui leur a offert des remises de peine conséquentes contre la confession des crimes et délits commis et la « réparation » envers les victimes ou leurs familles.

Version française publié sur le site de Bellaciao.



Articles Par : Global Research

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]