Dans un tweet supprimé, le commandement nucléaire américain se déclare «prêt» à «larguer quelque chose»

La veille du Nouvel An, le Commandement stratégique américain, qui supervise l’arsenal nucléaire des États-Unis, a publié un tweet dans lequel il se déclarait prêt à «larguer quelque chose de beaucoup, beaucoup plus gros» que la «grosse boule» de Times Square à New York.

Ce tweet laisse entendre que l’armée américaine est non seulement tout à fait prête à tuer des gens avec des armes nucléaires pour la troisième fois, mais qu’elle est aussi très impatiente de le faire.

Dans les heures qui ont suivi sa publication, le tweet a été supprimé et remplacé par un message d’excuse: «Notre précédent tweet de la nouvelle année était de mauvais goût et ne reflète pas nos valeurs. Nous nous excusons. Nous sommes dédiés à la sécurité de l’Amérique et de ses alliés.»

Le tweet original disait: «La tradition de #TimesSquare résonne dans le #NouvelAn en laissant tomber la grosse boule… si jamais nous en avons besoin, nous sommes prêts à larguer quelque chose de beaucoup, beaucoup plus gros».

Le tweet «blaguant» du meurtre de millions de personnes

Le tweet menaçant de tuer des millions de personnes a été, de façon curieuse, désavoué par le Washington Post comme une «blague sur le largage de bombes».

Bien sûr, rien sur le tweet n’est une blague. Il est en fait conforme à la doctrine militaire américaine et à l’insistance constante et répétée des commandants pour que les militaires soient prêts à «combattre le soir même».

Contrairement à d’autres puissances nucléaires, dont la Chine et l’Inde, les États-Unis se réservent le droit d’utiliser en premier les armes nucléaires. Cela signifie qu’il n’y a effectivement pas de contraintes internes si le président américain notoirement impétueux, Donald Trump, décidait de «larguer quelque chose».

Et pas seulement le Président. Dans son livre récemment publié, Daniel Ellsberg, ancien chercheur militaire et planificateur nucléaire américain, qui a divulgué les documents du Pentagone au New York Times en 1971, a clairement indiqué que pendant des décennies, la capacité de lancer des attaques nucléaires a été déléguée à un nombre inconnu de chefs militaires bien au-delà du président américain. Ellsberg fait valoir de façon convaincante que cette délégation continue jusqu’à ce jour.

Dans le livre, Ellsberg soutient que le film de Stanley Kubrick, «Le docteur Folamour», de 1964, qui raconte l’histoire d’un commandant de base aérienne fou qui ordonne une attaque à la bombe qui déclenche la destruction du monde, est un «documentaire» sur les dangers massifs de la guerre nucléaire, intentionnels et «accidentels», qui risquent de déclencher la destruction de l’humanité.

Outre de brefs articles dans le New York Times, le Washington Post et d’autres, les médias ont ignoré l’incident. Il n’y a eu que des reportages les plus brefs du tweet, de sa rétractation et des déclarations bienveillantes du Pentagone selon lesquelles une vidéo accompagnant le tweet montre un bombardier larguant une arme non nucléaire. Il n’y a eu aucun commentaire. Et la question n’a pas été soulevée dans les points de presse, à la Maison-Blanche ou ailleurs.

Un B-2 Spirit de l’US Air Force se prépare à décoller à la base aérienne d’Andersen à Guam le 8 janvier 2018. © Forces aériennes du Pacifique des États-Unis

Voici quelques questions qu’un journaliste sérieux pourrait poser au sujet de l’incident lors d’une conférence de presse au Pentagone:

• L’auteur du tweet a-t-il fait l’objet de mesures disciplinaires officielles?

• L’auteur du tweet a-t-il violé les ordres ou le protocole? Y a-t-il eu insubordination?

• Dans l’affirmative, cela pourrait-il indiquer une plus grande rupture de la discipline au sein du commandement militaire américain responsable des forces nucléaires?

Mais bien sûr, de telles questions ne sont tout simplement pas posées, et la réaction des médias est d’occulter l’événement dès que possible.

En ce sens, les médias adoptent la même approche qu’en janvier dernier lorsque quelque 1,5 million de personnes à Hawaï ont reçu, sans explication, une alerte téléphonique d’urgence: «MENACE DE MISSILE BALISTIQUE EN DIRECTION D’HAWAÏ. TROUVEZ UN ABRI IMMÉDIATEMENT. CECI N’EST PAS UN EXERCICE.»

Dans ce cas également, les médias ont tout simplement tourné la page, sans article d’opinion ni enquête de suivi sur l’événement.

La menace du Commandement stratégique américain survient alors que les États-Unis sont au beau milieu d’un programme massif de 1,3 billion de dollars visant à remettre à neuf et à développer leurs armes nucléaires, l’accent étant mis sur la fabrication d’armes plus petites qui sont plus susceptibles d’être utilisées au combat. Plus tôt ce mois-ci, la Maison-Blanche a publié un «Examen de la posture nucléaire» (NPR) qui élargit encore les circonstances dans lesquelles les États-Unis pourraient utiliser des armes nucléaires et confirme leur droit à leur «emploi en premier».

L«Examen de la posture nucléaire» (NPR) s’inscrit lui-même dans le cadre du «conflit des grandes puissances» défini dans la stratégie de sécurité nationale de l’année dernière, qui présente spécifiquement le conflit avec la Russie et la Chine dotées d’armes nucléaires, et non la «guerre contre le terrorisme», comme l’objectif principal de l’armée des États-Unis.

Andre Damon

 

Article paru d’abord en anglais, WSWS, le 3 janvier 2019



Articles Par : Andre Damon

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]