De la mer Noire à la Méditerranée orientale, ne pas titiller l’ours russe

Les États-Unis n’auraient pas dû titiller l’ours russe. Il est maintenant bien réveillé : après l’Ukraine, les Russes vont probablement faire table rase des belligérants étrangers qui s’installent en Méditerranée orientale et en mer Noire.

Ce qui se passe en Ukraine a de très graves implications géopolitiques. Cela pourrait nous conduire à un scénario de troisième guerre mondiale.

Il est important qu’un processus de paix soit engagé afin d’éviter une escalade.

Mondialisation.ca n’est pas en faveur de l’invasion de l’Ukraine par la Russie. Un accord de paix bilatéral est nécessaire.

***

C’est ce qui se passe lorsqu’une bande de hyènes, de chacals et de petits rongeurs en haillons titillent l’ours : un nouvel ordre géopolitique voit le jour à une vitesse vertigineuse.

D’une réunion dramatique du Conseil de sécurité russe à une leçon d’histoire de l’ONU donnée par le président russe Vladimir Poutine, en passant par la naissance des Bébés Jumeaux – les Républiques populaires de Donetsk et de Lougansk – jusqu’à l’appel lancé par les républiques séparatistes à Poutine pour qu’il intervienne militairement afin d’expulser du Donbass les forces ukrainiennes de bombardement et de pilonnage soutenues par l’OTAN, tout s’est déroulé sans heurts, à la vitesse de la lumière.

La goutte d’eau (nucléaire) qui a (presque) fait déborder le vase de l’Ours – et l’a forcé à bondir – a été le comédien/président ukrainien Volodymyr Zelensky, de retour de la conférence sur la sécurité de Munich, imprégnée de russophobie, où il a été salué comme un messie, qui a déclaré que le mémorandum de Budapest de 1994 devait être révisé et que l’Ukraine devait être dotée d’armes nucléaires.

Ce serait l’équivalent d’un Mexique nucléaire au sud de l’hégémon.

Poutine a immédiatement retourné la Responsabilité de Protéger (R2P) : une construction américaine inventée pour lancer des guerres a été adaptée pour arrêter un génocide lent dans le Donbass.

Il y a d’abord eu la reconnaissance des Bébés Jumeaux – la décision de politique étrangère la plus importante de Poutine depuis l’insertion des jets russes dans l’espace aérien de la Syrie en 2015. C’était le préambule du prochain changement de jeu : une « opération militaire spéciale… visant à la démilitarisation et à la dénazification de l’Ukraine », comme l’a défini Poutine.

Jusqu’à la dernière minute, le Kremlin tentait de miser sur la diplomatie, expliquant à Kiev les impératifs nécessaires pour éviter le tonnerre de heavy metal : reconnaissance de la Crimée comme russe ; abandon de tout projet d’adhésion à l’OTAN ; négociation directe avec les Bébés Jumeaux – un anathème pour les Américains depuis 2015 ; enfin, démilitarisation et déclaration de neutralité de l’Ukraine.

Les manipulateurs de Kiev, comme on pouvait s’y attendre, n’auraient jamais accepté ce paquet – comme ils n’ont pas accepté le Master Package qui compte vraiment, à savoir la demande russe de « sécurité indivisible. »

La séquence, alors, est devenue inévitable. En un clin d’œil, toutes les forces militaires ukrainiennes situées entre la ligne dite de contact et les frontières initiales des oblasts de Donetsk et de Lougansk ont été recadrées comme une armée d’occupation dans les territoires alliés de la Russie que Moscou venait de jurer de protéger.

Partez – ou alors

Le Kremlin et le ministère russe de la Défense ne bluffaient pas. À la fin du discours de Poutine annonçant l’opération, les Russes ont décapité avec des missiles de précision tout ce qui comptait en termes d’armée ukrainienne en une heure seulement : L’armée de l’air, la marine, les aérodromes, les ponts, les centres de commandement et de contrôle, toute la flotte de drones turcs Bayraktar.

Et ce n’était pas seulement la puissance brute russe. C’est l’artillerie de la République populaire de Donetsk (RPD) qui a frappé le quartier général des forces armées ukrainiennes dans le Donbass, qui abritait en fait l’ensemble du commandement militaire ukrainien. Cela signifie que l’État-Major ukrainien a instantanément perdu le contrôle de toutes ses troupes.

C’était Choc et Effroi contre l’Irak, il y a 19 ans, à l’envers : pas pour la conquête, pas comme prélude à une invasion et une occupation. Les dirigeants politico-militaires de Kiev n’ont même pas eu le temps de déclarer la guerre. Ils se sont figés. Les troupes démoralisées ont commencé à déserter. La défaite totale – en une heure.

L’approvisionnement en eau de la Crimée a été instantanément rétabli. Des couloirs humanitaires ont été mis en place pour les déserteurs. Les forces ukrainiennes restantes comprennent maintenant la plupart des nazis survivants du bataillon Azov, des mercenaires formés par les suspects habituels de Blackwater/Academi, et une bande de djihadistes salafistes.

Comme on pouvait s’y attendre, les médias occidentaux sont déjà devenus complètement fous, présentant l’opération comme « l’invasion » russe tant attendue. Pour rappel, lorsqu’Israël bombarde régulièrement la Syrie et que la Maison d’Un Saoudien bombarde régulièrement des civils yéménites, les médias de l’OTAN ne font jamais la moindre déclaration.

En l’état actuel des choses, la realpolitik laisse entrevoir une fin de partie possible, comme l’a exprimé le chef de Donetsk, Denis Pouchiline : « L’opération spéciale dans le Donbass sera bientôt terminée et toutes les villes seront libérées ».

Nous pourrions bientôt assister à la naissance d’une Novorossiya indépendante – à l’est du Dniepr, au sud le long de la mer d’Azov/mer Noire, comme elle l’était lorsqu’elle a été rattachée à l’Ukraine par Lénine en 1922. Mais elle serait désormais totalement alignée sur la Russie et constituerait un pont terrestre vers la Transnistrie.

L’Ukraine, bien sûr, perdrait tout accès à la mer Noire. L’histoire aime jouer des tours : ce qui était un « cadeau » à l’Ukraine en 1922 peut devenir un cadeau de départ cent ans plus tard.

C’est l’heure de la destruction créatrice

Il sera fascinant d’observer ce que le professeur Sergueï Karaganov a magistralement décrit, en détail, comme étant la nouvelle doctrine poutinienne de destruction constructive, et la manière dont elle s’interconnectera avec l’Asie occidentale, la Méditerranée orientale et, plus loin, la route du Sud global.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan, le sultan protocolaire de l’OTAN, a dénoncé la reconnaissance des Bébés Jumeaux comme « inacceptable ». Rien d’étonnant à cela : ce revirement a fait échouer tous ses plans élaborés pour se poser en médiateur privilégié entre Moscou et Kiev lors de la prochaine visite de Poutine à Ankara. Le Kremlin – ainsi que le ministère des Affaires étrangères – ne perdent pas de temps à parler aux sous-fifres de l’OTAN.

Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a quant à lui eu récemment une entente très productive avec le ministre syrien des Affaires étrangères Faisal Mekdad. Le week-end dernier, la Russie a organisé une démonstration spectaculaire de missiles stratégiques, hypersoniques et autres, avec des Kinjal, Zircon, Kalibr, des ICBM Yars, Iskander et Sineva – ironie des ironies, en synchronisation avec la fête de la russophobie à Munich. Parallèlement, les navires de la marine russe des flottes du Pacifique, du Nord et de la mer Noire ont effectué une série d’exercices de recherche de sous-marins en Méditerranée.

La doctrine Poutine privilégie l’asymétrie – et cela s’applique à l’étranger proche et au-delà. Le langage corporel de Poutine, lors de ses deux dernières interventions cruciales, traduit une exaspération presque maximale. Comme s’il réalisait, non pas de bon augure, mais plutôt avec résignation, que la seule langue que les néo-conservateurs du Beltway et les « impérialistes humanitaires » comprennent est le tonnerre de heavy metal. Ils sont définitivement sourds, muets et aveugles à l’histoire, la géographie et la diplomatie.

Ainsi, on peut toujours jouer le jeu des militaires russes – par exemple, en imposant une zone d’exclusion aérienne en Syrie pour mener une série de visites de M. Kinjal non seulement à l’ombrelle de djihadistes protégés par les Turcs à Idlib, mais aussi aux djihadistes protégés par les Américains dans la base d’Al-Tanf, près de la frontière entre la Syrie et la Jordanie. Après tout, ces spécimens sont tous des proxies de l’OTAN.

Le gouvernement américain n’arrête pas d’aboyer sur la « souveraineté territoriale ». Jouons donc le jeu du Kremlin demandant à la Maison Blanche une feuille de route pour sortir de Syrie : après tout, les Américains occupent illégalement une partie du territoire syrien et ajoutent un désastre supplémentaire à l’économie syrienne en volant leur pétrole.

Le chef de l’OTAN, Jens Stoltenberg, a annoncé que l’alliance dépoussiérait ses « plans de défense ». Cela ne signifie peut-être guère plus que de se cacher derrière leurs coûteux bureaux de Bruxelles. Ils sont aussi inconséquents en mer Noire qu’en Méditerranée orientale, alors que les États-Unis restent très vulnérables en Syrie.

Il y a maintenant quatre bombardiers stratégiques russes TU-22M3 sur la base russe de Hmeimim en Syrie, chacun pouvant transporter trois missiles antinavires S-32 qui volent à une vitesse supersonique de Mach 4,3 avec une portée de 1000 km. Aucun système Aegis n’est en mesure de les gérer.

La Russie a également stationné quelques Mig-31K dans la région côtière syrienne de Lattaquié, équipés de Kinjals hypersoniques – plus qu’assez pour couler n’importe quel groupe de surface américain, y compris des porte-avions, en Méditerranée orientale. Les États-Unis ne disposent d’aucun mécanisme de défense aérienne ayant une chance, même minime, de les intercepter.

Les règles ont donc changé. Drastiquement. L’hégémon est nu. La nouvelle donne commence par un bouleversement complet de la configuration de l’après-Guerre froide en Europe de l’Est. La Méditerranée orientale sera la suivante. L’Ours est de retour, entendez-le rugir.

Pepe Escobar

 

Article original en anglais :

From the Black Sea to the East Med, “Don’t Poke The Russian Bear”

Cet article en anglais a été publié initialement sur le site The Cradle

Traduction Réseau International



Articles Par : Pepe Escobar

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]