Des anciens pilotes de drones se disent « horrifiés » par la cruauté des programmes d’assassinat.

Les pilotes de drones sont en train d’infliger de lourdes pertes civiles et ont développé une culture institutionnelle insensible à la mort d’enfants et d’autres innocents, ont déclaré quatre anciens pilotes lors d’une conférence de presse aujourd’hui à New York.

Les meurtres, qui font partie du programme d’assassinat ciblé de l’administration Obama, aident le recrutement de terroristes et sapent ainsi l’objectif du programme qui consiste à éliminer ces combattants, ont-ils ajouté. Les pilotes se réfèrent aux enfants comme des « terroristes miniatures » et comparent leur assassinat à « couper l’herbe avant qu’elle pousse trop haut », a déclaré l’un des pilotes, Michael Haas, ancien officier supérieur de l’Armée de l’Air. Haas a également décrit l’usage largement répandu de drogues et d’alcool, en précisant que certains pilotes avaient effectué des missions sous leur emprise.

press-conference

 Anciens pilotes de drones, Brandon Bryant, Michael Haas et Cian Westmoreland. Photo : Joe Fionda

En plus de Haas, les autres pilotes sont l’ancien sergent-major de la Force aérienne, Brandon Bryant ainsi que les anciens pilotes Cian Westmoreland et Stephen Lewis. Ces hommes ont effectué des missions d’assassinat sur un grand nombre des principaux théâtres de la guerre post-11/9 contre le terrorisme, dont l’Irak, l’Afghanistan et le Pakistan.

« Nous avons été témoins directs des abus », a déclaré Bryant, « et nous sommes horrifiés. »

Un porte-parole de l’Armée de l’Air n’a pas abordé les allégations précises, mais a écrit dans un courriel que « les exigences auxquelles les pilotes [de drone] sont soumis sont énormes. Une grande partie des efforts sont déployés pour apporter un soulagement, de stabiliser la force, et de maintenir une capacité de combat… Les pilotes sont tenus de respecter les normes de comportement établies. Un comportement jugé incompatible avec les valeurs fondamentales de la Force aérienne est examiné de manière appropriée et, si nécessaire, des mesures disciplinaires sont prises ».

Au-delà de la conférence de presse, le groupe a également dénoncé hier le programme dans une interview au quotidien The Guardian et dans une lettre ouverte adressée au président Obama.

Lors de la conférence de presse, M. Bryant a déclaré que le meurtre de civils par drones exacerbe le terrorisme. « Nous en tuons quatre et en créons 10 [militants], » a déclaré M. Bryant. « Si vous tuez un père, un oncle ou un frère qui n’a rien à voir avec quoi que ce soit, leurs familles vont vouloir se venger. »

L’administration Obama a fait de grands efforts pour garder secret les détails du programme de drones, mais dans leurs déclarations aujourd’hui les anciens pilotes ont révélé la culture qui s’est développé entre les responsables de sa mise en œuvre. Haas a dit que les pilotes deviennent acculturés au point de nier l’humanité des personnes visées sur leurs écrans. « Il y avait un très grand détachement quant à qui étaient ces personnes que nous avions dans notre ligne de mire, » a-t-il dit. « Ouvrir le feu était grandement salué et encouragé »

La morts d’enfants et d’autres non-combattants lors des frappes a été rationalisée par de nombreux pilotes de drones, a dit Haas. En tant qu’instructeur de vol, Haas a affirmé avoir été officieusement réprimandé par ses supérieurs pour avoir recalé un étudiant qui avait exprimé sa « soif de sang, » et une envie irrésistible de tuer.

Haas a également décrit l’usage répandu d’alcool et de drogues chez les pilotes de drones. Les pilotes de drones, a-t-il dit, étaient souvent ivres et utilisaient des sels de bain et de la marijuana synthétique pour échapper aux dépistages éventuels et dans une tentative de « changer la réalité et d’essayer d’imaginer être ailleurs. » Haas a dit qu’il connaissait au moins une demi-douzaine de personnes dans son unité qui utilisaient des sels de bain et que l’usage de drogues avait « compromis leurs facultés » au cours des missions.

Le programme d’assassinat de l’administration Obama a fait l’objet d’un examen accru au cours des derniers mois. Au mois d’octobre dernier, The Intercept a publié un lot de documents classifiés, transmis par un lanceur d’alertes du gouvernement, qui montre comment le programme a tué des gens sur la base de renseignements non fiables, que la grande majorité des personnes tuées dans la campagne d’Afghanistan, qui dure depuis des années, n’étaient pas les cibles visées et que l’armée a classé par défaut les personnes tuées par erreur non comme des civils mais comme des ennemis.

Les pilotes ont dit qu’ils se sentaient encore plus en devoir de parler au lendemain des attentats terroristes meurtriers à Paris la semaine dernière ; ils croient que les assassinats par drones ont alimenté la montée du groupe extrémiste l’Etat islamique qui a revendiqué la responsabilité des attaques.

Westmoreland a déclaré à propos des drones :

« A court terme, ils sont efficaces pour tuer des gens, mais à long terme, ils ne le sont pas. Il y a des gamins de 15 ans qui ont grandi sans avoir connu une seule journée sans vols de drones au-dessus de leurs têtes, mais vous avez aussi ceux qui vivent à l’étranger et qui regardent ce qui se passe dans leur pays d’origine et qui voient régulièrement les violations qui s’y déroulent, et ça c’est quelque chose qui peut les radicaliser ».

Dans leur lettre ouverte à Obama, les anciens pilotes de drones ont exprimé un point de vue similaire, en écrivant que pendant leur service, ils « ont fini par réaliser que l’assassinat de civils innocents ne faisait qu’alimenter les sentiments de haine qui sont à l’origine du terrorisme et des groupes comme l’EI, » et en décrivant plus loin le programme comme « une des forces motrices les plus dévastatrices du terrorisme et de déstabilisation dans le monde entier. »

Lors de la conférence de presse, les pilotes ont exprimé ces sentiments. « Il semble que nos actions ces derniers temps n’ont fait qu’aggraver le problème… Les drones sont efficaces pour tuer des gens, mais pas pour tuer les bons », a déclaré M. Bryant. « Avons-nous perdu notre humanité dans notre poursuite de vengeance et de sécurité ? »

Murtaza Hussain

Article original en anglais : Former drone operators say they were “horrified” by cruelty of assassination program, The Intercept, 19 novembre 2015

Traduction  par VD pour le Grand Soir

 

Le 22 novembre 2015 – Source documentcloud.org

La lettre des pilotes de drones à Obama

À: President Barack Obama
The White House
Washington, D.C.

Secretary Ashton B. Carter
Department of Defense

Director John O. Brennan
Central Intelligence Agency

Chers président Obama, secrétaire Carter et directeur Brennan.

Nous sommes d’anciens membres actifs de l’US Air Force. Nous nous sommes engagés dans l’Air Force pour protéger des vies américaines ainsi que notre Constitution. Nous en sommes arrivés à prendre conscience que les civils innocents que nous avons tués n’ont servi qu’à alimenter les sentiments de haine qui sont à la source du terrorisme et de groupe comme État islamique, tout en servant d’argument principal au recrutement, comme peut l’être le camp de Guantánamo. Cette administration, comme les précédentes, a élaboré un programme de drones qui est une des forces les plus dévastatrices par le terrorisme et la déstabilisation qu’elle provoque à travers le monde.

Quand la culpabilité, due à la perte systématique de vies innocentes provoquée par nos actes, est devenue trop lourde, nous avons tous été atteints de syndromes post-traumatiques. Nous avons été abandonnés par ce gouvernement à qui nous avons pourtant tout donné, renvoyés dans le monde sans soins médicaux appropriés ni aides nécessaires. Quelques-uns parmi nous se retrouvent à la rue. Les autres s’en sortent difficilement.

Nous avons été témoins de gaspillages énormes, d’erreurs de décisions, d’abus de pouvoir et du fait que les dirigeants de notre pays mentent publiquement quant à l’efficacité du programme de drones. Nous ne pouvons plus rester tranquillement assis et être témoins de tragédies comme les attentats de Paris, tout en sachant les effets dévastateurs du programme de drones, à l’extérieur comme à l’intérieur du pays. Un tel silence violerait le serment que nous avons prêté de défendre la constitution.

Nous espérons que vous comprendrez notre point de vue même si, peut être, cette demande est vaine au regard de la persécution incroyable que subissent ceux qui ont dit la vérité avant nous, comme Chelsea Manning, Julian Assange et Edward Snowden. Mais pour l’amour de ce pays, nous espérons qu’il en sera autrement.

Sincèrement,
Brandon Bryant Sergent Opérateur du MQ­1B Predator Sensor
USAF Joint Special Operations Command
3e escadron des Special Operations

Vétéran handicapé d’Irak et d’Afghanistan
Fondateur du projet RED HAND
Cian Westmoreland Vétéran de l’armée de l’air
RF Transmissions Systems
USAF CENTCOM
73e escadron de l’Expeditionary Air Control

Vétéran handicapé d’Irak et d’Afghanistan
Directeur technologique du projet RED HAND
Stephen Lewis Vétéran de l’armée de l’air Opérateur du MQ­1B Predator Sensor
USAF Joint Special Operations Command
3e escadron des Special Operations 

Vétéran handicapé d’Irak et d’Afghanistan
Michael Haas Vétéran de l’armée de l’air
Instructeur pour le MQ­1B Predator Sensor
USAF Air Combat Command
15e escadron de Reconnaissance

Vétéran d’Irak et d’Afghanistan

 

 



Articles Par : Murtaza Hussain

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]ca