Des « Croisés » contre Daech

Photo : Un groupe de volontaires britanniques au Kurdistan syrien (2015)

A la coalition pro-américaine de près de 100 000 soldats qui s’apprêtent à envahir Mossoul pour expulser les 15 000 djihadistes de l’Etat islamique défendant la ville, il faut ajouter les « soldats du Christ» occidentaux incorporés dans les peshmergas, ou dans la milice assyrienne chrétienne Dwekh Nawsha (Ceux qui vont se sacrifier) qui recrute sur Facebook. Il y aurait environ 300 volontaires étrangers au Kurdistan (dont des Français) parmi lesquels beaucoup d’anciens militaires américains ou britanniques adeptes d’églises évangélistes du genre « born again » (nés à nouveau).

En janvier dernier, un ancien militaire hollandais de retour de Syrie a été arrêté pour avoir combattu Daech dans les rangs du PYG kurde (Unités de protection du peuple, affiliées au PKK turc), au motif qu’à la différence des soldats néerlandais faisant partie de la coalition, son engagement dans la milice séparatiste n’était « pas légal ». Il a ensuite été relâché, ce qui n’est pas le cas des musulmans soupçonnés d’avoir rejoint Daech ou le Front al-Nosra. Le site kurde Rudaw donne les noms de six volontaires étrangers ayant trouvé la mort en Syrie dans la bataille de Manbij contre l’Etat islamique.

Guerre des âmes

Les « soldats du Christ» ne sont pas tous armés. Des sectes évangélistes baptistes ont déclaré l’Irak « Terre de mission ». Le 28 mai 2003, l’Herald Tribune révélait qu’un Arab International Ministry avait formé 4500 missionnaires à Indianapolis pour convertir les musulmans irakiens au « vrai » christianisme. Un million de bibles en langues arabe et kurde étaient à leur disposition. Le 12 octobre suivant, des organisations chrétiennes-sionistes, réunies à l’hôtel King David à Jérusalem en présence de Benjamin Netanyahou, célébraient la «théopolitique » qui devait anéantir l’islam décrie comme l’«équivalent moderne de l’empire du Mal »(1)… 

A part la conversion de chrétiens d’Orient appâtés par l’octroi d’une aide financière ou de bourses d’études aux Etats-Unis pour leurs enfants, la guerre dite « des âmes » s’est soldée par un échec. En février 2004, elle tourna au sauve-qui-peut après le mitraillage – à Mahmoudiya (15 km au sud de Bagdad) – d’un taxi transportant quatre pasteurs baptistes.

Les missionnaires chrétiens-sionistes comptent bien profiter de la bataille de Mossoul pour s’implanter dans la province de Ninive, mais se montrent cette fois un peu moins délirants – ou plus prudents – que leurs prédécesseurs : Livets Ord (Parole de vie), principale église évangéliste suédoise – connue en Israël pour financer la construction de colonies juives – va larguer grâce à des drones des bibles électroniques pour apporter la « bonne parole » dans les zones contrôlées par l’Etat islamique… Ils vont être déçus. Mais, on n’arrête pas le progrès !

Gilles Munier

(1) Irak, Terre de mission, par Gilles Munier (AFI-Flash n°17 – 20/1/04)



Articles Par : Gilles Munier

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]