Des dizaines de civils tués alors que l’armée sri lankaise poursuit son attaque

Région :

Malgré l’indignation internationale croissante, l’armée sri lankaise poursuit ses opérations militaires contre les séparatistes Tigres de libération de l’Eelam tamoul (LTTE), dans le district de Mullaithivu, au nord du pays. Des tirs de barrage d’artillerie aveugles et un bombardement aérien ont causé la mort de dizaines de civils supplémentaires au cours de ces cinq derniers jours. Environ un quart de million de personnes sont piégées dans la région, sans nourriture aucune, sans abri et sans médicaments.

Gordon Weiss, le porte-parole des Nations unies a dit à l’Associated Press que 52 civils avaient été tués et 80 avaient été blessés dans la seule journée de mardi. Certains avaient été tués à l’intérieur du périmètre d’une zone désignée comme sécurisée par le gouvernement dans le restant de la région dominée par le LTTE. Le véritable chiffre est probablement bien supérieur, mais les reportages sont rares étant donné que le gouvernement sri lankais interdit aux journalistes d’entrer dans la zone de combat.

L’hôpital de Puthukkudiyiruppu, la dernière structure médicale restant à l’intérieur du territoire dominé par le LTTE, a été fermé après avoir subi à plusieurs reprises depuis dimanche des tirs d’artillerie. Selon Weiss, 15 personnels des Nations unies et 81 membres de différentes familles ont fui la région mercredi après que celle-ci fut pilonnée pendant plus de 16 heures par un feu d’artillerie.

Weiss a dit avoir reçu un rapport selon lequel une bombe à fragmentation avait explosé juste à côté de l’hôpital. L’usage de bombes à fragmentation est illégal au regard de la loi internationale. Le porte-parole de l’armée sri lankaise, le brigadier Udaya Nanayakkara, a rapidement nié l’usage de bombes à fragmentation. Pour l’heure, le rapport n’a pas été invalidé.

Sarasi Wijeratne, un porte-parole du Comité international de la Croix-Rouge (ICRC), a dit que des efforts étaient déployés pour évacuer quelque 500 civils blessés. L’hôpital de Puthukkudiyiruppu a été réinstallé à Puthumalan, plus près de la côte. Wijeratne a dit que réussir à se procurer de l’eau est un problème majeur.

Le gouvernement et l’armée accusent le LTTE de retenir contre leur gré des civils comme « boucliers humains ». Dans le même temps, toutefois, le gouvernement a publié en début de semaine un communiqué selon lequel il n’était pas responsable de la sécurité des civils dans les régions contrôlées par le LTTE. Comme cela a été le cas dans d’autres régions, l’objectif de l’armée est clair : terroriser la population civile et transformer la région entière en une zone de tir libre sans autorisation.

Tout en critiquant le LTTE d’empêcher les civils de partir, le porte-parole de Human Rights Watch, Brad Adams, a condamné l’attitude du gouvernement en disant : « Le gouvernement de Sri Lanka sait pertinemment que les civils pris dans les combats actuels sont dangereusement piégés. Le gouvernement fait preuve d’une indifférence impitoyable en disant que les civils ne devraient pas s’attendre à ce que le gouvernement s’occupe de leur protection et de leur sécurité. »

Amnesty International a exigé cette semaine une trêve humanitaire provisoire et l’ouverture de couloirs humanitaires afin de permettre aux civils bloqués de partir et au matériel de secours d’entrer. Des centaines de milliers de personnes sont complètement dépendantes d’aide de l’extérieur. La dernière livraison de nourriture arrivée dans la région date du 29 janvier.

La porte-parole d’Amnesty International, Yolanda Foster a dit : « La situation des civils dans la région de Wanni est inacceptable. Les gens ne peuvent se déplacer en toute sécurité même pas pour récupérer les corps des parents tués et les blessés n’ont pas d’hôpitaux. Un quart de million de personnes souffrent du manque de nourriture adéquate et d’abri alors que des obus pleuvent sur eux. La majorité de ceux qui ont réussi à échapper à la guerre n’ont pas reçu de soins hospitaliers adéquats. »

Le Programme alimentaire mondial (PAM) des Nations unies a mis en garde hier contre une crise alimentaire imminente dans la région de Wanni. Un convoi du PAM aurait dû entrer dans la région jeudi mais les responsables gouvernementaux ont négligé de lui fournir les documents nécessaires. La porte-parole du PAM, Emilia Casella, a dit qu’il faudrait une semaine avant qu’une nouvelle tentative puisse avoir lieu. « Nous n’avons plus de stock à distribuer [à l’intérieur de la région], et notre personnel est principalement en train de se cacher en ce moment », dit-elle.

Des extrémistes cinghalais ont réagi de manière hystérique aux informations restreintes concernant la catastrophe humanitaire et émanant des groupes d’aide à l’intérieur de Wanni. Wimal Weerawansa, le dirigeant du Front de liberté nationale (NFF), qui est allié au gouvernement, a exigé hier l’expulsion du chef du ICRC à Colombo, en prétextant qu’il était un sympathisant du LTTE. Hier soir, un groupe de manifestants exigeant la même chose a attaqué à coups de pierre le siège du ICRC.

Le gouvernement a simplement rejeté tous les appels au cessez-le-feu, même ceux provenant de ses partisans internationaux tels les Etats-Unis. Mardi, les Etats-Unis, la Grande-Bretagne, le Japon et la Norvège, qui coprésident le soi-disant processus de paix international au Sri Lanka, ont appelé le LTTE à se rendre et le gouvernement à accepter un cessez-le-feu afin de discuter des modalités de la reddition.

Le secrétaire à la Défense, Gotabhaya Rajapakse, a exclu toute cessation des combats. Il a indiqué jeudi au journal Island : « Rien ne pourrait être plus ridicule que cela… Seuls, et je dis bien seuls, le dépôt des armes et la capitulation des cadres [du LTTE], pourraient mettre un terme à l’offensive sur le front de Wanni. »

Totalement indifférent à la situation critique dans laquelle se trouvent les civils, Rajapakse a ajouté : « La soi-disant période “d’arrêt des tirs” proposée par les coprésidents dans le but d’évacuer les malades et les blessés qui sont présentement piégés dans la région dominée par le LTTE serait préjudiciable aux efforts du Sri Lanka pour éradiquer le terrorisme. »

Au cours de ces derniers jours, l’armée a annoncé avoir saisi le bastion du LTTE de Vishvamadu et Chalai. Chalai, qui est situé près de Mullaithivu, était une base importante du LTTE’s Sea Tigers [Tigres des Mers] qui est impliqué dans des opérations navales et d’acheminement de matériel. L’armée affirme également avoir capturé le reste de la piste d’atterrissage pour les avions légers. Il est fait état de lourds combats mais l’armée n’a communiqué aucun chiffre sur le nombre de victimes.

Il ressort clairement de la déclaration du ministre de la Défense que l’armée a l’intention d’écraser le LTTE en tant que force militaire sans tenir compte des conséquences terribles que cela entraîne pour les civils piégés. Une telle indifférence à l’égard des civils constitue un crime de guerre selon la loi internationale.

Article original , WSWS, paru le 7 février 2009.

© WSWS.



Articles Par : Sarath Kumara

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]