Des millions de voyageurs secrètement mis en fiches depuis quatre ans


Au cours des quatre dernières annnées, sans prévenir le public, des agents fédéraux ont assigné à des millions de voyageurs internationaux, y compris américains, des estimations informatisées évaluant le risque qu’ils soient des terroristes ou des criminels. Les voyageurs ne sont pas autorisés à voir ou à contester ces estimations de risques, que le gouvernement a l’intention de conserver en archives pendant quarante ans.  La notation est attribuée aux gens entrant et sortant des Etats-Unis après que les ordinateurs aient enregistré les détails de leurs trajets, comprenant leur point de départ, le coût de leurs billets, leur dossier d’automobiliste, leurs déplacements précédents, leur choix de siège et le genre de repas qu’ils ont commandés.

L’existence du programme a été discrètement révélée au début de novembre quand le gouvernement a inclus pour la première fois une mention du Atomated Target System (ATS) – Système de ciblage automatisé – dans le Registre fédéral, un abrégé en petits caractères des règlements fédéraux. Les avocats des droits civiques, les assistants du Congrès et même les responsables des forces de l’ordre croyaient que le système ne s’appliquait qu’aux cargaisons.

La notice du Département de sécurité du territoire qualifiait le progremme « d’un des systèmes de ciblage les plus avancés du monde ». Selon le Département, la capacité du gouvernement de déceler les criminels et les menaces à la sécurité « serait dangereusement compromise s’il ne disposait pas de cette documentation ». Mais les défenseurs des droits civiques considèrent l’ATS avec inquiétude. « C’est probablement l’intrusion dans la vie privée la plus poussée à laquelle le guvernement ait eu recours jusqu’ici, vu le nombre de personnes concernées » a dit David Sobel, un avocat de l’Electronic Frontier Foundation, un groupe de défense des libertés civiles.

Un porte parole de l’agence qui supervise les programmes de protection des douanes et des frontières, Bill Anthony, a dit que ses agents refusaient l’entrée aux Etats-unis à environ 45 criminels étrangers par jour en se basant sur les informations dont ils disposaient. Il n’a pas pu préciser combien d’entre eux avaient été décelés par l’ATS ni si on avait découvert des terroristes.

Un projet similaire de contrôle du Homeland Security, destiné aux voyageurs des vols intérieurs, avait dé-clenché la fureur du Congrès il y a deux ans. Les législateurs ont empêché son application jusqu’à ce qu’il passe dix tests d’exactitude et de protection de l’intimité des citoyens.Selon la note gouvernementale, les résultats de l’ATS peuvent être communiqués à des Etats et gouvernements locaux et étrangers pour être utilisés dans les attributions de licences, les contrôles de sécurité ou les signatures de contrats. Dans certains cas, ils peuvent être communiqués à des tribunaux, au Congrès, ou même à des contractants privés.

« Tout le monde peut les voir, sauf vous » a dit dans une interview Stephen Yale-Loehr, un avocat spécialisé dans l’immigration qui enseigne au Cornell Law School, Jayson Ahern, un commissaire-adjoint du Homeland Security’s Customs and Border Protection Agency, a dit dans une interview que les estimations de l’ATS ne servaient qu’à permettre aux agents de frontière de déterminer les gens pas encore identifiés par les forces de l’ordre comme des terroristes ou des criminels potentiels, et de les envoyer à de nouveaux interrogatoires et enquêtes. « Cela ne remplace pas le jugement des responsables » a-t-il ajouté.Le système de ciblage va plus loin que les listes habituelles de contrôle aux frontières, a dit Ahern. Les agents frontaliers comparent les noms des arrivants à ceux de leurs listes indépendamment de l’analyse ATS.

Dans un commentaire sur les atteintes aux droits civiques, le Homeland Security a déclaré que l’ATS vise à découvrir les individus à haut risque qui « n’ont pas été auparavant concernés par l’action des forces de l’ordre ou été autrement déterminés comme des personnes pouvant les inquiéter. »

Traduction: B.I.-infos.com



Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]