Des musiciens dénoncent l’utilisation de leurs chansons comme arme de torture par l’armée américaine

BASE NAVALE DE GUANTANAMO, Cuba — Du rock diffusé à plein volume pendant des jours dans des cellules. Cette pratique utilisée par l’armée américaine en Irak, en Afghanistan et à Guantanamo pour briser psychologiquement des détenus est dénoncée non seulement par les prisonniers mais aussi par des musiciens qui ne veulent plus que leurs compositions soient utilisées comme instrument de torture.

Une campagne de protestation lancée mercredi réunit ainsi des groupes et artistes de renom, dont Massive Attack.

Donald Vance, un entrepreneur de Chicago qui travaillait avec l’armée américaine a subi ce traitement pendant des semaines lors de sa détention en Irak. Soupçonné de vente d’armes à des insurgés, il a été enfermé dans une cellule glaciale de 2,3m x 2,3m, où un haut-parleur protégé par une grille métallique déversait 20 heures par jour un torrent de décibels.

M. Vance, qui clame son innocence, a raconté à l’Associated Press que s’il avait pu, il se serait suicidé pour échapper à cet enfer. Il portait une combinaison et des tongs et n’avait rien pour se protéger du froid. « Je n’avais ni couverture ni drap », dit-il. « Si j’en avais eu, j’aurais probablement tenté de me suicider. »

Outre le haut-parleur placé dans sa cellule, deux autres, de grande taille, étaient installés dans le couloir à l’extérieur, explique-t-il. La musique était quasi-permanente, précise-t-il. Il s’agissait essentiellement de hard rock.

Pendant plusieurs mois, M. Vance a subi cette agression sonore menée à coups de chansons d’AC/DC, Nine Inch Nails, Queen, Pantera… « Je ne peux pas vous dire combien de fois j’ai entendu ‘We Will Rock You’ de Queen », dit-il.

Cette pratique a été courante dans la guerre menée par les Etats-Unis contre le terrorisme. Elle a été autorisée le 14 septembre 2003 par le général Ricardo Sanchez, alors commandant de l’armée américaine en Irak, pour « créer la peur, désorienter (…) et prolonger le choc de la capture ».

M. Vance était au moins familier de la musique rock, contrairement à de nombreux détenus en Afghanistan, où l’armée américaine a commencé à utiliser cette technique. Binyam Mohammed, aujourd’hui prisonnier à Guantanamo Bay, raconte que les hommes avec qui il était enfermé dans la « prison noire » de la CIA en Afghanistan finissaient par hurler et à se frapper la tête contre les murs, incapables d’en supporter davantage.

Aujourd’hui, des musiciens se rassemblent pour demander à l’armée de cesser d’utiliser leurs compositions contre des détenus. La campagne lancée mercredi réunit Massive Attack et d’autres groupes, et des musiciens comme Tom Morello, un ancien membre de Rage Against the Machine et Audioslave, qui mène aujourd’hui une carrière solo.

Elle se traduira par des minutes de silence lors de concerts et de festivals, explique Chloe Davis, de l’association juridique britannique Reprieve, qui défend des dizaines de détenus de Guantanamo et organise la campagne.

Selon le contre-amiral David Thomas, commandant de la prison de Guantanamo, cette pratique n’a pas été utilisée depuis son arrivée il y a environ six mois. Le commandant Pauline Storum, porte-parole du centre de détention, a refusé de préciser quand et comment cette technique y avait été employée auparavant.

Des agents du FBI à Guantanamo ont rapporté de nombreux cas d’exposition de détenus aux décibels, une pratique dont on leur avait dit qu’elle était « courante ici ». Selon une note de service du FBI, un chargé d’interrogatoire de Guantanamo s’est vanté de pouvoir « briser » quelqu’un en quatre jours, en l’exposant alternativement à 16 heures de musique et de lumières et quatre heures de silence et d’obscurité.

Il n’y a pas que du hard rock, voire du rap, qui est utilisé contre les détenus. Christopher Cerf, qui a écrit des chansons pour l’émission de télévision pour enfants « Sesame Street » (« 1, rue Sésame » en français), a été horrifié d’apprendre que certaines avaient été employées dans ce but par l’armée.

L’épreuve aura duré plusieurs mois pour M. Vance, finalement libéré au bout de 97 jours, il y a deux ans. Lorsqu’on lui demande de décrire ce qu’il a subi, il répond: « vous n’êtes plus vous-même. Vous ne pouvez plus formuler vos propres pensées dans un tel environnement. » Cela peut rendre fou, assure-t-il.

Sur Internet:

Reprieve Zero dB campaign: http://zerodb.org/

FBI Guantanamo files: http://foia.fbi.gov/guantanamo/122106.htm



Articles Par : Global Research

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]