Des organisations canadiennes demandent au Canada de maintenir son soutien à l’autodétermination du peuple palestinien à l’ONU

Alors que l’Assemblée générale des Nations unies se prépare pour une série de vote sur 16 résolutions annuelles en soutien aux droits de la personne des Palestiniens, les Canadiens pour la justice et la paix au Moyen-Orient ainsi que la Coalition des organisations palestiniennes canadiennes (CCPO) demandent au gouvernement canadien de répéter son vote de l’an passé en faveur de l’autodétermination du peuple palestinien.

« Nous étions très heureux l’année dernière lorsque le Canada a soutenu la résolution de l’ONU pour l’autodétermination du peuple palestinien, malgré les contestations des groupes d’extrême-droite. », a déclaré Thomas Woodley, président de CJPMO. « Néanmoins, répéter ce vote cette année pourrait démontrer qu’il s’agissait d’un vote de principe, et non pas d’une tactique du Canada pour récolter des votes pour un siège au Conseil de sécurité de l’ONU », a rajouté Woodley. La tendance, depuis 2006, des gouvernements canadiens à fournir une couverture diplomatique aux violations des droits de la personne par Israël est l’une des raisons pour lesquelles le Canada a perdu sa candidature à un siège au Conseil de sécurité en juin.

« Il est temps pour le gouvernement canadien de prouver son engagement continu pour l’aspiration des Palestiniens à l’autodétermination », a affirmé la Coalition des organisations palestiniennes canadiennes. « Les Palestiniens canadiens s’attendent à ce que le Canada se montre à la hauteur de notre communauté, qui a beaucoup souffert des violations constantes de nos droits par Israël, que ce soit sous l’occupation israélienne, en tant que citoyen de seconde classe en Israël, ou en tant que réfugiés. »

Le vote en 2019 en soutien à l’autodétermination du peuple palestinien a été un changement bienvenu, puisqu’il a rompu avec la tendance récente du Canada à voter « Non » ou à s’abstenir sur chaque motion relative à la Palestine. À travers ce vote, le Canada s’est aligné à la fois avec le droit international et aussi avec une grande majorité de la communauté internationale : 167 pays ont voté « Oui » contre 5 seulement qui ont voté « Non ».

Par exemple, CJPMO et la CCPO attirent l’attention sur la résolution sur Jérusalem, qui insiste sur le fait que Jérusalem demeure une ville partagée, et appelle à un accord négocié respectant les préoccupations légitimes des Palestiniens et des Israéliens.

Il est surprenant de constater que depuis 2015, le gouvernement canadien a maintenu pour l’essentiel son mode de vote pro-Israël à l’ONU, qui a débuté en 2006. Pour donner un sens à ces changements au fil du temps, CJPMO a créé une nouvelle ressource, le Tableau de bord de l’ONU, qui permet aux Canadiens d’explorer comment le Canada a voté sur ces résolutions de 2000 à 2020.

###

Pour plus d’informations, veuillez contacter :

Michael Bueckert, VP CJPMO, michael.bue[email protected] ou 613-315-7947

Coalition des organisations palestiniennes canadiennes, [email protected].



Articles Par : CJPMO

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]