Des produits chimiques courants étaient utilisés à Gagetown

L'agent orange au Nouveau-Brunswick, Canada

Région :

Même si des traces de produits toxiques ont été retrouvées à la base militaire de Gagetown (N.-B.), des spécialistes de l’épandage d’herbicides affirment que la plupart de ces produits étaient utilisés couramment à travers le Canada et respectaient toutes les règles gouvernementales.

Deux rapports préparés pour le ministère de la Défense nationale par le cabinet de consultants en environnement Jacques Whitford indiquent que, de 1956 à 2004, divers herbicides ont été épandus sur la zone de végétation très dense de la base du Nouveau-Brunswick. Certains de ces produits ont été utilisés fréquemment et d’autres une seule fois.

Les rapports, publiés jeudi, concluent que des dioxines résiduelles, provenant de tests effectués par l’armée américaine dans les années 1960, étaient toujours présentes dans le sol à des niveaux dépassant les seuils acceptables. Ces produits ont été décelés dans trois secteurs restreints de la base militaire, qui avaient déjà été interdits à la circulation.

Des niveaux de dioxines approchant ou excédant les limites canadiennes ont aussi été découverts dans six autres secteurs de la base. Ces zones n’ont cependant pas été interdites à la circulation, soit parce que les niveaux de dioxines sont relativement peu élevés ou parce qu’elles sont peu utilisées.

Selon les documents, des herbicides ont été utilisés chaque année dans la base pour réduire la végétation dans les secteurs d’entraînement. Mais ces produits étaient couramment utilisés en Amérique du Nord et ils étaient régis par des normes des gouvernements provincial et fédéral.

«Le consultant (Jacques Whitford) a conclu que le ministère de la Défense nationale avait respecté la réglementation en vigueur au moment où les herbicides étaient utilisés à Gagetown, a déclaré une sous-ministre adjointe au ministère de la Défense, Karen Ellis. Nous allons maintenant étudier attentivement le contenu des rapports. Nous déterminerons ensuite le travail qui reste à faire ainsi que la manière dont nous devrions mettre en oeuvre les recommandations.»

Les défoliants qui suscitent les plus grandes craintes sont les agents orange, blanc et bleu, qui ont fait l’objet de tests effectués par l’armée américaine à la base militaire en 1966 et 1967.



Articles Par : Chris Morris

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: medi[email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]