Des travailleurs britanniques et des jeunes défendent les manifestations des Gilets jaunes : « J’aimerais juste qu’on puisse le faire ici aussi ! »

Ibrahim est un employé municipal qui vit à Londres. Il s’est entretenu avec des journalistes de WSWS à la station de métro « Ladbroke Grove ». Il avait regardé un reportage sur les manifestations en France et était consterné par le comportement de la police à l’égard des lycéens qui avaient menottés et agenouillés au sol.

« Beaucoup de ces enfants se sont joints en solidarité avec les manifestants des Gilets jaunes parce qu’ils vivent et expérimentent les difficultés et la lutte de leurs parents. Les politiciens en charge ne se soucient pas de la classe ouvrière. Regardez l’affaire Brexit : personne ne sait qu’est qu’ils font ».

« La solidarité des travailleurs du monde entier qui s’unissent est la seule façon d’aller de l’avant. En fin de compte, ce sont les travailleurs qui font tout et font tourner la société ».

Ladbroke Grove se trouve à une courte distance de la tour de Grenfell, où 72 résidents sont morts dans un brasier en juin 2017. Ibrahim a dit : « Peu importe quel parti politique est au pouvoir, ils sabotent tous le logement social. L’incendie de Grenfell en est un exemple. Tout ce qui les intéresse, c’est l’embourgeoisement et le profit ».

Les journalistes de WSWS se sont entretenus avec des faisant des courses dans le quartier de Birkenhead, au nord-ouest de l’Angleterre, l’une des régions les plus pauvres du pays, où les travailleurs des chantiers navals ont récemment déclenché une grève contre la menace de 241 licenciements à Cammell Laird.

Mick, qui a travaillé autrefois chez Cammell Laird, a dit, avec un salut de poing, « Solidarité aux travailleurs français. Je suis d’accord avec ce que vous faites, j’aimerais seulement qu’on puisse le faire ici aussi ! »

Marie, femme au foyer, interrogée sur son opinion sur les protestations françaises, a déclaré : « Quiconque prend position doit être soutenu. Il faut une révolution. Il faut que les gens se rassemblent en France. Les patrons s’enrichissent et ne font rien pour leur personnel. Le système est en panne ».

Colleen, dont le petit-fils est apprenti sur les chantiers navals, a dit : « Mon message pour les manifestants français est de ne pas abandonner. Vous êtes très courageux, face à la puissance militaire du gouvernement. Tout le monde au pouvoir opprime et abuse. On empêche nos jeunes d’aller à l’université – et le savoir, c’est le pouvoir. Ils affament nos jeunes, vieux, vulnérables, handicapés et malades. »

Paul est travailleur indépendant et a dit : « J’aimerais donner de la solidarité à tous les travailleurs de tous les milieux et de tous les pays. Au bout du compte, ce sont les gouvernements qui essaient de les voler ».

Dan est roumain et travaillait à l’usine automobile voisine de Vauxhall, mais a été licencié. Les travailleurs de Vauxhall sont partis en grève pour protester contre les plans de centaines de licenciements le jour même de la grève des travailleurs de Cammell Laird. Il a dit des manifestants français : « Je suis vraiment désolé pour les travailleurs, nous vivons la même chose, mais dans un pays différent. Nous allons nous retrouver dans la même situation ».

Sue a soutenu les protestations françaises : « Tout le monde auront des difficultés. Regarde les sans-abri ici, cela ne devrait pas être permis ».

Gayle a dit : « Je pense que peu importe d’où vous venez, tout le monde devrait se serrer les coudes pour garder son emploi. Nous avons tous des bouches à nourrir, quelle que soit votre race et quelle que soit votre couleur ».

En dehors de l’Université métropolitaine de Manchester, les étudiants et les travailleurs universitaires ont exprimé leur solidarité avec les manifestants français.

Léon a dit : « Je n’ai jamais été pris avec [le président français Emmanuel] Macron, un ancien banquier. C’est bien que le peuple français ait pris le combat en main. Il y en avait 200 000 dans les rues contre Brexit. Si le peuple ne peut pas demander des comptes au gouvernement, qui le peut ? J’espère que les jeunes de Paris ne sont pas traités trop durement. »

« C’est dommage qu’il y ait une montée du populisme de droite en France, en Grèce – tout cela vient de [l’ancien Premier ministre du Parti travailliste Tony] Blair. Je pense que le concept d’un parti socialiste international, d’une armée de socialistes, serait bénéfique à quiconque tenterait de susciter des manifestations. »

Rukia, 20 ans, étudiante en sociologie, a exprimé sa consternation devant les violences policières contre les manifestants. « Jusqu’où sont-ils prêts à aller pour faire taire les gens ? La police s’est montrée très impitoyable dans la gestion des manifestations en France, ce qui devrait être une expression légitime de la démocratie. C’est leur droit de protester en tant que citoyens. »

« J’ai entendu dire que les manifestations étaient infiltrées par de prétendues extrémistes. Cependant, il semble qu’il s’agisse plutôt de poudre aux yeux pour détourner l’attention de la cause initiale des protestations. Les mauvaises personnes sont taxés de trop ».

Rukia était d’accord avec la politique d’ouverture des frontières mise de l’avant par le site web du World Socialist Web Site, en disant : « Je suis allé à Calais. C’était instructif de parler aux réfugiés, mais bouleversant. Ce qu’on leur fait subir pour pouvoir se rendre dans un endroit sûr ! »

John, qui travaille dans un restaurant universitaire, a expliqué aux WSWS pourquoi il pensait que les gens descendaient dans la rue en France. « La révolution se développe parce que les gens n’en peuvent plus. Les gens en ont assez de la façon dont le système fonctionne. Ils mettent au défi les esprits des politiciens qui sont très aisés. Seul un faible pourcentage gagne bien leur vie et il y a un fossé grandissant entre riches et pauvres ».

« Nous appelons cela la démocratie, mais lorsqu’on regarde la démocratie en Occident, il y a des lacunes. Ils augmentent les impôts [en France] mais les gens ne sont pas consultés. Les choses changent très vite. Il va y avoir un État policier en Europe ».

Michael est nettoyeur dans les chemins de fer à Sheffield. Il a dit : « J’ai vu à la télévision que les Gilets Jaunes et d’autres sont en grève. Macron essaie de tout privatiser. Il n’est pas en faveur des travailleurs. Depuis l’arrivée de Macron, tout le monde proteste parce qu’il travaille pour la classe riche. Il n’est pas pour ceux qui travaillent, ceux qui sont pauvres. »

« La classe ouvrière, indépendamment de la couleur de la peau ou du sexe, est la même. Ils doivent se battre pour leurs droits. Leurs arrière-grands-parents se sont battus pour ces droits et maintenant Macron vient tout effacer. Ce n’est pas juste. Ils devraient continuer jusqu’à ce qu’ils aient ce qu’ils veulent. »

Tom travaille comme administrateur de pensions pour Capita, la grande entreprise privée qui a bénéficié de la privatisation et de l’externalisation des services du service national de santé, de l’administration locale et de l’éducation. Il a déclaré : « Je soutiens les griefs et les revendications sociales des manifestants en France. Je suis d’accord que Macron est le président des riches. Il est comme un autre Tony Blair.

« J’ai lu des articles sur les Gilets jaunes, mais ils ne vous donnent pas une perspective indépendante sur la violence policière contre les manifestants. Je crois qu’ils sont en train de le blanchir la police du point de vue des élites dirigeantes. On ne voit pas ce que vivent les étudiants ou les gens ordinaires. »

« Depuis le krach financier de 2008 et l’introduction de mesures d’austérité partout dans le monde, les inégalités sociales se sont creusées, en particulier en Europe ».

Sur la montée de l’extrême droite à l’échelle internationale, il a déclaré : « Je vois cela comme un indicateur de la santé du capitalisme. C’est ce qui se passe dans toute l’Europe et ici au Royaume-Uni. Cela ne marche pas pour les gens ordinaires, n’est-ce pas ? »

Abdul, qui est originaire du Kenya et travaille comme chef cuisinier vivant à Bradford, a parlé aux journalistes de WSWS : « Je pense que les protestations sont bonnes. C’est une question de carburant et la classe ouvrière doit travailler pour pouvoir vivre. Je travaille à Leeds. Je gagne huit euros de l’heure. Je peux dépenser deux euros rien que pour m’y rendre en essence. Ça veut dire que je ne peux pas vivre. Ça veut dire que je pourrais dormir dans la rue ».

« Mon cousin travaille en Belgique. Le prix du carburant est monté là-bas. Cela touche les gens de la classe ouvrière. Des manifestations ont lieu en France, en Belgique, aux Pays-Bas et ici aussi. La situation en Grande-Bretagne n’est pas bonne. »

Il a conclu : « Un point – avant de partir – j’aime le socialisme ».

 

Article paru d’abord en anglais, WSWS, le 10 décembre 2018



Articles Par : Correspondants du WSWS

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]