Du poison à rat dans la liste des ingrédients du vaccin anti-HPV

Qu’ont en commun un raticide et le vaccin contre le papillomavirus humain (HPV) ? Réponse : un produit chimique dangereux connu sous le nom de borate de sodium. Le lecteur dégourdi a le droit de se demander ce que fabrique une toxine servant d’habitude à tuer les rats dans la recette du vaccin contre le HPV, actuellement conseillé aux fillettes dès l’âge de neuf, et même à l’étude pour la gent masculine. Hélas, la réponse n’est guère rassurante, en particulier pour les nouveaux résidents des États-Unis, pour qui l’injection anti-HPV au borate de sodium est désormais obligatoire.

Le borate de sodium, c’est quoi ça ?

Le borate de sodium, un sel de l’acide borique, aussi connu sous le nom de borax, a de nombreux usages. En plus de son usage dans le poison pour rats, il sert aussi dans les détergents, cosmétiques, vernis émaillés, retardateurs de flammes, et solutions alcalines en chimie. Cependant, le borate de sodium ayant aussi des propriétés antifongiques, sa raison d’être dans le vaccin découle sans doute de sa qualité de conservateur.

Le borate de sodium est banni des additifs alimentaires

Le borate de sodium est toujours consommé comme additif alimentaire dans quelques pays, mais il est à présent interdit dans de nombreux endroits. Par exemple, un rappel du gouvernement australien remarque sur son site : « Le produit est du Borax (borate de sodium), qui est interdit comme additif alimentaire et qui est dangereux pour la santé. » De cette manière, s’il est « dangereux pour la santé », pourquoi le rajoute-t-on dans le vaccin anti-HPV?

Il n’est plus utilisé dans les préparations médicales

La US National Library of Medicine indique dans un article que l’acide borique n’est « plus utilisé habituellement dans les préparations médicales.» (1)  C’est une bonne chose, aussi, compte tenu du fait que la US National Library of Medicine signale également que cette substance a servi à désinfecter et traiter les plaies, et que les gens « qui ont subi encore et encore ce genre de traitement sont tombés malades, et que certains en sont morts. » En fait, la US National Library of Medicine fournit le numéro du Centre Anti-Poison pour les gens exposés à ce produit chimique, et note que le traitement peut inclure un lavage gastrique (pompage du contenu stomacal), une dialyse, et des injections de liquides par voie orale ou intraveineuse.

Les symptômes de l’intoxication au borate de sodium ressemblent aux effets indésirables du vaccin anti-HPV 

Hélas, les informations concernant le borate de sodium deviennent encore plus alarmantes. Un article sur un autre site gouvernemental signale que l’exposition au borate de sodium peut provoquer des convulsions et d’autres effets de santé graves. Ce qui est intéressant, c’est que des jeunes filles vaccinées avec l’anti-HPV ont signalé des symptômes similaires à ceux qui apparaissent en cas d’empoisonnement au borate de sodium. Ce site particulier du gouvernement fournit la mise en garde suivante sur ce produit chimique : « Attention ! Danger en cas d’ingestion, inhalation ou pénétration cutanée. Provoque l’irritation de la peau, des yeux et des voies respiratoires. » Compte tenu de cette information, le borate de sodium est-il vraiment un truc à injecter aux humains ? C’est à peser soigneusement, avec les informations signalées auparavant, avant de choisir de se faire vacciner avec cet anti-HPV objet de polémique.

Article original en anglais, Rat Poison Chemical Found in Ingredient List for HPV Vaccine, Natural News, 20 novembre 2008.

Article traduit par Pétrus Lombard, Alterinfo.

Articles en français sur le même sujet: 

Gardasil et verrues génitales

Enquête sur les effets secondaires du vaccin contre le HPV

Le vaccin Gardasil déclenche des réactions en Australie

Les effets indésirables du Gardasil se dénombrent par milliers

Note d’un lecteur:
(1) Il est dit que le borate de sodium n’est plus utilisé dans les préparations médicales….. sauf Dacryosérum, largement utilisé dans les yeux de nos bébés, et ce, dès les premiers jours de vie…. (Dr Aubignat, médecin de protection maternelle et infantile.)



Articles Par : Joanne Waldron

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]