Du royaume des morts


Abir Aramin, 10 ans, tuée à la sortie de son école

L’universitaire et écrivain pacifiste israélienne Nurit Peled-Elhanan, (fille du général pacifiste M. Peled, fondateur du mouvement Gur Shalom) a perdu sa fille de 13 ans dans un attentat du Hamas. Hier (12 décembre 2001, ndt) le Parlement européen lui a remis, ainsi qu’à l’écrivain palestinien Izzat Ghassawi, le Prix Sakharov, pour son inlassable activité en faveur de la paix et de la réconciliation.

Dylan Thomas a écrit un poème intitulé  » Et la guerre n’aura pas de domaine « .

En Israël, elle l’a. Ici, c’est la guerre qui gouverne. Le gouvernement d’Israël règne sur un royaume de mort. A cause de cela, la chose la plus incroyable à propos des attentats terroristes de ces jours-ci, c’est l’incrédulité d’Israël. La propagande et l’endoctrinement en Israël sont tels qu’on arrive à maintenir les informations sur ces attentats totalement séparés de la réalité du pays. Dans les médias israéliens et américains l’Histoire est faite d’assassins arabes et de victimes israéliennes, dont la seule faute aurait été d’avoir réclamé 7 jours de trêve. Mais n’importe quelle personne dont l’esprit peut revenir même pas un an en arrière, mais ne serait-ce que une semaine ou quelques heures, sait que l’Histoire n’est pas cela. Que chaque attentat est un nouveau maillon d’une chaîne d’horribles  » faits divers  » de sang, qui ont marqué les 34 dernières années et n’ont qu’une cause : une occupation brutale.

Occupation qui humilie les gens, les affame, leur refuse le travail, démolit leurs maisons, détruit leurs récoltes, tue leurs enfants, emprisonne les mineurs sans procès dans des conditions terribles, tolère que des nouveau-nés meurent aux check points et répand le mensonge.

La semaine dernière (décembre 2001, ndt), après l’assassinat de Abu Hanoud une journaliste de Yadot Ahronot (quotidien israélien, ndt) m’a demandé si je ne me sentais pas soulagée. Non je ne me sens pas soulagée lui ai-je dit et je ne me sentirais pas soulagée tant que les assassins d’enfants palestiniens continueront à aller et venir librement. Les meurtres de ces enfants, comme le meurtre d’un suspect sans procès ou le meurtre d’un enfant de 10 ans, peu de temps avant l’attentat à Jérusalem, nous assurent qu’aucun enfant israélien ne pourra aller à l’école en se sentant en sécurité. Chaque enfant israélien paiera pour la mort de 5 enfants à Gaza, et les autres à Jenin, Ramallah, Betlehem, Hebron.

Les Palestiniens ont appris d’Israël que chaque victime doit être vengée dix fois, cent fois. Ils ont dit, en écho, que tant qu’il n’y aura pas de paix à Ramallah, à Jenin, il n’y aura pas de paix à Jérusalem ni à Tel Aviv. Et par conséquent ça n’est pas aux palestiniens qu’il revient de respecter 7 jours de trêve, mais aux forces d’occupation israéliennes.

Vendredi, on a appris que des politiciens des deux camps avaient établi un accord, à Jérusalem, pour permettre la réouverture du casino dont dépendent leurs moyens d’existence. Ils l’ont fait sans intervention américaine, sans commission de haut niveau ; seulement avec l’assistance de juristes et d’hommes d’affaires qui ont apporté aux parties en présence ce qui leur était nécessaire. Ceci démontre qu’il n’y a pas de conflit entre les leaders: quand une question les concerne directement (à la différence de la mort de nos enfants) ; pour ça, ils sont très prompts à trouver une solution. Ceci confirme ma conviction que nous tous, israéliens et palestiniens, sommes victimes des politiciens qui jouent au hasard la vie de nos enfants, à la table de l’honneur et du prestige. Pour eux, les enfants valent moins que les jetons de la roulette. Mais ces attentats servent les intérêts de la classe politique israélienne – politique dont l’objectif est de nous faire oublier que la guerre d’aujourd’hui concerne d’abord la protection des implantations et la continuité de l’occupation, une politique qui pousse les jeunes palestiniens au suicide, emportant avec eux les enfants israéliens, animés par l’invocation de Samson  » Meure mon être avec tous les philistins ! « *. Politique étudiée pour nous faire croire qu’  » ils veulent même Tel-Aviv et Jaffa !  » et qu’  » il n’y a personne avec qui parler « au moment même où on liquide tous les interlocuteurs possibles.

Maintenant que nous savons que nos leaders sont capables de faire la paix pour des motifs économiques nous devons leur demander qu’ils fassent aussi la paix quand sont en jeu des causes d’importance  » mineure « , comme la vie de nos enfants. Tant que tous les parents d’Israël et de Palestine ne se lèveront pas contre les politiciens et ne leur demanderont pas de freiner leurs envies de conquêtes sanguinaires, le royaume souterrain des enfants ensevelis continuera à s’étendre. Depuis le commencement des temps, les mères ont élevé leur voix avec clarté pour la vie, contre la mort. Aujourd’hui, levons-nous pour qu’on ne transforme plus les enfants en tueurs et tués, pour leur apprendre à ne pas soutenir de cruelles machinations. Levons-nous pour obliger les politiciens, qui disent, comme Abner et Joab  » Que les adolescents se lèvent et joutent devant nous « ** , à donner une place à ceux qui peuvent s’asseoir à une table de négociation pour accepter une paix vraie et juste : une place pour ceux qui sont prêts à faire avancer le dialogue, non pas dans un but de tromperie ou de manipulation, ni pour humilier l’autre et le mettre à genoux, mais pour arriver à une solution, exempte de racisme et de mensonge, et qui considère les raisons de l’autre.

Autrement la mort continuera à étendre son domaine sur nous. Je propose que les parents qui n’ont pas encore perdu leurs enfants regardent à leurs pieds et prêtent attention aux voix qui montent du royaume des morts, sur lequel nous cheminons jour après jour, heure après heure. Parce que c’est là seulement que nous comprendrons, tous, qu’il n’y a pas de différence entre une vie et une autre, que peu importe la couleur de notre peau et de notre carte d’identité , quel drapeau flotte sur quelle colline et dans quelle direction nous nous tournons pour prier.

Au royaume de la mort, les enfants israéliens gisent à côté des enfants palestiniens, les soldats de l’armée d’occupation à côté des commandos-suicide. Et personne ne sait plus qui était David et qui était Goliath parce qu’ils ont tous vu la vérité en face : ils ont compris qu’ils avaient été floués et trompés par des politiciens dépourvus de sentiments et de conscience qui ont sacrifié ces vies au jeu et qui continuent à jouer au hasard la vie de chacun de nous.

Dans des élections démocratiques nous leur avons donné le pouvoir de faire de nos maisons l’arène d’homicides sans fin. Ce n’est qu’en les arrêtant que nous pourrons revenir à une vie normale en ces lieux et alors la mort n’aura plus de domaine.

*Livre des Juges, 16 : L’énigme de Samson.
** Samuel, 2 : L’affrontement.

Edition du 13 XII 2001 de il manifesto

Traduit de l’italien par Marie-Ange Patrizio



Articles Par : Nurit Peled-Elhanan

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]