Print

Échec pour les médias français faisant d’Alain Juppé leur favori. Fillon gagne le premier tour.
Par Pierre Van Grunderbeek
Mondialisation.ca, 21 novembre 2016

Url de l'article:
https://www.mondialisation.ca/echec-pour-les-medias-francais-faisant-dalain-juppe-leur-favori-fillon-gagne-le-premier-tour/5558213

Les résultats de la primaire des Républicains sont sans appel : François Fillon est largement en tête et il a toutes les chances de l’emporter le 27 novembre. C’est un nouvel échec des instituts de sondage qui, comme pour Donald Trump, ne se sont aperçus des chances de Fillon que dans les tout derniers jours. C’est surtout un énorme échec pour les médias du système qui avaient fait d’Alain Juppé leur favori et qui à présent doivent à nouveau manger leur chapeau.

Les résultats.

Les résultats quasi définitifs donnent plus de 44 % de votes à François Fillon et plus de 15 points d’avance sur Alain Juppé. Avec les ralliements de Nicolas Sarkozy (20,6 %) et de Bruno Le Maire (2,4 %) à Fillon, la tâche de Juppé, qui ne pourra compter que sur le report majoritaire des voix de Nathalie Kosciusco-Morizet (2,6 %), risque d’être insurmontable lors du second tour.

L’inconnue, ce sont les électeurs de gauche qui ont voté aux primaires de droite. Ils devraient logiquement amener toutes leurs voix à Juppé qui a un programme plus social mais tactiquement, il serait plus intéressant pour eux d’avoir une confrontation Fillon / candidat de gauche au premier tour de la présidentielle.

On attend avec impatience une déclaration de François Bayrou. S’il se rallie à Fillon et c’est sa dernière chance de survivre politiquement, il devra remanier son programme politique.

Dans ce cas, Juppé (71 ans) aurait tout intérêt à renoncer à sa candidature pour renforcer l’unité du parti et pour terminer sa carrière politique en beauté en décrochant un dernier maroquin de prestige dans un probable gouvernement sous la présidence de Fillon.

Jean-Frédéric Poisson a gagné une mention : celle de s’être fait connaître. Jean-François Copé a reçu une claque et il est inimaginable de le voir un jour dans un gouvernement Fillon après la pantalonnade de 2012.(1) Un petit pain au chocolat, cela peut coûter très cher.

Fillon et son programme.

C’est un programme assez clair : libéralisme économique et europhilie. (2)

C’est un programme qu’Alain Madelin (3,91 % à la présidentielle de 2002) ne désavouerait pas : 100 milliards d’euros d’économies en 5 ans, baisse des charges pour les entreprises, augmentation du temps de travail et recul de l’âge de la retraite. C’est tout ce que demande Bruxelles depuis longtemps.

En revanche, c’est un programme très conservateur en ce qui concerne les lois sociétales et il va à l’encontre des idées de la gauche libertarienne : adoption plénière réservée aux couples hétérosexuels, limiter la PMA aux couples hétérosexuels infertiles et interdire la GPA. Ce sont des mesures qui devraient plaire à ceux qui ont suivi la Manif pour tous.

Pour ce qui est de la sécurité, ce programme devrait plaire à ceux qui sont tentés par un vote FN : augmentation des budgets de la Sécurité, de la Défense et de la Justice, 16 000 places de prison supplémentaires, réduire l’immigration et les prestations versées aux migrants, empêcher le retour des Français partis combattre dans les rangs terroristes à l’étranger, expulser les étrangers appartenant à la mouvance terroriste (imams salafistes?) etc.

Le FN va avoir difficile à trouver sa niche à l’avenir parce que c’est ce qu’il prône depuis des années. En cas de victoire de Marine Le Pen à la présidentielle, Fillon ferait un bon Premier Ministre.

Et la présidentielle ?

Elle sera intéressante, c’est sûr : avec François Fillon, un candidat libéral à la Margaret Thatcher, Marine Le Pen, une candidate conservatrice et protectionniste et un candidat de gauche, Jean-Luc Mélenchon en défenseur des classes populaires.

La candidature d’Emmanuel Macron et celle qui sera désignée par le parti socialiste, François Hollande probablement, devraient s’annihiler avec un avantage pour François Hollande grâce au soutien prévisible des médias de gauche et à celui du parti socialiste. Ces candidatures centristes ont peu de chances de réussir à passer au second tour de la présidentielle sauf si les Républicains se divisent, ce qui est peu probable.

Il y a aussi une diversité d’opinions en ce qui concerne l’UE : Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon ont des positions beaucoup plus critiques que François Fillon.

Poutine marquera un point.

Loin de moi l’idée que Vladimir Poutine manipule les élections françaises. L’éviction probable de Juppé de la course à la présidence française est une décision populaire et démocratique. Elle ouvre la voie à trois principaux candidats dont aucun n’est hostile à la Russie. Marine Le Pen est même franchement favorable à un rapprochement et c’est elle, avec son programme économique conservateur et protectionniste qui comprend des éléments sociaux qui est la plus proche du système économique russe tel qu’il semble se définir pour les prochaines années : l’autoritarisme présidentiel en moins évidement.

Après la défaite de Hillary Clinton, la France sera un nouveau pays important qui risque de se rapprocher de la Russie. Barack Obama ne sera plus là pour le pleurer. Angela Merkel finira bien isolée, surtout en cas de victoire de Marine Le Pen.

Poutine, s’il se présente à la présidentielle russe en 2018, sera largement réélu et son prestige sortira renforcé dans son pays et dans le monde.

C’est un effet inattendu de la primaire française. La probable défaite du candidat président désigné par le système et qui était le seul à vouloir continuer sur la voie « Obama » des sanctions renforce la position de Vladimir Poutine.

En conclusion et à six mois de la présidentielle, il peut encore se passer beaucoup de choses. C’est le président actuel qui tire les ficelles et qui est le maître de l’agenda. Nous savons que son but est de réussir à remporter la prochaine élection présidentielle mais sera-ce par tous les moyens ?

Ce serait une énorme surprise s’il y arrivait vu ses taux de popularité actuels.

Pierre Van Grunderbeek

 

 1.L’élection à la présidence de l’UMP de 2012 avait été très controversée. http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/comment-determiner-l-age-exact-d-126426

2.-https://www.fillon2017.fr/participez/15-mesures/

Avis de non-responsabilité: Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.