Élections Canada – Le défi du Bloc Québécois devant les insultes du débat

Région :

« Quebec has a problem with racism! » Voilà la phrase qui ouvre le débat des chefs en anglais devant un public du Canada anglais. Suit une question sur l’appui du Bloc Québécois aux lois ou projets de loi qualifiés de « discriminatoire » soit la loi 21 et le projet de loi 96 visant à renforcer la langue française devant son déclin rapide. 

En plus d’être présidente de la maison de sondage Angus Reed, celle qui a ouvert le débat ainsi, sans broncher, était la porte-parole du consortium des médias les plus puissants au Canada, CBC, Global et CTV. Rien de moins!

Le chef du Bloc, Yves-François Blanchet, y a répondu fermement, rapidement et correctement durant le débat et après, comme il se doit. Mais il aurait plus dire beaucoup plus. 

Car cette question/insulte, parfaitement anglo-canadienne, renferme des siècles de préjugés hérités d’un Empire britannique, qui s’est toujours arrogé une autorité morale supérieure, mais totalement infondée, pour étendre son influence mondiale en assujettissant peuples et nations du monde entier, souvent dans la destruction et le sang. 

Les Anglais sont « the chosen race of liberty » selon le libéral Edmund Burke, champion de cet empire. Thomas Jefferson, révolutionnaire américain mais aussi propriétaire de 600 esclaves – il faut le faire –, aspirait à créer « an empire for liberty », ce qui inclurait, selon lui, l’assujettissement du Canada et de Cuba.  « Un peuple sans littérature et sans histoire » disait le libéral Lord Durham après la sanglante répression des Patriotes, en recommandant la disparition par l’assimilation du peuple canadien (français). « I hate the Indians, disait Churchill peu avant l’indépendance de l’Inde. A beastly people with a beastly religion ». 

Ayant subi cette expression de mépris et d’arrogance aux relents colonialistes devant des millions de téléspectateurs anglo-canadiens, on peut se demander en retour pourquoi le Bloc Québécois et son chef s’inscrivent si promptement dans une campagne à l’esprit colonial similaire visant la Chine, campagne dirigée par Washington, Londres, Ottawa et autres capitales de l’Anglosphère hérité de l’Empire britannique?

Robin Philpot



Articles Par : Robin Philpot

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]arch.ca