Print

Enfin, le printemps arrive en Israël
Par Victor Ginsburgh et Dan Kaminski
Mondialisation.ca, 16 mai 2002
La Libre Belgique 15 mai 2002
Url de l'article:
https://www.mondialisation.ca/enfin-le-printemps-arrive-en-isra-l/1535

Dans Le Monde du 4 avril, une vingtaine d’intellectuels français, dont Pierre Vidal-Naquet, ont signé un article intitulé « Soutenir Israël? Non, pas en notre nom ». Cet article répondait à un appel du Conseil Représentatif des Institutions Juives de France–dont, faut-il le rappeler, le président a tenu des propos presque favorables à la candidature de M. Le Pen–qui appelait à manifester non seulement pour protester contre les attaques des lieux de culte, ce qui nous paraît entièrement légitime, mais aussi pour soutenir Israël et son premier ministre, ce qui ne l’est pas du tout. Nombreux sont, j’en suis sûr, ceux qui en Belgique et dans toute la diaspora, auraient volontiers apposé leur signature à ce document, et regrettent de n’avoir pas eu la plume assez rapide lorsque certains groupes juifs belges appelaient au même soutien inconditionnel.

Mais le printemps arrive et la gauche israélienne se réveille enfin, après 18 mois de silence. Entre 50.000 et 75.000 manifestants réclamaient, samedi dernier, l’arrêt de l’occupation de la Palestine et la fin de la guerre, place Rabin à Tel Aviv, celle-là même qui a vécu l’assassinat de Yitzhak Rabin, dont elle porte maintenant le nom.

Le vent tourne et finira, cela va de soi, par donner raison à ceux-là qui ont mené une campagne contre Sharon et contre les ministres travaillistes qui ont, sans désemparer, participé à toutes les décisisions du gouvernement de la guerre. Le vent tourne fort, puisqu’on apprend aujourd’hui que le Ministre de la Défense, le si peu travailliste Ben Eliezer, fait enquêter sur son armée et semble s’être opposé à une intervention à Gaza.

Le bonheur de recevoir aujourd’hui un message électronique du mouvement Gush Shalom, relayé par Simone Susskind, qui nous explique que le mercredi 8 mai, jour du retour précipité de Sharon de Washington suite au dernier attentat du Hamas, un groupe d’israéliens s’est organisé pour se rendre en territoire palestinien, précisément à l’endroit qui aurait pu être attaqué par l’armée israélienne suite à la décision probable du cabinet Sharon qui devait se tenir durant la soirée. Comme on aime entendre qu’il s’agissait alors « d’une action urgente qui nécessite une abnégation personnelle considérable, un risque évident et la possibilité d’être absent de chez soi et de sa vie quotidienne durant plusieurs jours. Munissez-vous, continue le message, de ce dont vous aurez besoin durant cette mission, et ayez de l’argent sur vous ». Ce message sibyllin est expliqué aujourd’hui. Craignant que l’armée israélienne reçoive l’ordre de déporter voire « de tuer accidentellement » Arafat, ce groupe s’est constitué en bouclier humain et s’est arrangé pour faire diffuser l’information par la radio. Cinq israéliens, dont Uri Avnery, se sont rendus sur les lieux et y sont restés le temps qu’il a fallu pour avoir l’assurance, toute provisoire hélas, que l’action était reportée. Et le message se termine par un appel à venir à la manifestation de samedi soir « même si vous avez des doutes sur les slogans et les banderoles sous lesquelles nous défilerons. Dans les années à venir, personne ne se rappellera de ce qui figurait sur ces banderoles, ni sur ce que nous aurons dit, mais tous se souviendront que c’était la plus importante manifestation pour la paix depuis le début de l’intifada, et que des dizaines de milliers de manifestants sont venus dire NON! à Sharon et au chef de l’armée qui nous ont entraîné dans un voyage vers l’enfer, avec la participation active [des travaillistes] Ben Eliezer et Peres. Vous ne vous pardonnerez jamais de n’être pas venus ».

Voilà la manifestation à laquelle le Conseil Représentatif des Institutions Juives de France aurait dû appeler les juifs français et à laquelle le Comité de Coordination des Organisations Juives de Belgique devrait nous inviter de toute urgence. Nous y viendrons en courant. Voilà ce que les israéliens attendent de nous.

Victor Ginsburgh est Professeur à l’Université libre de Bruxelles, Dan Kaminski est Professeur à l’Université catholique de Louvain. Copyright ©  Victor Ginsburgh et Dan Kaminski 2002. Pour usage équitable seulement .

Avis de non-responsabilité: Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.