Enjeux de la Guerre au Moyen Orient: Des personnalités appellent à «se préparer au pire»

Compte rendu de la réunion organisée par le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM)

Région :

«Le monde vit sa plus grave crise des temps modernes», selon un universitaire. «Le plan d’un nouveau Moyen-Orient, c’est le retour aux guerres coloniales, et il faut se préparer au pire», a estimé un ancien ministre péquiste. «Le Canada a opté pour l’OTAN contre l’ONU et s’est mis à la remorque de l’empire américain», a lancé un militant antiguerre.

Ces propos ont été tenus jeudi à Montréal, lors d’une réunion du réseau antiguerre à laquelle participaient des représentants de partis politiques, des syndicats, des membres des milieux universitaire et estudiantin, et des organismes de la société civile.

Durant le débat qui a suivi, le diagnostic des présentateurs, Michel Chossudovsky, de l’Université d’Ottawa, Rodrigue Tremblay, ancien ministre revenu à l’Université de Montréal, et Raymond Legault, d’Échec à la guerre, a été proposé comme base d’une mobilisation locale et mondiale.

M. Tremblay, auteur du livre Le nouvel empire américain, a estimé que le bellicisme actuel des États-Unis est lié à «des carences économiques majeures». Quant à M. Chossudovsky, il a affirmé que «80% des réserves mondiales de pétrole se trouvent en pays musulmans, dont le Nigeria et l’Indonésie, d’où la guerre contre les musulmans».

«Cet événement vise à développer une prise de position de la société québécoise face au projet militaire de Washington», disait l’invitation du Centre de recherche sur la mondialisation (CRM), dont l’économiste Chossudovsky est aussi le directeur.

Évoquant la Charte mondiale des femmes adoptée au Rwanda en 2004, Michèle Asselin, de la Fédération des femmes du Québec, a affirmé que le réseautage mondial était en marche «contre le patriarcat et le capitalisme».

«Les femmes sont les premières victimes des guerres, soit parce qu’elles sont ciblées, soit parce que les armes l’emportent sur l’éducation et la santé», a-t-elle affirmé.

Pour Francine Némeh, de la Ligue des droits et libertés, «les guerres portent atteinte à tous les droits» et «la guerre au terrorisme» sert de «prétexte à toutes les violations».

L’avocate Tiphaine Dickson, qui présidait la rencontre, a d’ailleurs souligné qu’au même moment, «le Congrès états-unien s’apprête à suspendre l’habeas corpus». Pierre angulaire de la common law britannique, l’habeas corpus, («vous avez le corps», en latin) permet à un condamné de demander de comparaître devant un tribunal pour savoir pourquoi il est détenu. La nouvelle loi antiterroriste du Congrès permet la détention secrète de suspects, et même le recours à la torture. «Toute guerre illégale est une guerre d’agression, et l’agression est le crime suprême, duquel découlent tous les autres crimes», a rappelé Me Dickson, en citant les jugements de Nuremberg.

«Les jeunes sont touchés par toutes les guerres, et les étudiants sont à l’avant-garde de la mobilisation contre la guerre au Québec», a indiqué François Laliberté-Auger, de la Fédération étudiante collégiale du Québec. Pour René Charest, du Conseil central de la CSN à Montréal, la Palestine, même éclipsée par la nouvelle «guerre permanente» au Moyen-Orient – Irak, Liban, Afghanistan, peut-être l’Iran – «reste centrale» à tout retour à la paix.

Bruce Katz, de Palestiniens et Juifs unis (PAJU), a estimé qu’«un vide juridique comme celui des années 20 menace le monde, où les puissants veulent imposer leur volonté comme ils le firent au Proche-Orient avec l’accord Sykes-Picot».

«Le Canada est en guerre», ont convenu Pierre Ducasse, du NPD, et Amir Khadir, de Québec solidaire. «Pour chaque dollar consacré à la reconstruction en Afghanistan, neuf dollars vont à la guerre», a dit M. Ducasse, qui a appelé au retrait du Canada de ce pays, suscitant de vifs applaudissements de la salle bondée du Centre Saint-Pierre.



Articles Par : Jooneed Khan

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]