Print

Entretien avec le mannequin international Andreja Pejic: «Je pense que nous devrions tous soutenir Assange et Manning»
Par Andreja Pejic, Sue Phillips, et Will Marshall
Mondialisation.ca, 16 février 2020
wsws.org 7 février 0200
Url de l'article:
https://www.mondialisation.ca/entretien-avec-le-mannequin-international-andreja-pejic-je-pense-que-nous-devrions-tous-soutenir-assange-et-manning/5641710

Les correspondants du World Socialist Web Site, Sue Phillips et Will Marshall, ont eu l’occasion en janvier de discuter de la campagne pour la libération de l’éditeur persécuté de WikiLeaks, Julian Assange, et de la lanceuses d’alerte Chelsea Manning, ainsi que de questions politiques plus générales, avec le modèle internationalement reconnu Andreja Pejic.

Pejic était à Melbourne pour rendre visite à sa famille et en tant qu’invitée de marque au gala d’ouverture de l’exposition d’été de la National Gallery of Victoria International, Crossing Lines.

D’après Wikipedia: «Avant de faire son coming out en tant que transsexuelle fin 2013, Pejic était connue comme la première top-modèle complètement androgyne. Aujourd’hui, elle est l’un des modèles transgenres les plus reconnus au monde.» Elle a fait la couverture des éditions internationales de Elle, Marie Claire, Harper’s Bazaar, L’Officiel et Fashion.

Andreja Pejic

En mai 2015, Pejic est devenue le premier mannequin transgenre présenté par Vogue. En 2016, Pejic a reçu le prix du «Meilleur modèle féminin international» décerné par le magazine de mode GQ Portugal. L’année suivante, elle a été la première femme transgenre à apparaître sur la couverture de GQ. Pejic a fait ses grands débuts au cinéma dans le thriller policier de 2018, La fille dans la toile d’araignée.

Pejic est née à Tuzla, dans la région bosniaque de la Yougoslavie, en août 1991, juste avant le déclenchement de la guerre civile ethno-nationaliste. Sa famille a été forcée de fuir en tant que réfugiés en Serbie. Avec sa mère, son frère aîné et sa grand-mère, elle a émigré en Australie au lendemain de la guerre des États-Unis et de l’OTAN contre la Serbie en 1999.

Pejic a grandi dans la banlieue ouvrière de Broadmeadows, à Melbourne. Après avoir terminé ses études secondaires, Pejic a été acceptée pour étudier la médecine à l’université de Melbourne. Pejic a mis entre parenthèses ses études universitaires après avoir été repérée comme mannequin alors qu’elle travaillait à temps partiel chez McDonalds.

Pejic est une artiste aux convictions socialistes qui défend ouvertement et avec principes les droits des transgenres. Elle s’est prononcée avec force contre la politique identitaire, soulignant la domination et la centralité de la division des classes pour comprendre la société capitaliste.

En décembre, Pejic a participé à une réunion publique du Parti socialiste pour l’égalité (PES) à Melbourne pour défendre Assange et Manning avec son frère Igor et sa mère Jadranka.

WSWS: Merci beaucoup de nous accorder votre temps pour discuter de la question cruciale de Julian Assange et Chelsea Manning. Pourriez-vous nous parler de l’importance de leurs révélations des crimes de guerre au Moyen-Orient?


Assange est traîné hors de l’ambassade équatorienne à Londres

Andreja Pejic: Je pense que ce que Julian Assange et Chelsea Manning ont fait est énorme pour les principes démocratiques et les droits de l’Homme. C’est une chose que nous ignorons en quelque sorte. C’est comme un sujet tabou. On nous parle des crimes de différentes dictatures – comme la Russie, l’Iran ou la Chine – mais ce que nous ignorons, ce sont les crimes de guerre impérialistes, les crimes des gouvernements occidentaux. Ces choses doivent être confrontées si nous voulons nous battre pour une société meilleure. On ne peut pas les balayer sous le tapis.

WSWS: Voyez-vous un lien entre les tentatives de faire taire Assange et Manning et l’escalade de la campagne de guerre américaine contre l’Iran?

AP: Oui, je pense que l’Amérique est en crise politique. Bien sûr, nous avons déjà connu une énorme crise économique en 2008 et cela ouvre la voie à la destruction de la démocratie et à un système autoritaire. J’ai toujours su dès le plus jeune âge que les interventions occidentales étaient des impostures. Ce n’était pas nouveau pour moi, je suppose. Mais lentement, les gens commencent à se rendre compte que l’armée américaine ne répand pas la démocratie dans ces endroits. Si vous regardez la Yougoslavie, l’Irak, la Libye, le Yémen, la Syrie – où sont ces démocraties florissantes pour lesquelles ils se battaient?

WSWS: Pouvez-vous expliquer votre propre expérience en tant que réfugiée de la guerre américano-OTAN en Yougoslavie et l’impact qu’elle a eu sur vos perspectives politiques?

AP: Je suis née six mois avant le début des guerres en Yougoslavie. Ma mère était serbe et mon père croate. Ils ont grandi dans un pays qui était uni depuis 50 ans et il était normal qu’ils se marient. Puis la guerre a éclaté et elle a dû nous emmener, mon frère, ma grand-mère et moi, en Serbie, ce qui a divisé ma famille.

Andreja avec son frère Igor et sa mère Jadranka

Ils pensaient que ce serait une guerre de deux mois, quelque chose qui se résoudrait très vite. Mais cela s’est terminé par une guerre civile de cinq ans – la pire guerre en Europe depuis la Seconde Guerre mondiale – et nous avons fini par grandir dans un camp de réfugiés. Je me souviens juste de cette situation terriblement tendue pendant que nous grandissions, avec les divisions nationales et le racisme de tous les côtés.

Cette expérience m’a poussé, surtout lorsque nous sommes arrivés en Australie, à vouloir savoir ce qui s’était passé et à trouver une meilleure explication que de blâmer une nationalité en particulier. Alors, j’ai fait des recherches et cela m’a amené à vous découvrir [le WSWS et le PES]. Cela m’a poussé à apprendre l’histoire. Pourquoi l’Union soviétique est-elle tombée? Pourquoi le système que [le leader yougoslave Josip Broz] Tito soutenait s’est-il effondré? Pourquoi cette horrible guerre a-t-elle eu lieu?

Cela a eu un effet énorme sur moi sur le plan politique. J’ai découvert les crimes impérialistes dans toute cette situation. Ce que l’Occident a fait lorsqu’il a approuvé la sécession de la Slovénie [de la Yougoslavie en 1991] et ensuite, plus tard, ce que les États-Unis ont fait à la Serbie avec les bombardements de l’OTAN. C’était horrible.

Je me demandais pourquoi une société qui se prétendait si démocratique pouvait faire quelque chose comme ça. Pourquoi tant de soi-disant progressistes en Occident ont-ils soutenu cette guerre? Je pense que c’était l’une des premières guerres que l’intelligentsia libérale a soutenu. Je cherchais une meilleure explication.

J’ai maintenant cette énorme aversion pour le nationalisme. Les gens me demandent toujours dans les entretiens, êtes-vous Croate, êtes-vous Serbe, êtes-vous Australienne? Je leur réponds toujours que c’est ici que je suis née, que c’est ici que j’ai passé mon enfance, que c’est ici que j’ai passé mon adolescence, et que maintenant je vis en Amérique. Je ne pense pas que l’identité nationale soit une chose saine parce que j’ai vu un pays détruit par elle. Le nationalisme a été exploité pour diviser le pays et pour diviser ma famille.

WSWS: Vous avez quitté les Balkans en tant que réfugié et vous êtes revenu? Quel est votre bilan – de ce que les Balkans étaient, à ce qu’ils sont maintenant?

Andreja Pejic

AP: Le pays ne s’est toujours pas remis de la guerre. Le niveau économique et le niveau culturel sont beaucoup plus bas qu’avant. La démocratie est corrompue et les conditions sociales sont terribles. Les inégalités sociales sont énormes. L’arène politique est dominée par des criminels.

WSWS: Il a été révélé que pendant qu’Assange était à l’ambassade équatorienne, la société de sécurité UC Global l’espionnait et le filmait en secret, et que tout cela était retransmis en direct à la CIA.

AP: Tout ce qui a été fait à Julian Assange et à Chelsea Manning est épouvantable. L’incarcération de Julian dans la prison de Belmarsh, dans les pires conditions, l’interdiction d’accès à sa représentation juridique et l’énorme campagne de diffamation dans les médias et politiquement pour détruire son nom. Chelsea Manning est traînée devant un tribunal secret, emprisonnée à nouveau et condamnée à une amende de 1000 dollars par jour. C’est épouvantable.

WSWS: Nils Melzer et des médecins du monde entier ont fait de nombreuses déclarations sur la santé d’Assange. Il vit depuis une décennie dans des conditions de torture psychologique. Que pensez-vous de cette situation? Ils ont demandé sa libération immédiate ou, à tout le moins, son transfert dans un hôpital universitaire pour y recevoir des soins médicaux appropriés.

AP: C’est une époque extraordinaire à vivre. Il est incroyablement décourageant de voir le gouvernement britannique et le gouvernement américain – qui sont censés être des chefs-de-file dans le «monde démocratique» – enfreindre complètement la loi et détruire des journalistes et des lanceurs d’alerte pour leur propre bénéfice.

WSWS: Pourriez-vous parler du gouvernement australien qui a refusé de lever le petit doigt pour défendre Assange, pour défendre un citoyen australien,depuis le gouvernement travailliste de Gillard?

AP: On m’a récemment demandé de faire un entretien pour Harper’s Bazaar. Ils voulaient faire un article sur la voix des femmes et ils voulaient inclure Julia Gillard. Et j’ai dit «Non» parce que je ne veux pas être dans le même article qu’elle à cause de la situation en cours et de son rôle dans tout ça. Elle aurait pu intervenir pour protéger Assange.

Le gouvernement australien n’a pas protégé l’un de ses citoyens. Il a déjà protégé des journalistes auparavant, mais il ne l’a pas fait dans le cas d’Assange. C’est tout simplement extraordinaire. Le niveau de la conspiration équivaut à une chasse aux sorcières organisée au niveau international.

Je pense que le parti travailliste devrait s’opposer réellement au refus du gouvernement de protéger le plus grand journaliste d’Australie opposant aux guerres contre la persécution politique. Il devrait admettre son manque d’action passé et s’efforcer de faire connaître cette question au plus grand nombre, afin qu’un mouvement puisse être construit pour stopper l’extradition.

WSWS: En plus de votre carrière de mannequin, vous êtes connue pour vos prises de parole et la promotion des droits des transgenres. Dans les médias sociaux et les déclarations publiques, vous vous êtes fermement prononcée contre les politiques identitaires, en soulignant la place centrale de la classe. Pouvez-vous nous en dire plus?

AP: J’ai révélé mon expérience, mes problèmes médicaux et mes affaires personnelles, parce que je sentais que j’avais une responsabilité sociale et la possibilité d’ouvrir l’esprit et le cœur des gens à quelque chose de très différent. Mais en même temps, on ne comprend pas le fait que les minorités soient manipulées par le Parti démocrate et par des forces du même genre pour se donner une meilleure image. Je pense qu’il n’y a pas de compréhension de la classe, et de la façon dont les minorités sont également divisées en classes comme le reste de la population.

En fin de compte, un travailleur transgenre, ou un travailleur afro-américain, ou tout autre travailleur issu d’une minorité, a plus en commun avec tous les autres travailleurs qu’avec cette couche de la classe moyenne supérieure. Dans le cadre de la politique d’identité, toutes les femmes sont considérées comme étant dans la même situation, tous les trans ou tous les LGBTI sont considérés comme étant dans la même situation, mais ils ne le sont pas. Ils sont tout autant divisés en classes.

WSWS: Pouvez-vous nous parler de la manière dont la politique identitaire et les allégations contre Assange dans le cadre de l’affaire suédoise ont été utilisées?

AP: Je me souviens d’avoir publié des articles sur Assange sur Instagram et d’avoir été critiquée par les féministes et les partisans d’Hillary Clinton. Comment pouvez-vous, disaient-elles, vous qui avez dit tant de choses progressistes et défendu quelque chose, protéger quelqu’un qu’elles considèrent comme un violeur ou qui a provoqué l’élection de Donald Trump et ruiné la campagne d’Hilary Clinton?

En fin de compte, Assange et Manning ont sacrifié leur vie pour nos droits démocratiques et pour révéler à tous – de toute race, de tout sexe et de toute sexualité – la vérité sur ce que font nos gouvernements. Hilary Clinton est la raison pour laquelle Trump a été élu. Si elle a commis des crimes, elle doit en répondre, et non l’inverse.

Lorsqu’un dirigeant d’une nation africaine ou d’une nation d’Europe de l’Est commet une guerre d’agression, nous attendons de lui qu’il se présente devant un tribunal international et qu’il soit accusé de crimes de guerre. Mais lorsqu’il s’agit d’hommes politiques occidentaux, nous attendons d’eux qu’ils aillent jouer au golf, ou qu’ils fassent des discours, et qu’ils empochent de l’argent. C’est tout à fait injuste.

Assange n’a même pas été inculpé. Il s’agissait d’allégations et, d’après ce que j’ai lu sur l’affaire, il y a eu tellement de trous [dans la version officielle] et une énorme dissimulation. Il était d’accord pour aller en Suède et faire face à ces allégations si la Suède n’allait pas l’extrader vers les États-Unis. C’est un fait qui n’a pas été pris en compte. Et maintenant, bien sûr, ils ont abandonné ces allégations parce qu’elles n’étaient pas fondées.

Chelsea Manning

WSWS: En décembre, c’était le 32e anniversaire de Chelsea Manning. Elle est maintenant en prison en Virginie depuis neuf mois. Elle a adopté une position de principe et a refusé de comparaître devant le grand jury aux États-Unis. Elle a déclaré que quoi qu’il lui arrive, elle ne violera pas ses principes. Comment voyez-vous le rôle de Manning?

AP: Chelsea Manning est l’une des personnes les plus inspirantes de la même communauté que moi. Ce qu’elle a fait est incroyablement inspirant et incroyablement courageux. Pour faire respecter ses principes, pour ne pas suivre la voie de la facilité, avoir subi la torture: les Nations unies ont dénoncé le gouvernement américain, ou ont accusé le gouvernement américain de la torturer. Je suis de tout cœur avec elle. J’aimerais que la communauté LGBTI la soutienne davantage.

WSWS: Il y a eu un certain abandon de Chelsea Manning par les organisations gays et transgenres qui ont des liens avec le Parti démocrate.

AP: C’est incroyablement décourageant. Je me souviens qu’il y avait une parade de la gay pride à New York, et j’espérais qu’il y aurait plus de déclarations en sa faveur. Je sais que Manning a fait des choses avec American Vogue. Elle a fait des choses avec beaucoup de publications qui sont à la mode et qui, lorsqu’elle a été graciée par Obama, l’ont célébrée.

Nous devons continuer à la célébrer, et nous devons la soutenir. C’est triste de voir le peu de réflexion, le peu de conscience qu’il y a dans tout ce scénario. Nous ne sommes pas censés nous contenter de faire ce que le Parti démocrate nous dit. Nous pouvons être indépendants et penser par nous-mêmes.

Je ne voulais pas soutenir la campagne d’Hillary Clinton. Ils essayaient d’obtenir le soutien des gens à travers le monde des célébrités et des droits de la femme. Je suis restée à l’écart de cela. Bien que je sois issue d’une minorité à bien des égards – et pas seulement d’une minorité de genre – je ne peux pas laisser cela dépasser le cadre général. Compte tenu de tout ce que j’ai vécu dans ma vie, je ne pourrais pas soutenir une candidate pro-guerre comme Hillary Clinton.

WSWS: Que pensez-vous de Bernie Sanders?

AP: J’ai lu beaucoup de choses sur lui sur le WSWS. C’est vraiment intéressant que tant de jeunes aient voté pour lui, que ce qui leur semble être du socialisme soit devenu si populaire en occident, au centre du plus grand pays capitaliste du monde. En même temps, Sanders pense que le Parti démocrate peut être réformé ou qu’il peut basculer vers la gauche d’une manière ou d’une autre. Il est très difficile d’imaginer que nous puissions appliquer le modèle scandinave en Amérique. Si vous regardez ce qui se passe en Europe, c’est l’inverse. Ils démantèlent le système de sécurité sociale.

WSWS: Viviez-vous aux États-Unis quand Obama a été élu?

AP: Oui, je vivais aux États-Unis. Avec Obama, je pense qu’il y a eu cette campagne de relations publiques massivement réussie «d’espoir et de changement». Même les républicains, les conservateurs, se sont ralliés au projet, et toute la gauche l’a fait. Puis il s’est avéré être une énorme déception – il y a la Syrie, le Yémen et la Libye et et puis Guantánamo est resté ouvert. La façon dont la crise financière a été gérée a été terrible, Obama ayant donné une quantité infinie de liquidités aux banques.

Une grande partie de ce que Trump fait a été rendue possible par les actions de l’administration Obama. Je suis allé à une manifestation sur les réfugiés au Mexique. Beaucoup de ces centres ont été construits sous Obama. Il a également expulsé plus d’immigrants que tout autre président dans l’histoire des États-Unis. C’était une grosse campagne de relations publiques.

WSWS: Voyez-vous un lien entre les attaques contre Assange et la volonté de censurer Internet et les médias sociaux?

AP: Oui, l’internet a joué un rôle révolutionnaire en ce sens qu’il a permis de connecter les gens du monde entier et de les exposer à des informations alternatives. Les gens commencent à remettre de plus en plus en question le système politique et économique. Les gouvernements et les élites dirigeantes veulent réprimer cela et empêcher que cela ne se propage, comme toutes ces protestations dans le monde entier. En France, au Chili, les gens en ont assez.

L’internet est là pour que chacun puisse faire entendre sa voix, pour que l’information circule librement et ne soit pas monopolisée par les plus grands acteurs ou contrôlée par les plus grands gouvernements. C’est probablement la plus grande question de notre temps, et surtout avec les jeunes. J’ai grandi avec l’internet et il m’a appris tout ce que je voulais savoir. Je pense qu’il y a un énorme pouvoir dans l’information et c’est ce pouvoir qu’ils veulent nous enlever.

WSWS: Pamela Anderson, Roger Waters, John Pilger, M.I.A. ont pris la défense de Julian Assange. Pouvez-vous nous parler de l’importance de leur position et nous dire si d’autres membres de la communauté artistique devraient s’exprimer?

AP: J’ai vu Pamela dans l’émission de télévision «View» et elle a été vraiment bien. C’est magnifique de voir ça. J’espère que plus de gens le feront. J’espère que plus de gens connus et encore plus de public prendront sa défense parce qu’il y avait des gens qui le soutenaient. Miley Cyrus et Lady Gaga sont allées rendre visite à Julian Assange et je me souviens avoir été très inspirée par cela. Je pense qu’il faut que cela revienne. Il ne peut pas être extradé vers les États-Unis parce que nous savons tous ce qui se passerait dans ce scénario. Ce serait une perte tragique pour l’humanité.

WSWS: Que pensez-vous qu’il arrivera si Assange est extradé ?

AP: Eh bien, ils l’ont inculpé en vertu de la loi sur l’espionnage. Il risque 175 ans de prison. Il pourrait même être condamné à la peine capitale. Sa santé s’est déjà détériorée et il est dans un état si horrible. Il ne doit en aucun cas être extradé.

WSWS: Y a-t-il des pressions au sein de l’industrie de la mode contre la défense d’Assange et Manning?

AP: Il y a beaucoup de gens dans mon monde qui ne comprennent pas, qui sont bien intentionnés et qui veulent s’exprimer mais n’ont pas cette conscience politique. C’est triste de voir des gens qui ont une compréhension mais qui se sont tus. J’espère que cela va changer. Cela faciliterait les choses pour la jeune génération. Cela rendrait les choses plus faciles pour ce combat. Je pense que ces protestations et ces oppositions qui se produisent en quelque sorte propulsent les choses dans une meilleure direction.

WSWS: Comment le World Socialist Web Site a influé sur vos perspectives politiques?

AP: J’ai découvert le PES quand j’étais au lycée. J’ai fait des recherches sur le socialisme très jeune, parce que je voulais connaître les Balkans et la sympathie que j’avais pour cette région. Ma mère parlait – et parle toujours, comme beaucoup de gens de cette région – de la nostalgie de cette période de leur vie en Yougoslavie. Je voulais savoir quel était le système en Yougoslavie, ce que signifiait vraiment le socialisme, ce qu’était l’Union soviétique et quelle était son histoire. Et je pense avoir trouvé un dépliant du PES sur votre campagne électorale à Broadmeadows et avoir assisté à une réunion.

Cela m’a conduit au site web. Et j’ai dévoré beaucoup de choses historiques. Je pense qu’il est vraiment intéressant de découvrir ce qui s’est passé en Chine, en Russie, en Yougoslavie, et le rôle du stalinisme dans le recul du socialisme.

WSWS: Nous soulignons que la lutte pour la liberté d’Assange et de Manning est liée à la mobilisation de la classe ouvrière. Ce n’est pas le Parti travailliste, ou des partis comme les Verts, qui vont le faire.

AP: Je pense que les travailleurs ont tout le pouvoir – ils l’ont toujours eu, ils l’ont encore – et les gens doivent comprendre cela. Quand je parle de ces sujets, beaucoup de gens ne comprennent pas vraiment à quoi ressemble une révolution ou ce qu’est la lutte des classes. Pendant longtemps, j’ai aussi lutté avec cette idée et pour comprendre comment cela se fait et comment les travailleurs sont mobilisés. Les étapes vers cela sont un long processus mais il est incroyablement important pour tout progressiste de s’orienter vers la classe ouvrière. D’après ce que j’ai appris, il n’y a pas d’autre solution.

WSWS: Pourquoi les artistes aux convictions socialistes comme vous doivent-ils se battre pour la défense et la liberté d’Assange et Manning?

AP: Je dirais qu’il est incroyablement important de se battre pour Chelsea Manning et Julian Assange pour faire avancer la démocratie et la cause d’un monde meilleur. Vous ne pouvez pas vous battre pour un monde meilleur et ignorer ce qu’ils ont accompli, ce qu’ils ont fait.

Nous ne pouvons pas ignorer les principes démocratiques et les principes socialistes et réaliser un quelconque progrès. Nous devons nous appuyer sur eux. Je pense que ce que vous et le WSWS avez fait pour défendre Assange et Manning est incroyablement héroïque et incroyablement important pour le monde. Cette période restera dans l’histoire comme une énorme tache sur les gouvernements des États-Unis, de la Grande-Bretagne et de l’Australie, dans 20 ou 30 ans.

Nous vivons dans un monde très complexe. Il y a beaucoup de confusion et il est difficile de savoir où se situer dans cette énorme crise qui se déroule, mais je pense que nous devrions tous soutenir Assange et Manning.

 

Article paru en anglais, WSWS, le 7 février 2020

Avis de non-responsabilité: Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.