Ernesto Cardenal, poète révolutionnaire – Hommage de Claude Lacaille

Ernesto Cardenal (1925-2020) nous a quittés. Claude Lacaille, auteur de En mission dans la tourmente des dictatures, Haïti, Équateur, Chili, qui l’a connu lui rend hommage.

Décrivant le parcours du combattant et du croyant (et de ministre de la Culture dans le gouvernement révolutionnaire sandiniste, il rappelle notamment son engagement pour les pauvres, son adhésion et sa contribution à ce qu’on appelle la Théologie de la libération et son exclusion de l’église par le Pape Jean-Paul II pendant 35 ans (jusqu’en 2019). Ce pape a donné l’ordre à lui et à d’autres prêtres engagés politiquement de cesser toute activité politique.

Claude Lacaille, qui était au Chili pendant la dictature de Pinochet, raconte comment les poèmes de Cardenal l’ont inspiré dans le combat qu’il menait avec d’autres pour la libération.

Il termine l’entrevue en lisant le poème Barricade qu’il venait de traduire de l’espagnol à l’annonce de la disparition de Ernesto Cardenal.

BARRICADE
Ce fut la tache de tout le monde.
De ceux qui sont partis sans embrasser leur mère
Pour qu’elle ne sache pas qu’ils s’en allaient.
Celui qui a embrassé pour la dernière fois sa fiancée.
Et celle qui est sortie des bras de son fiancé pour saisir un fusil.
Celui qui a embrassé la grand-mère qui lui servait de maman
Et lui a dit qu’il revenait, a pris sa casquette et n’est pas revenu.
Ceux qui demeurèrent des années dans la montagne.
Des années dans la clandestinité, dans des villes plus dangereuses que la montagne.
Ceux qui servaient de courriers dans les sombres sentiers du nord,
Ou chauffeurs à Managua, chauffeurs de guérilleros tous les soirs.
Ceux qui achetaient des armes à l’étranger en traitant avec des bandits.
Ceux qui organisaient des meetings à l’étranger avec drapeaux et consignes
Ou foulaient le tapis de la salle d’audience de quelque président.
Ceux qui attaquaient les casernes au cri de Patrie libre ou mourir!
Le garçon qui surveillait au coin d’une rue libérée, le visage couvert d’un mouchoir rouge et noir.
Les enfants transportant des pavés de rues – qui furent un négoce de Somoza – pour faire des barricades dans le village
Celles qui portaient du café aux muchachos qui étaient sur les barricades.
Ceux qui ont réalisé des taches importantes et ceux qui en faisaient de moins importantes.
Cela fut la tache de tous.
En fait, nous avons tous mis des pavés sur la grande barricade
Ce fut la tache de tout le monde. D’un peuple uni.
Et nous l’avons fait.

 



Articles Par : Claude Lacaille et Robin Philpot

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]rch.ca