Est-ce que Joe Biden répondra de son fils?

Région :

Depuis la mi-mars de cette année, un certain nombre de grands média américains ont publié des documents dont les auteurs concluent que les accusations portées plus tôt contre le fils du président américain en exercice, Hunter Biden, pourraient être fondées. Depuis plusieurs années, Hunter Biden est soupçonné d’évasion fiscale et de blanchiment d’argent. La principale question est de savoir ce que son père savait de tout cela. 

Le comportement et la certaine promiscuité de Hunter Biden dans les relations d’affaires préoccupent depuis longtemps les partisans de son père et intéressent beaucoup les républicains. En 2014 il y a eu un scandale lié au renvoi de Hunter Biden de l’US Navy en raison d’un «test positif à la cocaïne ». Après l’arrivée au pouvoir de Donald Trump, les républicains du Congrès se sont intéressés aux affaires de Hunter Biden en Ukraine, puis en Chine. Le conseiller et avocat personnel de Donald Trump et ancien maire de New York, Rudolph Giuliani, a rapidement rejoint l’enquête. Des enquêteurs solitaires ont également essayé d’y contribuer.

Au départ, les principales batailles visaient l’interprétation du rôle de Hunter Biden dans un scandale de corruption très médiatisé en Ukraine. En février 2015, un nouveau procureur général ukrainien, Viktor Chokine, a été nommé. L’une des enquêtes très médiatisées dont il a hérité concernait la société d’énergie Burisma détenue par Mykola Zlotchevsky, l’ancien ministère de l’Ecologie et des Ressources naturelles.

Burisma s’est tourné vers des avocats américains pour obtenir de l’aide, dont Hunter Biden. Cela a permis à Burisma de donner l’impression qu’elle était soutenue par de puissants Américains. Entre autres, les partenaires commerciaux de Hunter Biden ont attiré le cabinet de conseil Blue Star Strategies, dans lequel des vétérans de l’administration Clinton jouent le premier violon. Selon les média américains, Blue Star, entre autres, a tenu deux réunions à Kiev avec l’éminent homme politique et avocat ukrainien Iouri Loutsenko. Certes, à l’avenir, Iouri Loutsenko, lui-même, a catégoriquement nié l’existence de telles réunions.

Ensuite, Joe Biden lui-même est apparu sur la scène en tant que vice-président de l’administration Obama. En mars 2016, lors d’une visite à Kiev, le New York Times a écrit plus tard, Joe Biden «a menacé de retenir 1 milliard de dollars de garanties de prêt américaines» si les dirigeants ukrainiens ne limogeaient pas le procureur général Viktor Chokine qui était accusé par Washington de corruption et de connivence. Et plus tard ce printemps-là, Viktor Chokine a été licencié. En mai 2016, Iouri Loutsenko est devenu procureur général d’Ukraine. Au départ, il a continué à enquêter sur Burisma. Cependant, 10 mois plus tard, les représentants de Burisma ont annoncé que le bureau du procureur général et les tribunaux avaient complètement clos toutes les poursuites contre Mykola Zlotchevsky et ses sociétés.

Hunter Biden est devenu membre du conseil d’administration de Burisma en avril 2014, selon le New York Post. A partir de ce moment jusqu’à la fin de 2015, Burisma a payé 3,4 millions de dollars à Rosemont Seneca Bohai LLC. Dans une affaire américaine contre le propriétaire de Rosemont Seneca Bohai LLC, des relevés bancaires ont été publiés montrant que l’entreprise a effectué des paiements réguliers à Hunter Biden qui s’élevaient jusqu’à 83,333 dollars par mois. Seulement au printemps 2019, Hunter Biden a déclaré qu’il quittait le conseil d’administration de Burisma.

A la fin de l’automne de la même année, selon les médias occidentaux, un homme qui ressemblait beaucoup à Hunter Biden a remis un ordinateur portable à l’un des ateliers de réparation du Delaware. Personne n’était venu le récupérer. A peu près au même moment, comme les journalistes l’ont découvert plus tard, le ministère américain de la Justice a ouvert une enquête contre Hunter Biden, soupçonné d’évasion fiscale et de blanchiment d’argent. En décembre, des agents du FBI se sont présentés pour un ordinateur portable avec un mandat.

Dans le même temps, l’un des employés du service a fait une copie du contenu du disque dur que Rudolph Giuliani a réussi à transférer. Et, à son tour, à l’automne 2020, il a offert les prétendues preuves compromettantes à un certain nombre de média conservateurs, dont le Wall Street Journal et Fox News. Cependant, seul le tabloïd The New York Post a initialement accepté de publier les documents. Un nouveau lot d’accusations contre Hunter Biden est apparu en octobre 2020, peu avant le début du vote à l’élection présidentielle.

Sur le disque dur de l’ordinateur délaissé par Hunter Biden, notamment, un mail de 2015 d’un des dirigeants de Burisma a été retrouvé. Comme l’a écrit le New York Post, dans le message, un haut responsable de Burisma a remercié Hunter Biden de l’avoir présenté à son père, Joe Biden, qui occupait à l’époque le poste de vice-président des Etats-Unis.

Plus important encore, un nouveau complot «chinois» est apparu. La correspondance entre Hunter Biden et le président du CEFC Ye Jianming – China Energy, basée à Shanghai – en date de 2017 montre que le fils du président élu Joe Biden transmet «les meilleurs voeux de toute la famille Biden» et exhorte le président à envoyer «rapidement» un virement de 10 millions de dollars pour «financer et exploiter correctement» le Joint-venture Biden avec la société énergétique chinoise en faillite.

Un article publié en 2017 par l’un des partenaires commerciaux de Hunter détaille un accord de coentreprise avec la société énergétique CEFC China Energy, basée à Shanghai. Le projet d’accord, en particulier, mentionne qu’une part de 10% des actions de la future société «sera reçue par X – dans l’intérêt du grand gars». En 2020, l’un des partenaires de l’accord proposé, l’homme d’affaires Tony Bobulinski, a été invité à un événement de campagne républicaine pour faire une déclaration. Tony Bobulinski a affirmé que le «X» fait référence à Hunter Biden et que le «grand gars» qui devrait obtenir les 10% est Joe Biden.

Cependant, une nouvelle vérification approfondie des données qui se trouvaient sur le disque de l’ordinateur portable oublié dans un magasin de réparation a changé l’attitude de nombreux anciens sceptiques.

Ces personnes incluent, par exemple, Ben Schreckinger, correspondant de Politico et auteur du livre The Bidens dans lequel il décrit l’ascension politique de la famille Biden et les relations d’affaires de Hunter Biden et de son oncle, Jim Biden, frère de Joe Biden. Ben Schreckinger a noté que l’une des choses qui l’a amené à prendre les données au sérieux était le fait de voir «à quelle fréquence» les partenaires commerciaux de la famille Biden «reçoivent des citations à comparaître et se retrouvent l’objet d’enquêtes» par les forces de l’ordre fédérales américaines.

Maintenant, il s’est avéré que l’enquête du ministère américain de la Justice contre Hunter Biden lui-même est en cours. Cela a été confirmé, en particulier, par le matériel du New York Times publié à la mi-mars de cette année, basé sur «la correspondance électronique d’un ordinateur portable». Fin mars, une importante publication du Washington Post a également été publiée, qui considérait également comme «fiables» les données sur les relations douteuses de Hunter Biden avec les milieux d’affaires étrangers.

Il ressort de la publication du Washington Post que les «matériaux du disque dur» ont confirmé à la fois des détails déjà connus et mis en lumière de nouveaux documents montrant l’interaction de la famille Biden avec des hommes d’affaires chinois. Dans le même temps, les journalistes de l’édition de Washington Post «n’ont pas trouvé» de preuves que la «coentreprise» apportait des revenus. En 2018, des informations sont venues de Chine selon lesquelles le chef du CEFC, Ye Jianming, avait été arrêté. Et l’entreprise elle-même s’est déclarée en faillite en 2020.

Néanmoins, selon les documents, en 14 mois, la société a versé 4,8 milliards de dollars à des sociétés contrôlées par Hunter Biden et son oncle, le frère de l’actuel président américain. Cela est attesté par «des documents gouvernementaux, des archives judiciaires, des documents bancaires récemment publiés», ainsi que par la correspondance électronique située sur le disque dur de l’ordinateur portable. Le Washington Post conclut que l’ensemble des données démontre clairement comment les membres de la famille Biden ont profité financièrement de leurs liens familiaux avec Joe Biden lorsqu’il occupait de hautes fonctions publiques.

Selon des observateurs cités par le tabloïd britannique The Sunday Times, les détails des relations commerciales de Hunter Biden avec des sociétés étrangères ont attiré tant d’attention principalement en raison des liens familiaux de leur accusé. En même temps, «ils soulèvent des questions, mais il n’y a rien de vraiment criminel en eux». Les partisans et les opposants aux Biden diffèrent également dans l’évaluation de la participation de Joe Biden lui-même à la discussion sur les accords potentiels.

D’une part, au moment où divers deals étaient en discussion, Joe Biden n’occupait aucune fonction publique, et n’a pas annoncé son intention de se présenter à la présidentielle. D’autre part, les déclarations de Tony Bobulinski jettent un doute sur les affirmations répétées de Joe Biden selon lesquelles il n’a «jamais discuté» de faire des affaires avec des entreprises étrangères avec son fils.

Des publications contenant de nouvelles révélations sur les relations douteuses de la famille du président actuelle des Etats-Unis peuvent renforcer la position des partisans du Parti républicain. Au moins, à l’approche des élections de mi-mandat de novembre.

De nombreux conservateurs américains sont convaincus que la plupart des grands média américains, ainsi que les grands médias sociaux, ont d’abord tenté d’étouffer toute l’histoire, compromettant potentiellement Joe Biden lui-même afin d’éviter ses conséquences négatives pour la campagne électorale du candidat démocrate. Comme le note le Washington Post, alors que Donald Trump tente toujours de contester les résultats des élections… la «saga des ordinateurs portables Hunter» alimente le récit des préjugés politiques à tous les niveaux de la classe politique américaine et l’idée qu’on ne peut faire confiance à personne.

Si le scandale des e-mails de Hunter Biden revient dans la sphère publique, il ne peut être exclu que l’actuel chef de la Maison Blanche soit menacé de destitution. En tant que président, Joe Biden se manifeste souvent comme une personne encline à oublier ou à déformer des faits bien connus. Dans un avenir proche, il devra convaincre plus d’une fois les électeurs américains qu’il ne «savait vraiment rien». Le père, semble-t-il, devra, donc, encore répondre de son fils, et de lui-même aussi.

Pierre Duval



Articles Par : Pierre Duval

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]