Etats-Unis: L’imminence d’une intervention militaire en Syrie est sur la table

Encouragés par le feu vert donné par le Congrès à l’administration Obama pour concrétiser un plan visant à sélectionner les groupes rebelles auxquels seraient fournies des armes anti-chars, les Etats-Unis ont envisagé, ces jours derniers, de s’engager militairement en Syrie.  Le Pentagone a fourni un schéma détaillé d’une intervention américaine plus vaste. Mais, ni le court terme ni le long terme ne semblent emporter l’adhésion franche des intéressés, comme l’a souligné Mike Rogers, président de la commission parlementaire du renseignement.

Les opérations clandestines, au sol et aériennes, seraient conduites par la CIA, décision qui, selon le Washington Post, s’explique par la volonté de « contourner les restrictions du droit international sur les actions militaires pour renverser un gouvernement et pour obtenir une plus large approbation du Congrès».

Ces opérations pour renverser le président Bachar al-Assad, selon le New York Times, seront – aux yeux des militaires « une entreprise énorme, coûtant des milliards de dollars et pourrait se retourner contre les Etats-Unis ».

Dans une lettre adressée à Carl Levin,  président de la Commission des forces armées du Sénat, rendue publique par le Times, Martin Dempsey –chef d’Etat Major de l’armée américaine – écrit : « l’entraînement, l’assistance et le conseil aux forces d’opposition, demanderont la participation de plusieurs centaines de milliers de soldats, et coûteraient 500 millions de dollars par an. Une campagne de frappes à long rayon d’action, limitées, engagera des centaines d’avions et de navires de guerre dont le prix s’élèvera à des milliards de dollars. La création d’une zone de non-survol imposera de descendre des appareils du gouvernement syrien et la destruction de pistes d’atterrissage et de hangars. Cela nécessiterait l’emploi de centaines d’appareils. Le coût d’une telle opération pourrait atteindre un milliard de dollars par mois ».

Cependant, indépendamment du prix, la zone de non-survol semble l’outil de préférence des Américains dans le cas d’un engagement plus important. Pour Dempsey, une petite zone pour établir des zones tampons servant à abriter les rebelles et de base aux actions humanitaires, près des frontières avec la Turquie et la Jordanie semble  une nécessité. Une mission plus vaste pour contrer l’utilisation d’armes chimiques imposera une zone plus grande et une campagne d’attaques aériennes plus significative.

Dempsey ajoute que la décision de recourir à la force n’est « pas moins qu’un acte de guerre » ce qui justifierait les actions d’extrémistes ou le recours aux armes chimiques que les Etats-Unis désirent contrôler.

 

Source : The Pentagon Briefs Lawmakers on a $1-Billion-a-Month No-Fly Zone in Syria

http://www.slate.com/blogs/the_slatest/2013/07/23/syria_us_intervention_congr

Traduction et Synthèse par Xavière Jardez

http://www.france-irak-actualite.com/



Articles Par : Josh Voorhees

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]