Print

Etats-Unis vs Iran – A propos du placement de l’ONG New Horizon sur la liste noire du terrorisme
Par Gilles Munier
Mondialisation.ca, 30 mai 2019
France Irak Actualités
Url de l'article:
https://www.mondialisation.ca/etats-unis-vs-iran-a-propos-du-placement-de-long-new-horizon-sur-la-liste-noire-du-terrorisme/5633978

Photo : New Horizon: Les participants à la Conférence de Mashhad (mai 2018)

Le 13 février dernier, le Département du Trésor américain a décidé d’interdire toute transaction et contact avec l’ONG iranienne New Horizon accusée d’aider la Force al-Qods des Gardiens de la Révolution à recruter des agents étrangers.

New Horizon  est également accusée de recueillir des renseignements auprès des invités participant aux conférences internationales qu’elle organise.

Antisémitisme, conspirationnisme, négationnisme…

Ces conférences réunissent des libres penseurs et des artistes venus des quatre continents. Elles ont pour thèmes : la politique américaine au Proche et au Moyen-Orient, l’impérialisme politique et militaire occidental, les activités des lobbies sionistes dans le monde, et n’ont pas pour objectif, comme l’affirme le communiqué du Département du Trésor, de « propager l’antisémitisme, des théories conspirationnistes et la négation de l’holocauste ».

L’an dernier, à Mashhad, le rabbin David Weiss de la secte juive orthodoxe Naturei Karta était présent à la tribune, ainsi que Niko Peled, fils du général « Matti » Peled, membre de l’Etat-major de l’armée israélienne lors de la guerre de juin 1967 et, en 1984, député à la Knesset sur une liste progressiste pour la paix avec les Palestiniens. Parler de propagation de l’antisémitisme dans ces conditions est purement mensonger, diffamatoire.

Bien évidemment, New Horizon est en relation avec le ministère iranien des Affaires étrangères. Gholamreza Montazami, son secrétaire général, est d’ailleurs un ancien diplomate. Des invités sont reçus au ministère. En septembre 2014, j’ai assisté à une réunion présidée par Ghazanfar Roknabadi, ancien ambassadeur d’Iran au Liban. Qu’y-a-t-il  d’anormal à cela ?

Bolton, anti-iranien forcené

Ce qui rend furieux les néoconservateurs pro-israéliens au pouvoir aux Etats-Unis, et notamment John Bolton, chef du Conseil national de sécuritéconseillé par le milliardaire ultra-sioniste Sheldon Adelson et les Moudjahidine du peuplec’est la présence aux conférences de New Horizon de personnalités américaines opposées au déclenchement d’une guerre contre l’Iran.

John Bolton

En juillet 2017, à Villepinte (banlieue parisienne) où se tenait un rassemblement organisé par les Moudjahidine du peuple, Bolton, anti-iranien forcené, avait déclaré que la prochaine réunion se tiendrait à Téhéran en 2019, le « régime des mollahs » renversé entretemps n’ayant pu fêter avant son 40ème anniversaire…

Selon le quotidien Le Figaro, qui cite un diplomate français, les hommes politiques américains touchent 25 000$ pour participer au rassemblement de Villepinte (les Français 12 500$ !).

Sur la liste noire du terrorisme

Désormais, toutes les personnes en  rapport avec New Horizon ou ses dirigeants – Nader Talebzadeh Ordoubadi – son président, Gholamreza Montazami, Zeinab Mehanna Talebzadeh, Hamed Ghashghavi -sont susceptibles d’être considérées par la CIA et le FBI comme étant des agents iraniens, et de voir leur nom inscrit sur leur liste noire du terrorisme.

Mais, qui peut croire un seul instant que Philip Giraldiancien officier de la CIA et des services secrets militaires américains -, ou Scott Bennett – ancien membre des Forces spéciales US et de l’administration GW Bush, spécialiste des psy-ops – présents à la conférence de Mashhad, sont du genre à se laisser recruter par les services secrets iraniens ?

Le but recherché par John Bolton est d’effrayer les personnalités ouvertes au dialogue avec des Iraniens. Il n’est pas certain que le terrorisme intellectuel à grande échelle y parvienne, car l’opinion publique américaine rejette massivement le déclenchement d’une guerre contre l’Iran. Mais avec Donald Trump à la Maison-Blanche, on peut s’attendre au pire (ou à son contraire).

Cela dit, en Iran, en France, comme ailleurs, il n’y a aucune raison de se laisser intimider par le fichage étatsunien et par les menaces proférées par le Département du Trésor américain.

Gilles Munier

Avis de non-responsabilité: Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.