Print

Face à la Guerre en Ukraine, l’Algérie refuse l’usage de la force contre le Maroc
Par Kader Tahri
Mondialisation.ca, 19 août 2022

Url de l'article:
https://www.mondialisation.ca/face-a-la-guerre-en-ukraine-lalgerie-refuse-lusage-de-la-force-contre-le-maroc/5670622

En effet, le réel est une chose difficile à admettre, difficile et parfois insupportable, alors certains inventent des fables et des mythologies pour échapper à une réalité qu’ils ne supportent pas. Faire la guerre à l’Algérie est le fruit de cette imagination délirante dont le but pour les sujets du Makhzen n’est autre que de se débarrasser des Algériens, il faut effacer l’histoire pour la réécrire et se l’approprier complètement. C’est une attaque de plus contre des Algériens, au nom du Makhzen et de sa folie.

En bref, méfiez-vous de ces nouveaux bantoustans sujets du Makhzen, pour eux, il est plus facile de mentir, d’inciter à la haine, de ne présenter qu’un point de vue sous un vernis d’impartialité, de chercher l’originalité plutôt que la vérité, et finalement d’être malhonnête. 

Et c’est le cas d’un religieux prédicateur chef d’un Parti Islamiste de service au Palais Royal Marocain, qui avait appelé, dans une interview télévisée, le roi Mohammed VI à ordonner à son peuple de marcher sur Béchar et Tindouf, villes Algériennes dans une sorte de déclaration de guerre. Ce triste personnage à l’habitude de passer au appel de haine avec une argumentation nettement supérieure à ses élucubrations ignares. 

Les propos du leader islamiste marocain semblent oublier que l’histoire du royaume reste liée à une tribu berbère des Awerba, D’après l’historien Ibn Khaldoun, les Awerba seraient originaires des Aurès. Leur migration et leur implantation vers Volubilis, seraient liées à une affinité avec leur culture romaine. En 788, les Awerba convertis désormais à l’Islam, ils sont les premiers à reconnaître comme imam Moulay Idriss et fonde les prémices de l’état marocain. 

Combien effrayantes sont les malédictions que le Makhzen fait reposer sur ses fidèles ! Outre la frénésie fanatique, qui est aussi dangereuse pour l’homme que la peur de l’eau pour le chat, on y trouve une terrible apathie fataliste. Ces religieux Islamistes sujets aveugles du Makhzen sont dans l’erreur, dans l’erreur la plus absolue, la plus complète. Le sentiment de discrimination, de dépossession, de haine et d’inquiétude, ce ne sont pas les religieux qui le ressentent, mais bien ceux qui les écoutent et doivent continuer à le faire. Après tout, si le discours est suffisamment long, qui va se donner la peine de vérifier les affirmations, et de relever les contradictions ?

Comme on le voit à chaque étape, que les gogos religieux islamistes habituels s’excitent autour du discours royal que leur brandit le Makhzen, rien d’étonnant, mais le simplisme, la hargne et la volonté de nuire à l’Algérie, sont leurs guides. Mais, ce qui est grave est le rôle du Makhzen pour les gogos, ici est une imposture, le Maroc sera vraiment la Lumière du monde, et ce sera magnifique ! Il faut croire les sujets du Makhzen « tout est bon » pour exciter à la subversion, frustrées par leur échecs à répétition, ils pourraient se donner quelques limites de dignité. 

Heureusement que la ridicule fetwa ne tue pas mais néfaste pour notre pays et à rappeler les priorités indispensables à la sûreté du peuple et du territoire  de ce pays?  

Depuis son indépendance en 1962, l’Algérie a posé la non-intervention comme l’un de ses piliers fondamentaux. L’article 26 des Constitutions établit que «l’Algérie se défend de recourir à la guerre pour porter atteinte à la souveraineté légitime et à la liberté d’autres peuples. Elle s’efforce de régler les différends internationaux par des moyens pacifiques »

Tout en se refusant  tout volontarisme à l’extérieur, l’Algérie s’impose une grande réactivité à l’intérieur, dédaignant l’offensive, elle est contrainte à une attitude défensive. Elle reste fidèle à la non-ingérence héritée des leçons de son histoire coloniale. C’est précisément dans cette conjonction que s’enracine la doctrine algérienne au refus à l’usage de la force.

Pourtant, en dépit des menaces Marocaines sans précédent pesant sur sa sécurité et sa stabilité, l’imperturbable Algérie s’en tient à son approche non interventionniste. Plutôt que de recourir à la force pour limiter les menaces externes, le gouvernement cherche et approuve une résolution des crises par des solutions politiques négociées.

Face à des menaces externes sans précédent, l’Algérie sera peut-être contrainte pour la première fois de se demander si les avantages de sa politique claire de non-ingérence et le refus de l’usage de la force, ne vont pas finir par se révéler moindres pour sa sécurité sauf que l’Algérie n’est pas connue pour être facile à manipuler. En fin de compte, le sursaut n’est peut-être pas si loin.

« Quousque tandem abutere, (Maroc), patientia nostra?»                                           

« Jusqu’à quand, Maroc, abuseras-tu de notre patience ? »   

C’est tout le problème des originalités de la fachosphère du Makhzen. C’est simple et basique donc.

Kader Tahri

 

 

Kader Tahri : Professeur en Retraite. Auteur de plusieurs Ouvrages.

https://www.kader-tahri.com

Avis de non-responsabilité: Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.