Faut-il s’attendre à l’apparition d’une armée européenne?

On ignore pour l’instant si Bruxelles agit en réponse au pacte militaire Aukus conclu entre les États-Unis, le Royaume-Uni et l’Australie ou, au contraire, c’est les États-Unis qui intensifient leurs efforts pour créer des alliances régionales sur la vague des tendances centrifuges au sein de l’Otan.

L’UE rêve depuis longtemps d’élargir son autonomie stratégique et de renforcer les liens de défense dans la région. Les actions des États-Unis pourraient provoquer Bruxelles à engager des actions plus actives en ce sens. Le Haut représentant de l’Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, Josep Borrell, a déploré que l’UE n’ait pas été consultée en prenant la décision concernant la création du pacte Aukus.

Selon Josep Borrell, le pacte entre les États-Unis, le Royaume-Uni et l’Australie souligne l’importance pour l’UE d’agir de manière autonome dans le secteur de la défense. En particulier, l’un des meilleurs moyens pour protéger les communications maritimes et la liberté de navigation, selon l’UE, est le renforcement des forces navales des États membres de l’UE, faisant allusion à la réduction des achats de corvettes et de frégates américaines obsolètes et en misant sur la coopération militaire européenne.

La genèse de ce conflit d’intérêts réside dans les ambitions grandissantes de l’UE. Dès que l’UE, c’est-à-dire ses principaux bénéficiaires qui sont l’Allemagne et la France, commence à s’activer pour créer des forces armées européennes, l’Otan ne cache pas son inquiétude.

Et maintenant, quand sur fond de fiasco total du contingent militaire américain en Afghanistan Berlin et Paris parlent de nouveau de la nécessité de changer la doctrine de la sécurité européenne en s’appuyant sur ses propres forces, l’Otan y voir un danger.

Exprimant un point de vue général, Josep Borrell a déclaré: « Parfois se produisent des événements qui sont des catalyseurs de l’histoire, et je pense que l’Afghanistan en fait partie. » L’Europe a besoin de créer ses propres forces de réaction rapide de 5.000 hommes pour réduire la dépendance des États-Unis.

La création de sa propre armée de l’UE, selon le secrétaire général de l’Otan Jens Stoltenberg, pourrait affaiblir l’Otan et diviser l’Europe. C’est ce qu’il a déclaré au Telegraph. Et d’ajouter qu’il saluait les efforts supplémentaires de l’Europe en matière de garantie de la défense, mais les a qualifiés d’un terme vexant pour les Européens – « quelque chose ». En d’autres termes, les Européens ne pourront pas eux-mêmes assurer leur sécurité et qui plus est remplacer l’Otan.

La coordination au niveau de l’Otan et non de l’UE était toujours obligatoire pour les armées européennes. Les militaires de l’UE ont participé à pratiquement toutes les opérations militaires et humanitaires, sachant qu’ils le faisaient sous les drapeaux des États-Unis, de l’Otan et de pays à part, et non de l’UE.

Le moment est-il venu pour une armée européenne? En cherchant à affaiblir la tutelle de Washington les Européens mentent en attribuant à la motivation évidente des menaces inexistantes, notamment russe. La président de la Commission européenne Ursula von der Leyen est convaincue que le transfert de la souveraineté nationale à Bruxelles dans le secteur militaire est tout à fait utile. Elle pense qu’à terme l’UE aura besoin de sa propre armée.

Les États-Unis et le Royaume-Uni sont les opposants les plus systématiques à la création des forces européennes. Ainsi que, évidemment, les néophytes d’Europe de l’Est de l’Otan – la Pologne et les pays baltes. Alors que les Hongrois et les Tchèques ont même proposé de créer une alliance de défense. La France et l’Allemagne sont allées encore plus loin. Elles ont préparé un projet de propositions pour moderniser la défense européenne. Il y était notamment question de la création d’un centre unifié de gestion de la défense, de l’échange de ressources matérielles et techniques et du déploiement d’un système commun de surveillance satellite.

Pendant les activités à l’occasion des 100 ans de la fin de la Première Guerre mondiale, le président français Emmanuel Macron a dérouté Washington par sa déclaration concernant la création d’une armée européenne indépendante des États-Unis et de l’Otan. Le 10 mai 2021, le Conseil de l’UE a confirmé sa détermination à avancer dans la création de son propre système de sécurité et de défense. Conformément à cette doctrine a été élaboré le Programme stratégique 2019-2024, qui reflétait la volonté des Européens de renforcer leur propre capacité d’agir de manière autonome pour faire face aux risques et aux défis pour la sécurité mondiale.

Alexandre Lemoine



Articles Par : Alexandre Lemoine

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]