FINUL: La France piégée au Liban ?

La FINUL (Force intérimaire des Nations Unies au Liban) a été créée par le Conseil de sécurité en 1978 « pour confirmer le retrait des troupes israéliennes du sud du Liban, rétablir la paix et la sécurité internationales et aider le Gouvernement libanais à assurer le rétablissement de son autorité effective dans la région ». Elle n’a pu remplir sa mission pour la simple et bonne raison qu’Israël ne respecte aucune résolution des Nations unies : elle a donc assisté, impuissante, à deux invasions du Liban en 1982 et 2006, à l’occupation prolongée d’une partie du pays, à la création de camps de concentration. La FINUL a signalé à l’ONU, scrupuleusement, les infractions commises par les Israéliens : opérations de commandos, violations de l’espace aérien et bombardements meurtriers de civils, sans autre résultat qu’être accusée par Israël de « complicité avec le Hezbollah »…

« Erreurs de tirs » et objectifs visés « apparemment délibérément »

Entre 1978 et 2000, le Liban étant occupé, la FINUL s’est retrouvée derrière les lignes israéliennes, transformée en une sorte d’organisation humanitaire ! Qui sait que l’ONU a perdu au Liban 258 soldats victimes pour la plupart d’« erreurs de tirs » de « Tsahal » ou de snippers de l’Armée du Liban-Sud, une milice contrôlée par les renseignements militaires israéliens ? Qui se souvient du bombardement par Israël du camp de la FINUL à Qana le 18 avril 1996, et de la mort de 102 civils qui s’y étaient réfugiés ? L’ordre de tirer avait été donné par Shimon Perez… prix Nobel de la Paix en 1994 !

Avant d’engager de nouvelles troupes au Liban, Jacques Chirac se devait de réclamer les résultats de l’enquête demandée par Michèle Alliot-Marie après la mort du Commandant Jean-Louis Valet, le 9 janvier 2005 près de la frontière libano-israélienne. La FINUL avait conclu à « un acte délibéré » de l’armée israélienne… Une fin de non recevoir aurait été inacceptable, d’autant que le 25 juillet dernier, « Tsahal » a encore tué quatre casques bleus 1. Selon Kofi Annan, l’armée israélienne a visé leur position « apparemment délibérément ». L’affaire a évidement été classée, comme a été passé sous silence le contrôle humiliant par la marine de guerre israélienne des bâtiments français quittant Beyrouth avec des réfugiés, ou transportant vers le Liban les hommes et le matériel nécessaires à la FINUL. Cela ne présage rien de bon pour la suite des relations entre les casques bleus français et l’Etat hébreu.

La France dans un « guêpier »

Que cachait l’insistance de George W. Bush demandant à la France de participer à la FINUL renforcée? Le général Jean Salvan, ancien commandant de cette force, a raison d’avoir « des doutes extrêmement sérieux sur l’efficacité » du nouveau déploiement onusien. Il faudrait l’écouter. Il craint que la France s’engage dans un « guêpier » 2, qu’on laisse « passer les Israéliens » et demande de « taper sur les chiites du Hezbollah » 3. En d’autres termes, la FINUL devrait plutôt protéger le Liban des Israéliens !

Après la chute de Bagdad, Jacques Chirac a compromis la France dans le plan américano-israélien de remodelage du Proche-Orient et tablé sur le succès de ce bouleversement. Avec l’appui de son ami Rafic Hariri, ancien Premier ministre libanais, il pensait renverser facilement le régime à Damas et créer un Liban nouveau. Depuis l’assassinat inexpliqué de ce dernier, les seules assurances qui lui restent d’une certaine influence française sur ces pays sont celles des néo conservateurs américains et d’Ehud Olmert. C’est peu. Le Président français sait que ce genre de promesses n’engage que ceux qui y croient ! Pour éviter la mort de soldats français et un désastre diplomatique, Jacques Chirac doit renouer avec la politique arabe de la France et – pourquoi pas – décréter un embargo sur les armes à destination d’Israël, comme l’a fait le Général de Gaulle en 1967.

Les troupes françaises seront bien accueillies au sud du Liban tant qu’elles respecteront la résistance. Dans le cas contraire, la France s’enfoncera dans un bourbier au regard duquel celui où pataugent les Américains en Irak semblera être une partie de plaisir.

1 L’ONU étaye ses soupçons contre Israël après les tirs contre la FINUL (Le Monde, 28/8/06)
2 Le général Salvan a «des doutes » sur l’efficacité de la FINUL au Liban (Associated Press, 25/8/06)
3 Interview du général Salvan (RFI, 25/8/06).



Articles Par : Gilles Munier

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]