Print

FRANCE: Ce que l’histoire retiendra de 2019
Par Jean-Yves Jézéquel
Mondialisation.ca, 09 janvier 2020

Url de l'article:
https://www.mondialisation.ca/france-ce-que-lhistoire-retiendra-de-2019/5640402

1 – La voix du Nord titrait le 13/11/2019 : « Des gens vont mourir: le cri de l’hôpital public! Un médecin disait: « Mon métier c’est l’humain et  l’humain ça ne peut pas être rentable »! Le système étatique veut à tout prix que les hôpitaux soient rentables, mais naturellement, la santé en soi ne peut pas être compatible avec les principes totalitaires du capitalisme parasitaire financier. Les médecins sont découragés et mis sous pression. Ils ne peuvent plus exercer leur métier dans les conditions acceptables. Ils quittent l’hôpital public pour aller dans le privé. C’est ainsi que peu à peu, l’hôpital public est poussé, mine de rien, vers la vente au domaine privé et le tour sera joué! La conséquence prévisible: seuls les riches pourront se soigner et la vie sociale du pays est entrain de sombrer dans une régression spectaculaire au nom d’un « progrès » meurtrier.

2 – Le régime macronien accorde toute latitude aux grandes entreprises et aux puissants du CAC40, pour le motif que les grandes entreprises « créent de l’emploi». Pour le réaliste, c’est un contresens économique en plus d’un droit illimité accordé aux grandes entreprises qui pourront ainsi faire ce qu’elles veulent et comme elles veulent. Comme on pouvait s’y attendre, l’anéantissement du droit du travail et des règles environnementales, réputés « empêcher la croissance », s’attaqueraient aux salariés qui allaient être, sans tarder, pressés comme des citrons (Cf., France Télécom, Free, Lidl, La Poste, Goodyear…etc.) ; l’environnement deviendrait quelque chose d’inexistant; la déontologie, n’en parlons pas; la société globalement méprisée et ignorée. C’est là avant tout l’essence du macronisme, tel qu’il est incriminé par la catastrophe Lubrizol. Tous les droits sont donnés ouvertement au capitalisme parasitaire financier, sans restriction. Rien d’étonnant que la répression générale des contestataires, soit la seule réponse donnée par cette organisation d’un État mafieux aux ordres d’une agence totalitaire appelée Union Européenne. (Cf., article d’Actu Environnement [https://www.actu- environnement.com/ae/news/lubrizol-rouen-stockage-produits-dangereux-autorisation-prefet-evaluation-environnementale-etude-dangers 34125.php4].)

 3 – Nous avons la preuve indiscutable que le capitalisme, assisté par « les fondés de pouvoir gouvernementaux », détruira résolument les forêts, pillera les métaux rares, épuisera les dernières réserves de pétrole, polluera la moindre rivière, puis ce qui reste de bon dans les océans; il poussera les salariés au suicide, car la seule chose qui compte pour lui c’est le profit pour le profit. Le capitalisme se moque éperdument de l’humain et de l’environnement du vivant.

Les prédateurs qui ont créé cette machine à détruire la Terre et l’humanité, doivent être détruits avec leur invention criminelle puisque cela est nécessaire, puisque cette machine à détruire l’humanité c’est le capitalisme. Nous devons détruire le capitalisme avant que le capitalisme ne nous ait réduits à néant. La catastrophe de Lubrizol est une brillante illustration de la destruction qu’opère le capitalisme lâché comme un renard dans un poulailler. Rappelons que le milliardaire américain Warren Buffett, quatrième fortune mondiale, est propriétaire du chimiste Lubrizol depuis 2011. C’est tout dire: les chiens ne font pas des chats!

4 – En ce qui concerne le monde des hauts fonctionnaires qui imposent bien souvent leur dictature de chefferie aux citoyens comme aux autres fonctionnaires harcelés par des personnalités pathologiques, nous avons les exemples parlants d’un Michel Lallement , le préfet de Paris, ou d’un  Claude d’Harcourt  qui a été nommé préfet des Pays de la Loire, le Mercredi 7 novembre 2019, par le conseil des ministres. On se demande toujours comment ces gens-là en sont venus à penser qu’ils détenaient le pouvoir de tyranniser leurs concitoyens! Les témoignages accablants sont innombrables! Il faudra faire le ménage également dans ce domaine, de manière radicale et impitoyable, afin d’apprendre à ces « hauts fonctionnaires » que, en démocratie, c’est le peuple qui commande et l’État qui obéit…

5 – Depuis 1976, l’ultralibéralisme s’emploie à préparer, par un travail de sape systématique, l’effondrement programmé de l’organisation sociale pour la solidarité nationale. Peu à peu, les prédateurs au travail rongent les structures qui portent toutes ensemble l’édifice social. A un moment donné, ce travail d’usure atteint son objectif et c’est toute la construction qui s’écroule avec fracas, comme on commence à le voir clairement aujourd’hui. La macronie triomphe et se réjouit de cela: enfin les portes sont  grandes ouvertes au déchainement du profit sur le dos de la santé des gens! Un bradage de grande envergure est également pratiqué, tambours battant, par un Macron hystérique, afin de solder le patrimoine le plus riche des Français, sans leur avis, et pour apaiser la soif de sang du système bancaire vampirique.

L’État est théoriquement fait pour veiller sur l’intérêt général. Il va de soi que cet État macronien, entré par « effraction » à l’Élysée, collabo du système totalitaire ultralibéral érigé en Union Européenne, n’en a que faire de l’intérêt général des Français. Macron n’est pas là pour servir la France et les Français: il s’est emparé de cette place pour servir la mafia de Bruxelles obéissant aveuglément à la politique de Washington, qui n’a pas d’amis, comme chacun le sait, mais que des intérêts à défendre et qui veille sur sa chasse gardée de l’UE grâce à son armée d’occupation nommée OTAN, une organisation militaire qui a pris le relais des armées du Troisième Reich.

6 – Le capitalisme et le suicide. Un procès de décembre dernier nous a rappelé l’exemple désastreux de France Telecom ayant suivi une logique financière fanatique qui a conduit de nombreux « employés » au suicide (39 cas ont été retenus: 19 personnes se sont immolées par le feu, pendues, noyées, jetées sous un train, d’un pont, de la fenêtre du bureau, ou ont avalé des médicaments.) On s’aperçoit que dans les services publics en voie de privatisation comme la SNCF prise dans le collimateur de l’ogre capitaliste, 57 cheminots se sont suicidés en 2017, selon Sud-Rail. Tout ce qui nie l’humain est désastreux. Le capitalisme tue les humains et réduit la vie à néant.

Amélie de Montchalin, secrétaire d’État chargée des affaires européennes, osait ânonner sa déclaration pitoyable sur l’immolation par le feu de l’étudiant Anas Kournif, en disant que cet acte n’avait « aucun sens politique », alors que l’étudiant, avant de s’immoler accusait Sarkozy, Hollande, Macron et l’UE pour expliquer son geste de désespoir! La seule réponse de cette personne peu crédible, a été de condamner sévèrement la « récupération politique » de l’acte par des groupes d’opposition, en appelant à la répression violente policière de tous ceux qui protestaient et soutenaient Anas Kournif. Il est clair que cette « Amélie de Montchalin » et tous ses complices de la bande LREM s’ajoutent à la liste des criminels macroniens qui devront rendre des comptes prochainement.

7 – Cohérent avec la pratique du mépris et de l’arrogance de Macron, le gouvernement  n’hésitait pas à faire peser la responsabilité du déficit de la sécurité sociale sur le mouvement des Gilets jaunes! Le Figaro titrait, sans complexe: «Le trou de la sécu de retour après les gilets jaunes!» Macron décidait de faire peser sur la sécu, les fausses mesures qu’il prenait, dans le but espéré de calmer la révolte « les Gilets jaunes ». Il est évident que ce déficit de la sécurité sociale, couvrant plusieurs secteurs de la solidarité nationale, allait gravement impacter ceux-là même que le régime macron prétendait « aider »…

La réalité était plutôt, rappelons-le, dans le fait que le crédit d’impôts pour la compétitivité et l’emploi (CICE), conçu pour favoriser l’emploi, n’avait avantagé que les grandes entreprises du CAC40 qui ont en même temps baissé leurs cotisations sociales sur les salaires inférieurs à 2,5 fois le SMIC.

Cela signifiait donc 42 milliards d’euros de manque à gagner, chaque année, pour les finances publiques et un sabotage flagrant du système des cotisations de la sécurité sociale. Ceci est rigoureusement vérifiable et incontestable. Ceux qui osent encore le nier sont, ou des collabos assumant leur perversion, ou des naïfs débonnaires, depuis trop longtemps manipulés par la propagande mensongère de l’étatisme mafieux, et qui ont adopté l’habitude de prendre les vessies pour des lanternes!

Toutes les aides sociales allaient massivement baisser et les prélèvements brutalement augmenter pour les plus modestes des Français!

Les Gilets-jaunes exigeaient un vrai plan de lutte contre la fraude fiscale qui détourne chaque année entre 80 et 100 milliards d’euros de l’impôt et qui prive la Nation de nombreux investissements nécessaires. Le peuple Français réclame encore que les grandes entreprises ne puissent plus pratiquer l’évasion fiscale par les combines « légalistes » leur permettant de transférer leurs profits dans ces pays « d’accueil » et de faire en sorte que leurs activités soient artificiellement déficitaires en France. 

8 – La réforme des retraites conduite par le régime macronien, a pour objectif théorique de créer « un système universel remplaçant les quarante-deux régimes actuels ». On peut résumer en disant qu’il est censé être plus juste, plus simple, plus lisible: « Un euro cotisé donnera les mêmes droits. (…) À carrière identique et revenu identique, la retraite doit être identique », annonçait Delevoye, relayé par un nouveau venu tout aussi illégitime que lui, dans cette mission consistant à faire avaler aux Français cette histoire fastidieuse de « réforme des retraites », qu’on devrait plutôt appeler enfumage du citoyen ordinaire. Ainsi, à carrière courte et faible salaire, faible retraite! La même chose pour tout le monde…! 

Dans ce projet du régime macronien sur les retraites, il y a une myriade de questions éludées, comme celles qui concernent la prise en considération de l’espérance de vie… Rien que ce dossier sur l’espérance de vie est à lui tout seul d’une complexité quasi impossible à traiter par la simplification annoncée. Pour résumer: la capitalisation relève d’une logique d’assurance individuelle, aux antipodes de la solidarité qui est un fondement de la protection sociale française depuis le pacte du Conseil National de la Résistance. 

Le projet de Macron dit : «La retraite est le reflet de la carrière… Si vous avez une belle carrière, vous avez une belle retraite ; si vous avez une moins belle carrière, vous avez une moins belle retraite! » 

Ce raisonnement est considéré comme juste! Alors que c’est précisément le contraire qui est vrai: car si vous n’avez pas pu avoir une belle carrière, et il y a de multiples raisons possibles à cela, les plus évidentes étant bien entendu celles qui sont la conséquence directe des injustices sociales et des inégalités de classes, vous n’aurez que vos yeux pour pleurer. C’est précisément dans ce cas là qu’il faudrait aider les retraites qui, sans cela, seront misérables. On le voit bien: les pauvres, les défavorisés socialement seront mécaniquement livrés à la précarité durant leur temps de retraite. Pour des millions de personnes, il s’agit, si l’on prend au sérieux cette « réforme des retraites », d’envisager de finir leur vie dans la misère et on n’a pas fini de voir des vieux (comme des moins vieux) gisant sur des cartons à même les trottoirs des mégapoles, comme c’est déjà le cas.

9 – Nous savons tous par expérience que l’injustice sociale tue. Ce sont des millions de personnes qui vont mourir prématurément, peu à peu en France comme aussi ailleurs en Europe, non seulement dans l’indifférence totale des riches au service du Capital, mais de plus, réprimées brutalement par la milice des pouvoirs collabos de l’ultralibéralisme inspirant l’UE, parce qu’elles ont osé dire qu’elles souffraient et qu’elles mouraient!

Dans la logique capitaliste tout est voué à la destruction.  La destruction de Notre Dame de Paris en a été un symbole retentissant, puisque nous savons que cet incendie criminel a été organisé en étroite relation avec le gigantesque projet immobilier de l’île de la Cité et afin de permettre celui-ci, en contournant ainsi les règles de la protection des sites classés, grâce à un « incendie providentiel ». Les experts de l’État mafieux déclarant leur « histoire de mégot » capable de mettre le feu à la vitesse de la lumière dans une charpente quasi fossilisée par les 800 ans de son existence, ont ajouté leur « pierre » au monument du mépris et de l’arrogance pratiqués sans vergogne par l’impunité étatique depuis trop longtemps! 

Le capitalisme ultralibéral produit de la précarité en masse, du chômage de masse, de la pauvreté galopante, et la précarité tue. 

Les suicidés désignent par leurs gestes de désespoir les criminels qui les tuent! Toute l’histoire du capitalisme sous sa forme ultralibérale n’est qu’une histoire de destruction systématique de tout ce qui n’est pas la vie en soi. Le plus sidérant de tout, c’est de constater l’inconscience absolue de ceux qui farouchement défendent cette logique de destruction, sans même voir qu’ils scient la branche sur laquelle ils sont pourtant assis. Ce sont les imbéciles heureux qui ricanent bêtement en se moquant de ceux qui « ne sont rien », des « sans dents » ou des « Gaulois réfractaires », en un mot, des abrutis qui « n’ont pas pu s’offrir une Rolex avant 50 ans »!

Les macroniens se scandalisent au plus haut point pour des Champs Élysées transformés en champ de bataille, pour des portes de ministère défoncées, pour le « guillotinage » ou le « décrochage » d’une photo de Macron dans les mairies, pour du verre cassé, mais ils ne verseront pas une larme pour les éborgnés et les mutilés à vie, les maltraités par leur politique criminelle et par les violences policières comme judiciaires, les gazés au cyanure, les morts, les suicidés et les immolés! Au contraire, certains d’entre eux réclament même que leur milice puisse tirer sur les Français à balles réelles…!

Pas encore assez satisfaits du délire de la démolition, les macroniens veulent en ajouter une couche sur ce qui est déjà ahurissant: ils veulent faire prochainement passer une loi, ardemment souhaitée par les financiers et l’UE, et qui consiste à modifier substantiellement le droit de propriété sur les terrains à construire. Tout propriétaire d’un édifice, d’un appartement ou d’une maison deviendra locataire à vie de l’État propriétaire du terrain. Il sera donc également facile pour l’État mafieux d’exproprier un propriétaire récalcitrant, afin de l’obliger à payer son loyer à vie. C’est l’organisation du racket pur et simple déguisée en mesure nécessaire pour « limiter la flambée de l’immobilier! » 

En même temps, l’arrogance et le mépris continuent de trôner sur le cerveau malade de ce régime totalitaire: on décore de la Légion d’Honneur, un grand financier du clan des profiteurs d’en haut, pendant que le peuple proteste dans la rue, dans le froid, durant les fêtes, sans salaire et sans la moindre écoute à la légitimité de leurs revendications… Ce pouvoir souhaite clairement que ce peuple crève comme un chien dans la rue: il n’en a rien à faire; ça le laisse indifférent.

Enfin, dans cette logique capitaliste de la destruction, les émissions de dioxyde de carbone ont dépassé la capacité naturelle de la Terre à les assimiler. La moyenne annuelle a été de 411 parties par million (ppm). En mai, la barre des 415 ppm de CO2 a été franchie pour la première fois depuis 1958. C’est 100 ppm de plus qu’en 1958. On est passé de 315 ppm en 1958 à 415 ppm au pic du mois de mai 2019. Ce pic sera logiquement dépassé au mois de mai 2020. Tout cela augure une catastrophe climatique retentissante qui va faire le ménage sur Terre… (Cf., Global Climat, Johan Lorck, 29-12-2019) 

CONCLUSION

Pourquoi les Français attendent-ils quelque chose des prédateurs qui sont entrés par « effraction » à l’Élysée (dixit Macron lui-même) ? Pourquoi ne comprennent-ils pas qu’ils n’ont pas à obéir à des directives venant de Bruxelles, puisqu’ils ont voté « non » massivement au referendum sur la Constitution européenne en mai 2005 (54,87% des voix auxquels il faut ajouter les 30,26% d’abstentions. Le rejet d’une telle Union Européenne était donc massif en France – 85,13% des Français). 

Les Français doivent organiser leur autonomie et reconquérir leur souveraineté constitutionnelle et monétaire. Les communes peuvent s’auto-organiser; les Régions peuvent inventer un autogouvernement sans tenir compte des lois et réglementations déversées en continu sur les pays embrigadés de force dans l’UE. Nous devons décoloniser les Provinces, à la fois de Paris et de Bruxelles. Les Français craignent-ils donc que les policiers de l’EuroGendfor aidés des milices de l’étatisme collabo français, viennent les soumettre par la force? Dans ce cas, qu’ils prennent les armes et qu’ils attendent ces forces de répression pour leur faire comprendre où est la place du peuple (dans le commandement) et celle de l’État (dans l’obéissance)…

Nous devons arrêter et désarmer toutes ces violences du capitalisme ultralibéral contre l’humain (et cela ne peut se faire avec des fleurs) ainsi que tous les serviteurs au service de ces violences, ou bien nous serons anéantis purement et simplement.

Jean-Yves Jézéquel

 

Références :

– « Bilan de la RGPP [révision générale des politiques publiques] et conditions de réussite d’une nouvelle politique de réforme de l’État », rapport de l’inspection générale de l’administration, de l’inspection générale des finances et de l’inspection générale des affaires sociales, La Documentation française, Paris, septembre 2012. 

– Pierre Legendre, Trésor historique de l’État en France. L’administration classique, Fayard, coll. « Les savoirs », Paris, 1992. 

  Michel Onfray, « décoloniser les Provinces », les éditions de l’Observatoire, 2017.

– Jérôme Baschet, La rébellion zapatiste, Champs histoire, Flammarion 2019.

– Eric Hazan & Kamo, Premières mesures révolutionnaires, La Fabrique éditions, 2013.

– Comité invisible, A nos amis, La Fabrique éditions, 2014…

 

Avis de non-responsabilité: Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.