Fraude de l’OMS. Il n’y a jamais eu de pandémie ! Le 20 février 2020, le Dr Tedros a annoncé une « épidémie mondiale en expansion»

452 cas confirmés ont été suffisants pour déstabiliser les marchés boursiers du monde entier

Lors d’une conférence de presse à Genève, dans l’après-midi du 20 février 2020 (CET), le directeur général de l’OMS, le Dr. Tedros a laissé entendre que la pandémie de COVID-19 était imminente.

Le directeur général de l’OMS, le Dr. Tedros Adhanom Ghebreyesus a dit qu’il était

« préoccupé par le fait que la chance de contenir l’épidémie de coronavirus était « en train de se terminer » »

« Je crois que la fenêtre d’opportunité est toujours là, mais que la fenêtre se rétrécit. »

Les fenêtres se referment ? Une épidémie mondiale en pleine expansion ?

Selon le test PCR, le nombre enregistré de soi-disant « cas confirmés de Covid » (par l’OMS) le même jour (à l’extérieur de la Chine) était de 1 073, dont 621 passagers et membres d’équipage sur le navire de croisière Diamond Princess (échoué dans les eaux territoriales japonaises).

Les chiffres ci-dessus ne confirment en aucun cas une crise sanitaire mondiale qui se développe.

Examinez le graphique de l’OMS ci-dessous. Le bleu indique les cas confirmés sur le Diamond Princess (contéléport international arrivé à Yokohama le 3 février 2020), dont beaucoup étaient malades, confinés dans leurs chambres pendant plus de deux semaines (quarantaine imposée par le Japon). Tous les passagers et l’équipage ont passé l’illustre test RT-PCR (qui ne détecte ni n’identifie le SRAS-CoV-2).

Inutile de dire que ces soi-disant données ont été utilisées pour mener la campagne de peur, sans parler de l’effondrement des marchés financiers au cours du mois de février 2020.

 

page27image1663839840

page28image1737639824

Source : OMS, février 2020

L’histoire officielle est la suivante :

-Un passager basé à Hong Kong qui avait débarqué de la Diamond Princess à Hong Kong le 25 janvier a développé une pneumonie et a été testé positif au nouveau coronavirus le 30 janvier.

-Le Diamond Princes est arrivée à Yokohama le 3 février. Une quarantaine a été imposée au croiseur. De nombreux passagers sont tombés malades en raison du confinement sur le bateau. Tous les passagers et l’équipage du Diamond Princess ont effectué le test PCR. Le nombre de cas confirmés est passé à 691 le 23 février

Lisez attentivement : Du point de vue de l’évaluation des tendances mondiales d’une « maladie mortelle », les données officielles de l’OMS ne concordent pas.

Sans les données de Diamond Princess, le nombre officiel de cas confirmés dans le monde entier en dehors de la Chine le 20 février 2020 était de l’ordre de

452 cas confirmés cumulés, sur une population de 6,4 milliards.

Les déclarations de Tedros ont-elles servi à déclencher le krach financier ?

452 cas. Ces déclarations « chocs et effroi » ont contribué à déclencher la panique, malgré le fait que le nombre de cas confirmés en dehors de la Chine était extrêmement faible.

La déclaration du Dr. Tedros (basé sur des concepts et des statistiques erronés) a préparé le terrain pour l’effondrement financier de février 2020 déclenché par l’information privilégiée, la prévoyance, le commerce des dérivés, les ventes à découvert et une abondance d’opérations de fonds spéculatifs.

452 cas étaient suffisants pour déstabiliser les marchés boursiers du monde entier ?

Le virus a été étroitement identifié comme le catalyseur du krach financier. Qui était derrière ce déclencheur [catalyseur] ?

Qui était derrière la campagne de peur qui a contribué à déclencher le chaos et l’incertitude sur les marchés financiers ?

Le petit nombre de « cas confirmés COVID-19 » en dehors de la Chine (1 073) n’a en aucun cas indiqué une épidémie mondiale. Mais cela n’a pas empêché les marchés de chuter.

Les marchés avaient été manipulés. Quiconque avait une connaissance (information de base (« informations générales ») de la déclaration du directeur général du 20 février 2020 de l’OMS (à l’ouverture de la Bourse de New York jeudi matin, en début d’après-midi au siège de l’OMS à Genève) aurait récolté des gains monétaires importants.

Y a-t-il eu un conflit d’intérêts (tel que défini par l’OMS) ? L’OMS est en partie financée par la Fondation Gates. Selon un rapport de CNBC de septembre 2019, Bill Gates a « 60 % de ses actifs investis dans des actions » [y compris des fonds indiciels.

Le krach boursier initié le 20 février, appelé le krach du coronavirus de 2020 (20 février au 7 avril 2020) a été classé comme suit :

« La chute la plus rapide des marchés boursiers mondiaux de l’histoire financière, et le krach le plus dévastateur depuis le krach de Wall Street de 1929. »

La cause présumée du krach financier était « Le virus », (selon d’éminents « analystes »), à savoir la « propagation massive » de l’épidémie en dehors de la Chine. Mais c’était un mensonge pur et simple, réfuté par les données officielles de l’OMS. La désinformation des médias a joué un rôle clé dans la tête de la campagne de la peur.

« Blâmer le virus » : le crash financier le plus corrompu et le plus frauduleux de l’histoire mondiale

La possibilité de fraude financière et de « commerce d’initié » (qui est illégal) a été dissipée par hasard par les analystes financiers et les médias.

Sans la manipulation humaine, il n’y a pas de relation de causalité entre un virus microscopique et la gamme complexe de variables financières.

La campagne de peur du « virus tueur », associée aux « avertissements » [alertes] opportuns du Dr Tedros sur la nécessité de mettre en place une pandémie mondiale, a servi de manière indéniable les intérêts des spéculateurs institutionnels et des fonds spéculatifs de Wall Street.

Le krach financier a entraîné un changement majeur dans la distribution mondiale de la richesse monétaire.

Michel Chossudovsky

***

Article original en anglais :

WHO Fraud. There Never Was A Pandemic! February 20, 2020, Dr Tedros Announced an “Expanding Worldwide Epidemic”, le 4 janvier 2023

Traduction : Maya pour Mondialisation.ca

 

Pour une analyse plus détaillée et plus complète (Livre publié en anglais en août 2022)

La crise mondiale du coronavirus, le coup d’État mondial contre l’humanité

Détruire la société civile, la dépression économique de l’ingénierie

Par Michel Chossudovsky

ISBN : 978-0-9879389-3-0, Année : 2022, Type de produit : Fichier PDF, Pages : 164 (15 chapitres)

Des traductions en plusieurs langues sont envisagées. Le livre est disponible sous forme imprimée en japonais. 仕組まれたコロナ危機:「世界の初期化」を目論む者たち

Pour atteindre des millions de personnes dans le monde dont la vie a été affectée par la crise du coronavirus, nous avons décidé de distribuer le livre électronique GRATUITEMENT.

Vous êtes invités à le transmettre à votre famille et à vos amis.

***

Prix : 11,50 $. COPIE GRATUITE Cliquez ici pour télécharger.

***

Note aux lecteurs : Veuillez cliquer sur les boutons de partage ci-dessus ou ci-dessous. Suivez-nous sur Instagram, @crg_globalresearch. Faites suivre cet article à vos listes de courriels. Faites un crosspost sur votre site de blog, vos forums internet, etc.

Tous les articles de Mondialisation.ca et de Global Research sont désormais accessibles en 27 langues en activant le menu de traduction du site Internet dans la bannière supérieure de notre page d’accueil (version ordinateur de bureau).

À propos de l’auteur

Michel Chossudovsky est un auteur primé, professeur d’économie (émérite) à l’Université d’Ottawa, fondateur et directeur du Centre de recherche sur la mondialisation (CRM), Montréal, rédacteur en chef de Global Research.

Il a entrepris des recherches sur le terrain en Amérique latine, en Asie, au Moyen-Orient, en Afrique subsaharienne et dans le Pacifique et a beaucoup écrit sur les économies des pays en développement en mettant l’accent sur la pauvreté et les inégalités sociales. Il a également entrepris des recherches en économie de la santé (Commission économique des Nations Unies pour l’Amérique latine et les Caraïbes (CEPA), FNUAP, ACDI, OMS, gouvernement du Venezuela, John Hopkins International Journal of Health Services (1979, 1983)

Il est l’auteur de douze livres dont The Globalization of Poverty et The New World Order (2003) – La mondialisation de la pauvreté,  America’s « War on Terrorism » (2005) – Guerre et Mondialisation, The Globalization of War, America’s Long War against Humanity (2015).

Il collabore à l’Encyclopédie Britannica. Ses écrits ont été publiés dans plus de vingt langues. En 2014, il a reçu la médaille d’or du mérite de la République de Serbie pour ses écrits sur la guerre d’agression de l’OTAN contre la Yougoslavie. On peut le joindre à crgeditor@yahoo.com

Voir en anglais : Michel Chossudovsky, Notice biographique

Articles de Michel Chossudovsky sur Global Research

Articles en français de Michel Chossudovsky sur Mondialisation.ca



Articles Par : Prof Michel Chossudovsky

A propos :

Michel Chossudovsky is an award-winning author, Professor of Economics (emeritus) at the University of Ottawa, Founder and Director of the Centre for Research on Globalization (CRG), Montreal, Editor of Global Research.  He has taught as visiting professor in Western Europe, Southeast Asia, the Pacific and Latin America. He has served as economic adviser to governments of developing countries and has acted as a consultant for several international organizations. He is the author of eleven books including The Globalization of Poverty and The New World Order (2003), America’s “War on Terrorism” (2005), The Global Economic Crisis, The Great Depression of the Twenty-first Century (2009) (Editor), Towards a World War III Scenario: The Dangers of Nuclear War (2011), The Globalization of War, America's Long War against Humanity (2015). He is a contributor to the Encyclopaedia Britannica.  His writings have been published in more than twenty languages. In 2014, he was awarded the Gold Medal for Merit of the Republic of Serbia for his writings on NATO's war of aggression against Yugoslavia. He can be reached at crgeditor@yahoo.com Michel Chossudovsky est un auteur primé, professeur d’économie (émérite) à l’Université d’Ottawa, fondateur et directeur du Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) de Montréal, rédacteur en chef de Global Research.

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: media@globalresearch.ca

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: media@globalresearch.ca