Frontières entre les états. Des ponts au lieu des murs.

 «Ceux qui nient la liberté à d’autres ne méritent pas la liberté pour eux-mêmes: et sous la domination d’un Dieu juste, Ils  ne peuvent pas longtemps la conserver.»

Abraham Lincoln, président des Etats-Unis

L’histoire de l’humanité est jalonnée de situations de paix armée de ni guerre ni paix, de crainte de l’Autre et des techniques pour s’accaparer et garder des territoires protégés par des murs réputés infranchissables.

«De tout temps, lit-on dans la contribution suivante, les empires ou les Etats ont construit des murs afin d’établir une séparation entre eux-mêmes et une catégorie d’humains qu’ils considèrent comme différente de la leur. Séparer les civilisés des barbares, les nomades des sédentaires, les bons des mauvais, les riches des pauvres, les Blancs des Noirs, les Mongols des Chinois, les Israéliens des Palestiniens,… Bien que ces murs aient presque toujours échoué à atteindre le but qui leur était fixé, cette course à la séparation se poursuit de nos jours et ne semble pas près de s’arrêter. Il semble que ce soit une des caractéristiques des Etats de continuer à construire des dispositifs ayant déjà fait preuve de leur inefficacité. C’est ainsi qu’une partie de l’humanité se retrouve face au mur.» (1)

Souvenons-nous aussi d’un mur actuel; le mur de Shengen. Bien que virtuel, ce mur est probablement le plus grand jamais mis en place,. l’un de ses buts principaux est d’interdire le libre accès aux pays membres par les citoyens de pays extérieurs. Il constitue une entrave flagrante à l’exercice du droit d’asile que tous les pays de l’Union se sont pourtant engagés à respecter en ratifiant la convention de Genève sur les réfugiés. Ce mur virtuel a déjà fait et continue à faire de nombreuses victimes. (…) Le massacre continue… en 2016 5000 personnes ont perdu la vie en mer.» (1)

Souvenons-nous de la Grande Muraille de Chine, censée protéger la Chine des envahisseurs, du Lime romain, la version récente est celle des forts de l’armée américaine contre les Indiens. Souvenons-nous de la ligne Morice construite pour empêcher les combattants algériens de se ravitailler en armes. Cette ligne électrifiée et bordée de champs de mines continue encore à faire des victimes 55 ans après l’indépendance de l’Algérie. Citons aussi le mur de la discorde entre miséreux Tunisiens et Libyens, tranchée emplie d’eau salée et surmontée d’une hauteur de sable afin, voué à s’étaler sur 168 kilomètres de frontière commune -, cette zone tuniso-libyenne perméable est censée protéger la Tunisie des djihadistes libyens.

La carte du monde des murs séparant les frontières

Dans un travail remarquable, les universitaires Elisabeth Vallet et Chaire Raoul-Dandurand de l’université du Québec, à Montréal, ont recensé minutieusement les murs dans le monde; Nous lisons cette contribution:

«Le monde est découpé en frontières représentant les États, mais certaines de ces limites sont matérialisées par des murs dont la longueur totale serait égale à celle de la circonférence de la Terre! (…) Cette carte ne matérialise pas la longueur des murs en question et leur localisation précise, mais indique les frontières concernées et indique si ces murs sont déjà en place, en cours de construction, ou au stade de simple projet (…) On assiste à un phénomène de re-fermeture des frontières, depuis deux décennies. Il est possible de dresser un portrait multiple en fonction de l’apparence de ces murs, leurs objectifs ainsi que leur efficacité, qui changent selon les pays et les enjeux. Il est possible de citer les matériaux comme le béton, les barbelés électrifiés et le sable, ainsi que les différents dispositifs tels que les miradors, les clôtures, les forces armées et la technologie biométrique. Les objectifs diffèrent également (lutte contre l’immigration, contrebande, opposition territoriale et autres raisons de sécurité). (…) Les anciens murs étaient destinés à faire en sorte que certains conflits ne dégénèrent pas, comme ceux opposant l’Inde au Pakistan, les deux Corées ou encore Chypre et la non reconnue République de Chypre du Nord. Aujourd’hui, les murs tendent à surprotéger les frontières, donc à en faire des «sur-frontières». (2)

Pour Elisabeth Vallet, les murs ne servent à rien puisqu’ils font naître des logiques de transgression, par exemple à la frontière américano-mexicaine, où environ 150 tunnels ont été dénombrés. L’immigration clandestine n’est pas seule actrice dans la zone, puisque les trafiquants ont adopté d’autres logiques: contourner le mur par la mer en sous-marin et par les airs à l’aide de drones. (…) Enfin, construire un mur sur une frontière, c’est également favoriser les organisations criminelles qui profitent de pauvres gens désirant se rendre dans un pays où la vie semble meilleure. Les passeurs seront de plus en plus les représentants de structures criminalisées.» (2)

Mythe du mur de Berlin et vrai mur de la Honte en Palestine

Dans une ancienne contribution j’avais mis en exergue le deux poids, deux mesures s’agissant de l’appréciation concernant le mur de Berlin et concernant le mur érigé par Israël et défigurant la Palestine. J’écrivais:

««Ich bin in Berliner», «Je suis un Berlinois» s’exclamait J.F. Kennedy venu soutenir les Berlinois au plus fort du blocus: résonne encore dans nos oreilles de naïfs bercés par la doxa occidentale au point que l’on croyait tout ce qu’on nous disait -le «on» symbolisant les médias occidentaux. Nous avons comme pour le cinéma hollywoodien vibré et communié avec ceux que l’on nous présentait comme faibles avec naturellement le «Zorro» redresseur de torts qui fait qu’on applaudissait à la fin des films. Je veux dans cette contribution «déconstruire» le mythe du mur de Berlin et parler d’un vrai mur, celui de la Honte, celui de la force injuste contre le peuple opprimé de Palestine. On aurait pensé alors, propagande aidant, que la libération était synonyme de bonheur. Il n’en fut rien. En 1999, USA Today écrivait «Quand le mur de Berlin est tombé, les Allemands de l’Est se sont imaginé une vie de liberté et d’abondance, où les difficultés auraient disparu. Dix ans plus tard, un remarquable 51% aux élections a fait savoir qu’ils étaient plus heureux sous le communisme.» (3)

Pourquoi ne pas parler en effet du «vrai mur de la honte» de plusieurs kilomètres, qui défigure la Jordanie, obligeant chaque matin des milliers de Palestiniens à faire d’énormes détours pour aller travailler chez les colons israéliens, ou pour rentrer le soir ne sachant pas s’ils peuvent ou non passer selon le bon vouloir et les humiliations au quotidien de la part des soldats. Un tollé d’indignation n’a rien pu faire! Il est vrai que la Cour internationale de justice a déclaré illégal ce mur et a demandé son démantèlement. Peine perdue. Le mur continue d’être peaufiné: les Palestiniens seront «comme des cafards dans un bocal» pour reprendre l’expression appropriée d’un général israélien.. » (3)

« Pour rappel, commencé en juin 2002, le Mur de séparation devrait faire plus de 703 kilomètres de long, soit deux fois la longueur des frontières de 1967 avec la Cisjordanie et quatre fois plus long que le mur de Berlin. Le mur atteint à certains endroits 8 mètres de hauteur, plus de deux fois celle du mur de Berlin. Pourtant, l’Avis consultatif de la CIJ édicté le 9 juillet 2004, est on ne peut plus clair: «L’édification du Mur qu’Israël, puissance occupante, est en train de construire en territoire palestinien occupé, y compris à l’intérieur et autour de Jérusalem-Est, et le régime qui lui est associé, sont contraires au Droit international», «Israël est dans l’obligation de mettre un terme aux violations du Droit international dont il est l’auteur; il est tenu de cesser immédiatement les travaux d’édification du mur qu’il est en train de construire dans le Territoire palestinien occupé, y compris à l’intérieur et autour de Jérusalem-Est, de démanteler immédiatement l’ouvrage.» (3)

«Dans le même ordre des avanies des Palestiniens, cette fois-ci c’est l’Egypte qui érige. Les sentiments de colère ne cessent de monter contre la barrière métallique qui s’élève entre les territoires palestiniens de la bande de Gaza et les territoires égyptiens. Beaucoup croient que c’est un pas supplémentaire visant à renforcer le blocus imposé sur plus d’un million et demi de Palestiniens emprisonnés chez eux depuis plus de trois ans. (…) Maintenant, le gouvernement construit un «mur d’acier», sous une égide américano-européenne, autour de la bande de Gaza. On a vraiment honte d’apprendre qu’un autre mur de séparation discriminatoire creuse la terre sur nos frontières avec la bande de Gaza, écrit le journal égyptien Al-Dostour. Ce mur installé avec l’aide des Américains et des Israéliens réalisera les mêmes objectifs criminels que le mur de la Cisjordanie: isolement et siège, souffrance et famine. On veut fermer tout espace d’où arrive un peu de nourriture! Pour rappel, en 2009 la France s’était engagée avec les Américains à asphyxier les Gazaouis pour empêcher la contrebande d’armes en direction de Gaza. Le point 6 de la résolution 1860 du 8 janvier 2009, dix jours avant la fin des combats visait à empêcher les Gazaouis de se procurer des armes pour se battre.» (4)

Trump impulse ses projets contre l’immigration: le mur de la discorde

Tambour battant, Donald Trump signe des décrets, fidèlement à ses promesses. Il vient d’interdire aux ressortissants de sept pays musulmans l’entrée aux Etats-Unis. Mais pour le moment c’est le mur avec le Mexique qui retient l’attention.

«Décidément écrit Sylvain Cypel, l’entrée en fonction de Donald Trump comme ses déclarations à l’emporte-pièce suscitent d’innombrables interrogations. Ainsi, confirmé par le Sénat au poste de secrétaire à la sécurité intérieure (Homeland Security) le 20 janvier, le général John Kelly a déclaré «refuser tout fichage de gens basé sur l’ethnicité ou la religion». Évoquant le «mur» qu’entend construire Trump tout au long de la frontière mexicaine, il a aussi indiqué qu’«une barrière physique en elle-même ne fera pas l’affaire». (5)

Pourtant, le président américain a signé le décret lançant la construction d’un mur à la frontière mexicaine pour combattre l’immigration illégale. «Je vais construire un grand mur, personne ne construit les murs mieux que moi.» «Une nation sans frontières n’est pas une nation», a-t-il lancé mercredi en présence du nouveau ministre de la Sécurité intérieure, l’ancien général John Kelly.

«A partir d’aujourd’hui, les Etats-Unis reprennent le contrôle de leurs frontières.»

«C’est sans doute la mesure la plus polémique promise par Donald Trump durant la campagne présidentielle. Le nouveau président des Etats-Unis a martelé, meeting après meeting, qu’il comptait construire un mur de 1 600 kilomètres de long à la frontière mexicaine, pour «endiguer» l’immigration. Et le décret lançant le gigantesque projet a été signé, cinq jours seulement après sa prise de fonctions. Mais cette promesse pose encore de nombreuses questions: le mur sera-t-il vraiment construit? Qui va le payer? La construction du mur, «physique» et pas seulement «symbolique», figurait d’ailleurs en tête du programme de Donald Trump: «Construire un mur physique et impénétrable tout au long de la frontière sud, dès le premier jour.» A ceux qui espéraient encore qu’il s’agissait d’une promesse en l’air ou d’un discours rhétorique et symbolique, il faut se résigner. Il n’y a donc plus aucun doute: Donald Trump va construire ce «mur». (6)

Officiellement, Donald Trump se veut intraitable: «Le Mexique paiera pour le mur», affirme-t-il dans son programme. Une affirmation répétée inlassablement lors de ses meetings. Estimé par des experts américains à 25 milliards de dollars (autour de 8 milliards par Donald Trump), le coût de construction de ce mur frontalier devrait finalement être avancé par… les contribuables américains. Mais le Mexique remboursera, rassure Donald Trump. Les économies américaines et mexicaines sont imbriquées, taxer les importations à partir du Mexique, rendra encore plus vulnérables les deux régions frontalières. Le mur qui existe en partie, servira de pompe aspirante de tous les trafics possibles. Aux dernières nouvelles du feuilleton du mur, Trump refuse de recevoir le président mexicain, il l’appelle ensuite au téléphone, la communication a duré une heure et ils ont convenu de ne plus parler du mur dans les entretiens officiels.

Réalité des enjeux 

Dans une appréciation remarquable de la situation du mur, Fernando Buen Abad Domínguez situe la réalité des enjeux. Le travail des émigrés/immigrés déclare-t-il n’est pas un cadeau de l’Empire. Mettons les points sur les «i»: chaque dollar gagné est une accumulation de richesse pour les Yankees qui profitent du travail d’esclave. Les travailleurs paient un prix élevé (pas seulement pour ce que prélèvent les entreprises parasites pour les envois de fonds), mais parce que la majorité des migrants s’échine tous les jours, et doit épargner, bien qu’ils vivent avec toutes les limitations possibles, sous le poids de la distance, de la solitude fréquente, du statut d’«illégal», la marginalisation, le racisme, la peur, la méfiance systématique et la maltraitance coutumière. Et tout cela dans des terres qui ont été volées par l’empire yankee. Cela aussi est rendu visible par le Mur qu’ils veulent financer également avec les envois de fonds des compatriotes.» (7)

 «Ce Mur est un acte inacceptable et inhumain de provocation. Il contient la menace de tuer et de réprimer des milliers de personnes. C’est un Mur conçu pour accentuer l’injustice subie par les immigrants traités comme ‘illégaux » et c’est un piège pour tous ceux qui, pour survivre, sont à la recherche d’une source quelconque d’ «emploi». La frontière avec les USA, est une source permanente d’abus, d’exploitation et d’ignominie et le projet de compléter ce Mur est un affront si grand que l’on ne peut pas ne pas se préparer aux conséquences. Ceux qui causent le chômage, qui génèrent la misère prennent maintenant des mesures de «contrôle» pour mettre de «l’ordre» à la frontière. Tout en bénéficiant des envois de fonds, bien sûr! Ce que le Mur n’arrêtera pas, conclut l’auteur, ce sera la tragédie du chômage, la barbarie de l’humiliation, l’enfer de la faim et la monstruosité de la dépossession. Tout le contraire. Il met en lumière la barbarie, l’aberration et la gifle avalisées par la bourgeoisie, qui ne connaît ni limites ni freins dans la phase prédatrice où se trouve l’Empire. Le Mur est son miroir(…)». (7)

Toujours ne parlant de frontières elle peut être purement symboliques comme celle qui sépare les deux parties de Chypre. D’un côté de la frontière cypriote grecque nous sommes au XXIe siècle avec toutes les opportunités de l’Union européenne, de l’autre, partie turque, les Cypriotes vivent dans les conditions du XIXe siècle! Où sont les ponts que nous devons construire pour amener la sérénité? Il faut bien le dire, nous n’en prenons pas le chemin

C’est un fait, le monde va mal, il n’y a jamais eu autant de mur de la discorde, de haine et de rancoeur!  L’attentat  tragique de Montréal  en est une démonstration, dans cette tragédie, il faut souligner deux choses,  d’abord , la cible  visée qui semble être des musulmans  mais aussi, la position admirable des autorités canadiennes qui ont eu une réaction fortement compassionnelle et surtout avec une forte volonté  d’intégration des musulmans qui devraient se sentir canadiens avec un vivre ensemble à  inventer tout les jours dans ce pays qui ne crie pas à la haine de l’étranger.

Aux Canadiens de toutes origines à se montrer dignes et faire des accommodements raisonnables, la frontière où chacun se sent Canadien et apporte ce faisant son génie et la pleine mesure de son talent à la réussite de ce pays  qui à bien des égards peut être un référent notamment par rapport à son voisin  frappé espérons le momentanément d’hubris.

Professeur Chems Eddine Chitour

 

1. http://rleb07.free.fr/opinions/murs.html

2. http://reseauinternational.net/voici-la-carte-du-monde-des-murs-separant-les-frontieres/

3. Chems Eddine Chitour http://www.agoravox.fr/actualites/international/article/mythe-du-mur-de-berlin-et-vrai-mur-64656

4. http://www.ism-france.org/analyses/La-colere-monte-contre-le-mur-d-acier-l-Egypte-trahit-Gaza-article-13257

5. http://orientxxi.info/magazine/musulmans-iran-jerusalem-dissensions-entre-donald-trump-et-ses-futurs-ministres,1674

6. http://tempsreel.nouvelobs.com/monde/l-amerique-selon-trump/20170125.OBS4328/5-questions-sur-le-fameux-mur-que-trump-veut-construire-a-la-frontiere-mexicaine.html

7. http://reseauinternational.net/le-mur-de-trump-une-attaque-symbolique-contre-les-classes-laborieuses/#f9G0v8hMdQTdL8jD.99

 

Article de reference:

http://www.lexpressiondz.com/chroniques/analyses_du_professeur_ chitour/259365-des-ponts-au-lieu-des-murs.html

 



Articles Par : Chems Eddine Chitour

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]