Gaz, Gaza & impérialisme occidental

Une véritable libération signifierait la fin du projet sioniste, qu'il s'agisse des frontières coloniales, des points de contrôle militaires & du blocus, ou de sa portée parasitaire sous la mer.

Le contrôle des champs gaziers méditerranéens n’est peut-être pas la raison de l’attaque actuelle contre Gaza, mais le vol des ressources naturelles de la Palestine est depuis longtemps un objectif du projet colonial sioniste et de ses commanditaires occidentaux.

L’assaut actuel contre Gaza ne peut être considéré comme distinct du vol de ressources comme le carburant et de la destruction systémique des infrastructures vitales dans toute la Palestine. Dix jours seulement après le début de l’assaut le plus récent contre Gaza, l’Organisation mondiale de la santé a alerté qu’il restait moins de “24 heures d’eau, d’électricité et de carburant” à Gaza. Le 24 octobre, au milieu de bombardements brutaux, le ministère de la Santé de Gaza a mis en gardecontre une pénurie imminente de carburant qui entraînerait la fermeture de plusieurs hôpitaux dans les 48 heures, dont l’hôpital indonésien de Beit Lahia. Le 20 novembre, on a appris que les États-Unis envisageaient d’exploiter les gisements de gaz au large de la côte de Gaza dans le cadre d’un “plan de revitalisation économique”. Si certains ont compris que ces gisements de gaz constituaient un motif caché pour les attaques sionistes et soutenues par les États-Unis contre Gaza depuis des années, l’assaut actuel doit être perçu comme une escalade dans la tentative permanente de nettoyage ethnique de Gaza, qui fait partie intégrante du projet colonial et impérial des colons sionistes.

Le gisement de gaz naturel Gaza Marine

Outre son objectif à long terme de construire un État ethnique colonisé, le projet sioniste se maintient en tant que mandataire impérialiste de l’empire occidental dans la région. Il joue notamment ce rôle en exportant du gaz volé vers l’Union européenne (UE) et en concluant des accords gaziers avec des États voisins en voie de normalisation, tels que la Jordanie, l’Égypte et les Émirats arabes unis.

Il y a 25 ans, British Gas Group (BGG) a découvert du gaz naturel au large de la côte de Gaza, entre le champ gazier de Leviathan, occupé par les sionistes, et le champ gazier égyptien de Zohr. Ces champs, connus sous le nom de Gaza Marine 1 et Gaza Marine 2, présentent un intérêt considérable pour l’État sioniste et son sponsor américain, qui cherchent à tirer profit des ressources naturelles palestiniennes de la mer Méditerranée.

La majeure partie de l’énergie et de l’eau de Gaza est contrôlée par l’occupation israélienne, et les projets d’introduction et de maintien d’infrastructures indépendantes de production d’énergie dans la bande ont toujours été contrecarrés par l’Autorité palestinienne (AP) et l’État sioniste. Au lieu de cela, l’occupation, et dans une moindre mesure l’Autorité Palestinienne, bénéficient toutes deux du gaz volé et de l’eau désalinisée provenant des côtes de Gaza, tandis que les Palestiniens de Gaza endurent des crises énergétiques de plus en plus catastrophiques.

Quelques mois seulement avant le 7 octobre, M. Netanyahu a annoncé qu’il approuve le développement de ce champ gazier en collaboration avec l’Autorité palestinienne et l’Égypte. Aujourd’hui, alors que plus de 20 000 Palestiniens ont été tués par des frappes aériennes ou des exécutions, que 8 000 seraient coincés sous les décombres, que des centaines de personnes ont été enlevées et torturées, que des dizaines de milliers d’autres ont été blessées et que l’État sioniste a délibérément créé une crise énergétique à Gaza afin d’épuiser les infrastructures vitales, le géant de l’énergie Chevron a repris l’extraction du gaz des gisements de Tamar et de Léviathan pour approvisionner l’Égypte et les colons israéliens.

Domination régionale

Pour comprendre l’intérêt de l’État sioniste à extraire du gaz des champs situés au large de la Palestine, du Liban et de l’Égypte, il est essentiel de le situer dans le cadre des objectifs impériaux de l’occupation israélienne, renforcés dans les années 1990 par les accords d’Oslo et, en leur sein, par le protocole de Paris.

Au-delà de la promotion de l’expansion des colonies, de la militarisation de l’État et de l’annulation de la légitimité populaire de l’Organisation de libération de la Palestine, les accords ont effectivement placé les Palestiniens dans une situation d’assujettissement économique total au régime sioniste. La division de la Cisjordanie occupée en catégories arbitraires au moyen de cartes coloniales a en outre restreint physiquement l’accès des Palestiniens aux ressources naturelles vitales et, surtout, a pavé la voie à “l’accès” du régime compradore de l’Autorité palestinienne aux gisements de gaz palestiniens au large de Gaza et de l’Égypte, alors que le gaz volé est exporté à l’étranger.

Trente ans après Oslo, les Palestiniens restent dans un état de sous-développement délibéré destiné à saboter tout potentiel de stabilité économique, facilité par l’Autorité Palestinienne et ses laquais, et exacerbé par les incursions, invasions, bombardements et la violence coloniale constants des forces d’occupation israéliennes (FOI).

Ce constat est on ne peut plus clair à Gaza. Avant l’élection du Hamas par les Palestiniens en 2007, les négociations de “paix” entre Ehud Olmert, alors premier ministre, et l’Autorité Palestinienne prévoyaient l’achat par l’occupant israélien de gaz pour une valeur de 4 milliards de dollars par an, à partir de 2009. Mais la victoire du Hamas en 2007 a effectivement annulé les accords potentiels en imposant un blocus aérien, terrestre et maritime brutal à Gaza. En arrière-plan, le régime sioniste planifiait son invasion imminente de Gaza en 2008 tout en essayant de conclure un accord de 15 ans avec BGG.

Une fois que l’Égypte a signé un accord gazier avec l’État sioniste en 2005, suivi de la découverte du champ gazier de Tamar en 2009, la nécessité d’extraire et d’exporter du gaz à partir des côtes de Gaza est devenue moins urgente. Mais comme nous le voyons aujourd’hui, les plans visant à exploiter les champs marins de Gaza tout en maintenant un siège médiéval sur Gaza n’ont pas cessé.

Ces plans ne se sont pas non plus limités aux côtes de Gaza.

Depuis 2010, le Liban est en conflit avec l’occupant israélien au sujet des frontières maritimes. En octobre 2022, un accord historique sur les frontières maritimes, négocié par les États-Unis, a finalement été signé. L’accord fait des États-Unis un observateur permanent, un superviseur et un médiateur de toutes les extractions de gisements de gaz, en plus d’exiger que les données de “toutes les ressources actuellement connues et de toutes celles qui seront identifiées ultérieurement”soient partagées avec les États-Unis. En outre, l’accord n’autorise que les “sociétés internationales réputées” approuvées et supervisées par les États-Unis à extraire du gaz des champs, et limite le contrôle libanais à environ ⅓ de la zone contestée. Les concessions du Liban sont probablement dues aux conditions économiques de plus en plus difficiles du pays, facilement exploitées par les courtiers américains de l’accord.

De même, en 2016, la compagnie nationale d’électricité de Jordanie a signé un accord de normalisation controversé de 15 ans avec l’État sioniste et les sociétés énergétiques Delek Drilling, Ratio et Noble Energy. En décembre 2019, l’État sioniste a commencé à exporter vers la Jordanie du gaz volé provenant du gisement de Leviathan. En 2022, le roi Abdallah II de Jordanie a rencontré Isaac Herzog lors du sommet égyptien COP27 afin de signer un protocole d’accord portant sur l’échange d’eau volée de la mer Méditerranée contre de l’énergie solaire jordanienne.

Défier l’impérialisme

L’intérêt du régime sioniste pour les gisements de gaz en Palestine est un exemple classique de l’impérialisme tel que défini par Lénine ou par Walter Rodney dans How Europe Underdeveloped Africa : à savoir, la concentration de la production et des monopoles (notamment par les sociétés énergétiques affiliées aux États-Unis et au Royaume-Uni) et l’exportation de capitaux.

Bien qu’ils tentent de dissimuler ce vol de ressources aux Palestiniens derrière l’écran de fumée de la “résolution” d’une crise énergétique mondiale déclenchée par la guerre par procuration de l’OTAN en Ukraine et l’explosion du gazoduc Nord Stream, le Royaume-Uni, les États-Unis, l’UE et l’État sioniste sont depuis longtemps intéressés par la consolidation des exportations de gaz volé du champ gazier Leviathan sur le marché européen de l’énergie, au-delà des limites des accords avec la Jordanie, l’Égypte, et maintenant le Liban. C’est pourquoi les attaques stratégiques yéménites contre les routes maritimes à destination et en provenance de l’État sioniste constituent une véritable menace pour la viabilité de ce régime génocidaire : si le coût énergétique de cette attaque contre Gaza est trop élevé, les mégacorporations qui approvisionnent l’OIF en énergie et en armesseront plus susceptibles d’interrompre complètement les expéditions, ce qui menacerait l’économie commerciale mondiale.

Chaque annonce d’un nouveau vol dans les gisements de gaz palestiniens et arabes s’accompagne d’une forte insistance de l’État sioniste à maintenir la “sûreté” et la “sécurité” autour de ses frontières coloniales. Le vol des ressources naturelles et le profit potentiel pour le régime sioniste et ses sponsors, y compris les entreprises énergétiques géantes comme Chevron et Total, est en effet la force motrice derrière son insistance à empiéter sur le littoral de Gaza. Mais, de manière cruciale, tout cela repose sur la toile de fond plus étendue du projet sioniste de colonisation, et de sa fonction de mandataire impérialiste : nettoyage ethnique, vol de terres, dépossession et assujettissement économique structurel des Palestiniens. Une véritable libération signifierait donc la fin du projet sioniste sous toutes ses formes, qu’il s’agisse des frontières coloniales, des points de contrôle militaires et du blocus, ou de sa portée parasitaire sous nos eaux.

Tara Alami

 

Article original en anglais : Gas, Gaza, and Western imperialism, Mondoweiss, le 20 décembre 2023.

Traduction Spirit of Free Speech 

 

Image : Champ gazier offshore de Leviathan



Articles Par : Tara Alami

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]