Print

Gaza Freedom March : la police égyptienne séquestre les cars des activistes italiens et les empêche de rejoindre la frontière
Par Global Research
Mondialisation.ca, 31 décembre 2009
31 décembre 2009
Url de l'article:
https://www.mondialisation.ca/gaza-freedom-march-la-police-gyptienne-s-questre-les-cars-des-activistes-italiens-et-les-emp-che-de-rejoindre-la-fronti-re/16699

28 décembre 2009, 18 heures.

Aujourd’hui, la répression des forces de sécurité égyptiennes s’est durcie à l’égard des participants à la Gaza Freedom March. Ce matin, les militants du Forum Palestina, d’autres délégations italiennes et ceux de la délégation française, ont été bloqués, au moment où ils allaient quitter leurs hôtels au Caire pour rejoindre la frontière avec la Bande de Gaza : un imposant service de sécurité égyptien a d’abord  empêché les internationaux de sortir des hôtels, puis de monter dans les cars arrivés avec plus d’une heure de retard au rendez-vous à cause de l’absence d’autorisation du gouvernement égyptien. Il y a eu quelques moments de tension quand certains policiers  égyptiens ont commencé à décharger les bagages des cars, en les jetant littéralement au milieu de la chaussée. Les cars ont ensuite été carrément séquestrés par les policiers égyptiens qui en ont ainsi empêché l’accès aux militants internationaux : ceux-ci, ayant compris qu’il ne leur serait pas possible de s’éloigner de la capitale pour aller, comme prévu, à la localité de El Arish (proche de la frontière de Gaza), avaient exprimé leur intention de rejoindre l’ambassade italienne. Les militants, ne se décourageant pas, se sont alors mis en chemin pour aller, avec leurs bagages, vers le siège diplomatique italien. La marche s’est déroulée sur quelques kilomètres tandis que les policiers menaçaient les taxis interpellés par les militants pendant le parcours. Cette manifestation improvisée des italiens a créé un embouteillage sur le parcours, tout comme cela s’était produit aussi le matin aux alentours des hôtels, quand la nouvelle était arrivée, des autres délégations, que le gouvernement de Moubarak maintenait son interdiction.

Aux diplomates italiens, les militants de Forum Palestina ont demandé une intervention immédiate et forte du gouvernement italien sur le gouvernement Moubarak pour que les 1400 participants de la marche soient autorisés à entrer dans le territoire de Gaza afin de remettre les aides humanitaires à une population étranglée par trois années de siège et 21 jours de bombardement, il y a un an. Une délégation a en outre remis au Premier Secrétaire de l’ambassade au Caire un document en trois points demandant : qu’on autorise les délégations étrangères  provenant de 42 pays, à rejoindre  le bourg d’El Arish comme prévu avec les autorités  du Caire depuis des semaines, et d’y attendre là l’autorisation de passer la frontière à Rafah ; d’obtenir au plus tôt l’autorisation de passer la frontière avec Gaza ; la pleine liberté de circulation à l’intérieur du territoire égyptien. Aux autorités  égyptiennes et italiennes, le Forum Palestina a demandé d’assurer une installation logistique digne aux 140 italiens de la Marche qui depuis ce matin (lundi 28 décembre) n’ont plus d’hôtels, et auxquels les forces de sécurité de Moubarak  interdisent de circuler librement et d’accéder aux moyens de transport.  Au personnel  diplomatique italien et à ceux des autres ambassades étrangères au Caire, les internationaux de la Marche, ont  réaffirmé leur ferme intention de rejoindre le passage de Rafah pour ensuite se joindre aux milliers de palestiniens qui, le 31 décembre, formeront une grande manifestation dans la Bande pour rappeler les 1400 palestiniens tués pendant le massacre de l’an dernier, et demander la fin de l’embargo et des attaques israéliennes.

Entre temps, une partie des italiens se sont regroupés avec les militants français et d’autres pays qui manifestent devant le siège des Nations Unies au Caire (avec les mêmes revendications). 

Ce sont finalement des centaines de  manifestants qui ont protesté, nombre desquels campent devant le siège de l’ONU. Un membre de la délégation de la GFM, femme juive survivante de l’holocauste, Hedy Epstein, 85 ans, a décidé ce matin de commencer une grève de la faim pour protester contre la position du gouvernement égyptien[1].

(…) A Rome ce matin, de 11h à 13h, une trentaine de militants soutenant la GFM ont fait une diffusion de tracts devant l’Office de tourisme égyptien du Caire pour protester contre l’inacceptable attitude du Caire et le désintérêt du gouvernement italien envers ce que ses 140 concitoyens ont subi. Sergio Cararo a déclaré au micro de Radio Città Aperta (radio libre basée à Rome, NdT) que si les autorités égyptiennes ne renoncent pas à leur complicité de plus en plus étroite avec le gouvernement israélien, les associations de solidarité avec la cause palestinienne entreprendront des actions de boycott à l’égard des flux touristiques vers l’Egypte.

 

Traduction M-A P.

[1] Pour Hedy Epstein, voir http://www.silviacattori.net/article360.html  (NdT)

Avis de non-responsabilité: Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.