Gazoduc explosif en Méditerranée

L'Art de la guerre

En Méditerranée orientale, dans les fonds de laquelle ont été découverts de grands gisements offshore de gaz naturel, est en cours un âpre contentieux pour la définition des zones économiques exclusives, à l’intérieur desquelles (jusqu’à 200 miles de la côte) chacun des pays riverains a les droits d’exploitation des gisements. Les pays directement impliqués sont Grèce, Turquie, Chypre, Syrie, Liban, Israël, Palestine (dont les gisements, dans les eaux de Gaza, sont aux mains d’Israël), Égypte et Libye. Particulièrement tendue est la confrontation entre Grèce et Turquie, toutes deux membres de l’OTAN.

La mise en jeu n’est pas seulement économique. La véritable partie qui se joue en Méditerranée orientale est géopolitique et géostratégique, et implique les plus grandes puissances mondiales. C’est dans ce cadre que s’insère l’EastMed, la conduite qui amènera dans l’UE une grande partie du gaz de cette aire. Sa réalisation a été décidée au sommet qui s’est déroulé à Jérusalem le 20 mars 2019, entre le Premier ministre israélien Netanyahou, son homologue grec Tsipras et le président chypriote Anastasiadès. Netanyahou a souligné que “le gazoduc s’étendra d’Israël à l’Europe travers Chypre et la Grèce” et Israël deviendra ainsi une “puissance énergétique” (qui contrôlera le couloir énergétique vers l’Europe) ; Tsipras a souligné que “la coopération entre Israël, Grèce et Chypre, opérée au sixième sommet, est devenue stratégique”. Ce que confirme le pacte militaire stipulé par le gouvernement Tsipras avec Israël il y a cinq ans (il manifesto, 28 juillet 2015). Au Sommet de Jérusalem (dont les actes sont publiés par l’Ambassade USA à Chypre) a participé le secrétaire d’État étasunien Mike Pompeo, en soulignant que le projet EastMed lancé par Israël, Grèce et Chypre,“partenaires fondamentaux des USA pour la sécurité”, est “incroyablement opportun” parce que “Russie, Chine et Iran sont en train de tenter de mettre pied en Orient et en Occident”.

La stratégie US est déclarée : réduire et enfin bloquer les exportations russes de gaz en Europe, en les remplaçant avec du gaz fourni ou en tous cas contrôlé par les USA. En 2014 ils ont bloqué le SouthStream, qui à travers la Mer Noire aurait apporté en Italie le gaz russe à des prix compétitifs, et ils tentent de faire la même chose avec le TurkStream qui, à travers la Mer Noire, apporte le gaz russe dans la partie européenne de la Turquie pour le faire arriver en Europe.

En même temps les USA essaient de bloquer la Nouvelle Route de la Soie, le réseau d’infrastructures projeté pour relier la Chine à la Méditerranée et à l’Europe. Au Moyen-Orient, les USA ont bloqué avec la guerre le couloir énergétique qui, sur la base d’un accord stipulé en 2011, aurait transporté, à travers l’Irak et la Syrie, du gaz iranien jusque sur la Méditerranée et en Europe.

Bien en rang dans cette stratégie s’est placée l’Italie où (dans les Pouilles) arrivera l’EastMed qui apportera le gaz aussi dans d’autres pays européens.  Le ministre Patuanelli (Mouvement 5 Etoiles), a défini le gazoduc, approuvé par l’UE, comme un des “projets européens d’intérêt commun”, et la sous-secrétaire Todde (M5S) a porté l’adhésion de l’Italie à l’East Med Gaz Forum, siège de “dialogue et coopération” sur le gaz de la Méditerranée orientale, auquel participent -outre Israël, la Grèce et Chypre- l’Égypte et l’Autorité Palestinienne. En fait aussi partie la Jordanie, qui n’a pas de gisements offshore de gaz puisque elle n’a pas de façade sur la Méditerranée, mais l’importe d’Israël. Sont par contre exclus du Forum le Liban, la Syrie et la Libye, à qui revient une partie du gaz de la Méditerranée orientale. États-Unis, France et UE ont pré-annoncé leur adhésion. La Turquie n’y participe pas à cause du contentieux avec la Grèce, que l’OTAN cependant s’emploie à résoudre : des “délégations militaires” des deux pays se sont rencontrées déjà six fois au quartier général OTAN de Bruxelles.

Pendant ce temps, en Méditerranée orientale et dans la Mer Noire limitrophe, est en cours un croissant déploiement des Forces navales USA en Europe, dont le quartier général est à Naples Capodichino. Leur “mission” est de “défendre les intérêts USA et Alliés, et décourager l’agression”. Même “mission” pour les bombardiers stratégiques USA B-52, qui volent sur la Méditerranée orientale flanqués par des chasseurs grecs et italiens.

Manlio Dinucci

 

Édition de mardi 29 septembre 2020 d’il manifesto

https://ilmanifesto.it/gasdotto-esplosivo-nel-mediterraneo/ 

Traduit de l’italien par Marie-Ange Patrizio



Articles Par : Manlio Dinucci

A propos :

Manlio Dinucci est géographe et journaliste. Il a une chronique hebdomadaire “L’art de la guerre” au quotidien italien il manifesto. Parmi ses derniers livres: Geocommunity (en trois tomes) Ed. Zanichelli 2013; Geolaboratorio, Ed. Zanichelli 2014;Se dici guerra…, Ed. Kappa Vu 2014.

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]