Print

Gilets-Jaunes : Lettre aux élus locaux français
Par Gérard Privat, Dominique Le Halpert, et Patrice Vinouze
Mondialisation.ca, 10 décembre 2018
Communiqué
Url de l'article:
https://www.mondialisation.ca/gilets-jaunes-lettre-aux-elus-locaux-francais/5629389

Cette lettre, destinée aux élus locaux, est également envoyée pour information à l’attention : — Du Président de la République ;

— Du Président du Sénat, Sénatrices et Sénateurs ;
— Du Président de l’Assemblée nationale, Députées et Députés ;

— Du Premier ministre ;
— Du Président du Conseil Constitutionnel, Conseillères et Conseillers ;
— Du Vice-président du Conseil d’État, Conseillères et Conseillers ;
— Du Président du Conseil économique, social et environnemental, Conseillères et Conseillers ; — Du Premier Président de la Cours des comptes, du Procureur général, Magistrates et

Magistrats ;
— Des Présidentes, Présidents, Conseillères et Conseillers, des Assemblées territoriales, des

Conseils territoriaux, des Conseils départementaux. Cette lettre est également adressée aux médias.

 

Lisle-sur-Tarn le 4 décembre 2018

GILETS-JAUNES

Madame le Maire, Monsieur le Maire, Mesdames et Messieurs les Conseillers,

« Les Gilets-Jaunes, c’est le Peuple, la force reconnue de la nation. »

Aller à Paris pour manifester est sans doute bon pour les partis politiques ou les syndicats qui, eux, ont besoin de montrer leur force.
Pour nous, il est certainement préférable et plus utile que le Peuple se fasse entendre au quotidien, sur tout le territoire, en de nombreux groupes locaux.

Concernant Paris, ce sont les Parisiens eux-mêmes et les habitants de la périphérie qui sont les mieux placés pour s’en charger tout en évitant les violences gratuites inacceptables.

Le peuple est naturellement pacifique.
Lorsqu’il agît violemment c’est en réponse à des provocations ou à des violences du pouvoir, déclarées ou sournoises comme c’est le cas actuellement.

A Paris, M. Macron est déjà le délégué permanent des Français.
Le signal du mécontentement est suffisamment puissant pour être entendu.
S’il n’entend pas le peuple, il n’entendra pas d’avantage des sous-délégués.
Pour comprendre, il suffirait à M. Macron de se débarrasser de son comportement orgueilleux et parfois méprisant.

Les revendications sont multiples ; nous devons les synthétiser de façon à répondre à l’ensemble des attentes sans les dégrader.
« Le diable se cache dans les détails. »
Ne traitons donc pas les détails dans l’urgence ; allons à l’essentiel car la nation est en péril.

En urgence, réinstaurons la confiance et la dignité, redonnons des moyens de vie décente à tous et du sens à la vie sociale.

Finissons-en avec l’injustice des puissants ! Pour cela, exigeons une véritable démocratie !

Mettons en œuvre les principes de la souveraineté du peuple et de la nation, de la citoyenneté, du juste retour de la richesse, de la simplification de la vie sociale, de la séparation réelle des trois pouvoirs institutionnels, du respect de l’environnement, de la justice sociale, soit :

  • —  Les référendums d’initiatives populaires pouvant aller jusqu’à la destitution du président de la République ;
  • —  Le vote blanc, reconnu à valeur identique aux votes exprimés, qui pourra annuler une élection ;
  • —  Le revenu vital pour tous, en supplément des autres revenus, majoré pour les personnes handicapées et minoré pour les enfants, qui remplacera toutes les aides ;
  • —  La suppression de toutes les taxes, y compris la TVA, et l’augmentation des tranches de l’impôt sur le revenu, de plus, imposition particulière des fortunes aux origines douteuses ;
  • —  La construction de l’Europe des Peuples en remplacement de l’Union Européenne.
  • —  L’indépendance de la justice ;
  • —  La maîtrise de la finance ;
  • —  La nationalisation des grands groupes industriels.
  • —  La relocalisation des entreprises ;
  • —  Le développement de l’Intelligence artificielle et son encadrement dans ses répercussions en revalorisant le Français.
  • —  La simplification administrative des communes et des moyens d’actions plus efficaces pour les élus locaux ;
  • —  Un logement décent pour chaque famille ;
  • —  Les moyens nécessaires pour la recherche d’énergies nouvelles qui permettront une évolutionde la vie sociale respectueuse de la nature.
  • —  La réalisation de ces différents points tient dans la cohésion de l’ensemble et dans la volontéde tous les mener à bien, simultanément, là sera le succès.Pour tout cela, d’énormes masses financières existent qui attendent d’être réorientées au service du bien commun.
    Ces points fondamentaux permettront de résoudre le plus grand nombre des difficultés actuelles.
    La coopération et le partage deviendront alors naturels et permettront, dès lors, de traiter facilement toutes les demandes légitimes.Élus locaux, vous qui êtes confrontés aux réalités du terrain, votre rôle est primordial dans le fonctionnement démocratique de la nation.
    La méfiance du peuple est installée envers les partis politiques, les syndicats et les grands médias.
    Face à l’urgence, vous pouvez renforcer l’unité entre vos concitoyens en tempérant la violence actuelle et les délires du pouvoir central.
    Toutefois, si M. Macron est sourd, la situation va se durcir ; la question est : jusqu’où ?
    En cas de surdité présidentielle aggravée, ce ne sont pas des sous-délégués mais seulement des élections anticipées qui pourront régler le conflit.Œuvrons pour l’unité de la nation, la justice sociale et la paix.Soyez assurés, Madame le Maire, Monsieur le Maire, Mesdames et Messieurs les Conseillers, quelles que soient vos opinions, de notre profond respect pour votre dévouement à vos concitoyens.

    Gérard Privat, Dominique Le Halpert,  Patrice Vinouze

     

    Cette lettre a été envoyée mercredi 5 décembre 2018 aux élus locaux et publiée le même jour sur le site d’Avenir Solidaire.
Avis de non-responsabilité: Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.