Grèce, le facteur O(tan)

L'art de la guerre

Tsipras rencontre Poutine à Moscou le 8 avril, au moment même où Ue, Bce et FMI tiennent un nouveau sommet sur la Grèce, qui le jour suivant doit rembourser une échéance de 450 millions d’euros du prêt concédé par le Fonds monétaire international. Les thèmes officiels, dans la rencontre de Moscou, sont ceux du commerce et de l’énergie, dont la possibilité que la Grèce devienne le hub européen du nouveau gazoduc, remplaçant le South Stream bloqué par la Bulgarie sous pression étasunienne, qui apportera à travers la Turquie le gaz russe au seuil de l’Ue. On parlera aussi d’un possible relâchement des contre-sanctions russes, en permettant l’importation de produits agricoles grecs. Selon ses déclarations à l’Agence Tass (31 mars), le premier ministre Tsipras a communiqué au président du Conseil européen, Donald Tusk, et à la représentante pour la politique étrangère Ue, Federica Mogherini, que « nous ne sommes pas d’accord avec les sanctions contre la Russie ». Et, au premier sommet Ue auquel il a participé les 19-20 mars, il a officiellement soutenu que « la nouvelle architecture de la sécurité européenne doit inclure la Russie ». En confirmation de cette position, Tsipras sera de nouveau à Moscou le 9 mai pour le 70ème anniversaire de la victoire sur l’Allemagne nazie, célébration boycottée par la majorité des leaders occidentaux (en commençant par Obama, Merkel et Cameron). Il y aura par contre le président chinois Xi, avec des représentants des forces armées chinoises, qui défileront sur la Place Rouge avec les forces russes pour symboliser l’alliance de plus en plus étroite entre les deux pays. Le président Poutine, à son tour, sera en septembre à Pékin pour célébrer le 70ème anniversaire de la victoire sur le Japon militariste.

En se rapprochant de la Russie, la Grèce de Tsipras se rapproche ainsi de fait aussi de la Chine et de la nouvelle aire économique euro-asiatique, qui est en train de naître sur la base de la Banque d’investissements pour les infrastructures asiatiques créée par Pékin, à laquelle a adhéré la Russie avec environ 40 autres pays. Des organismes financiers de cette aire et aussi de ceux des Brics (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud) – qui visent à supplanter la Banque Mondiale et le FMI dominés par les USA et les plus grandes puissances occidentales- la Grèce pourrait recevoir les moyens de se soustraire à l’étreinte étouffante d’Ue, Bce et FMI. Parce que, aussi, la Chine veut faire du  Pirée un hub de première importance de son réseau commercial. Selon The Independent (3 avril), « le gouvernement grec est prêt à nationaliser les banques du pays et à créer une nouvelle monnaie », c’est-à-dire est prêt à sortir de l’euro et, s’il le faut, même de l’Ue.

Mais entre en jeu ici un autre facteur : l’appartenance de la Grèce non seulement à l’Ue mais à l’Otan. « Une Grèce amie de Moscou pourrait paralyser la capacité de l’Otan à réagir à l’agression russe », prévient Zbigniew Brzezinski (Afp, 25 mars). Des paroles menaçantes à ne pas sous-évaluer, car Brzezinski  a longtemps été conseiller stratégique de la Maison Blanche, avec laquelle il est encore en contact étroit. Même si le ministre de la Défense Kammenos assure que « le nouveau gouvernement grec garde ses engagements dans l’Otan malgré ses relations politiques avec la Russie », à Washington et Bruxelles on est sûrement en train de préparer un plan pour empêcher que la Grèce ne devienne un « maillon faible » dans le nouvel affrontement avec la Russie et, de fait, avec la Chine. Le putsch de 1967, qui amena au pouvoir les colonels, fut opéré sur la base du plan « Prométhée » de l’Otan.

Les temps ont changé, mais pas les intérêts politiques et stratégiques sur quoi se fonde l’Otan. Entre-temps devenue plus experte dans les méthodes de déstabilisation interne.

Manlio Dinucci 

Edition de mardi 7 avril 2015 de il manifesto

http://ilmanifesto.info/grecia-il-fattore-nato/

Traduit de l’italien par Marie-Ange Patrizio

Manlio Dinucci est géographe et journaliste. Il a une chronique hebdomadaire « L’art de la guerre » au quotidien italien il manifesto. Parmi ses derniers livres:  Geocommunity (en trois tomes) Ed. Zanichelli 2013; Geolaboratorio, Ed. Zanichelli 2014;Se dici guerra…, Ed. Kappa Vu 2014.



Articles Par : Manlio Dinucci

A propos :

Manlio Dinucci est géographe et journaliste. Il a une chronique hebdomadaire “L’art de la guerre” au quotidien italien il manifesto. Parmi ses derniers livres: Geocommunity (en trois tomes) Ed. Zanichelli 2013; Geolaboratorio, Ed. Zanichelli 2014;Se dici guerra…, Ed. Kappa Vu 2014.

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]