Print

Guerre en Amérique Latine – La nouvelle carte du Pentagone se profile?
Par Claudio Fabián Guevara
Mondialisation.ca, 03 janvier 2020
Diario de Vallarta 10 décembre 2019
Url de l'article:
https://www.mondialisation.ca/guerre-en-amerique-latine-la-nouvelle-carte-du-pentagone-se-profile/5640158

Du sud du Continent au bassin des Caraïbes, le fantôme d’une guerre se répand dans la région. Les contours géographiques de la conflagration ont été anticipés il y a 15 ans dans une carte de l’agenda mondialiste pour reconfigurer le monde.

« Nous sommes au bord du nouveau cycle de décolonisation qui va s’étendre à toute l’Amérique du Sud. On dirait qu’on entre dans la guerre civile continentale« . Alexander Dugin 11/14/2019

La guerre en Amérique Latine va-t-elle éclater ?

Sous l’empreinte du totalitarisme 2.0 qui gouverne presque tout le continent, un climat de guerre civile psychologique commence à affecter la population et les institutions en Amérique Latine. Un état d’exception est façonné par des décrets et des lois spéciales, tandis que le langage quotidien des médias glorifie la guerre et la répression. Une logique « ami-ennemi » / « criminel-personnes décentes » est installée qui légitime la résolution des différences politiques par des moyens violents au lieu du dialogue et du droit.

L’atmosphère devient tendue et les conflits ont tendance à être résolus par des actes de guerre. Le lancement de l’opération multidimensionnelle de la Guerre Hybride qui a violemment renversé le gouvernement du Bolivien Evo Morales, et l’explosion d’une voiture piégée en Colombie sont deux des plus récents faits marquants. La tentative d’assassinat du Président vénézuélien Nicolas Maduro et l’expérimentation de la Guerre Hybride au Nicaragua l’année dernière font partie du même agenda.

Il y a beaucoup d’autres symptômes : la violence paramilitaire qui sévit dans différents pays, la « diplomatie belligérante » de l’OEA, la chasse aux opposants par le « lawfare » et la protection médiatique qui cache la matrice criminelle de cette violence systémique contre les populations.

Chacun de ces faits apparaît dans le récit des nouvelles comme étant strictement local et déconnecté des autres. Cependant, la similitude de cette escalade de la violence avec une autre série d’événements internationaux nous permet de voir les schémas d’un « modus operandi » qui a été expérimenté dans d’autres contextes.

L’Amérique Latine s’approche d’une période de violence fondée sur des haines implantées de l’extérieur. Pour comprendre pourquoi, il est nécessaire de revenir à la métastase que représente l’industrie de la guerre dans la principale économie mondiale.

De l’impérialisme au Pentagone

Il y a presque 50 ans, le Dominicain Juan Bosch expliquait dans son livre « Pentagone, substitut de l’impérialisme » les racines du militarisme qui vit son apogée de nos jours. Il y postulait que la notion classique « d’impérialisme » avait été remplacée par un autre phénomène : l’expansion permanente de la puissance des corporations militaires associées au Pentagone. Bosch a appelé ce nouveau pôle de pouvoir le « Pentagonisme », qui est né de la super productivité du capitalisme US, dont il est le principal bénéficiaire.

Depuis les années 1960, quand Kennedy est devenu Président des États-Unis, le pouvoir militaire était déjà plus important que le pouvoir civil en termes de fonds à dépenser. Depuis lors, il n’a cessé de croître. En 2019, il a atteint 733 milliards de budget de base. Si l’on ajoute les autres dépenses liées aux guerres, leurs dépenses cachées et leurs conséquences (Anciens combattants, Budget de la sécurité Nationale, Affaires Internationales, Budget du Renseignement et intérêts de la dette), il atteint 1,254 billion de dollars. Dans tous les cas, il est toujours supérieur à 60 % des dépenses globales du pays et donc supérieur au budget du pouvoir civil. C’est aussi la moitié du budget militaire du monde entier.

« C’est autour de cette disponibilité d’argent que s’est intégré le pouvoir pentagoniste actuel« , dit Bosch dans son livre. Les États-Unis finiront par être une nation avec deux gouvernements : le gouvernement civil à l’intérieur et le gouvernement militaire à l’étranger.

Le Pentagonisme s’est déplacé librement dans l’arène internationale. Son action à l’étranger aurait produit des milliards de dollars de revenus pour les États-Unis par le biais de ses sociétés d’armement, ce qui a renforcé la domination du Pentagonisme au sein du système politique et économique US.

Dans cette « exportation forcée » de matériel militaire, les industriels pentagonistes ont trouvé une fabuleuse source de profit. Le Pentagonisme a un projet bien à lui : être constamment en guerre quelque part dans le monde. En bref, créer un marché militaire mondial par une guerre permanente.

La métropole qui colonise son propre peuple

Ce nouveau type de capitalisme super productif a surmonté le vieux schéma impérialiste basé sur l’échange inégal (territoires dépendants produisant des matières premières bon marché et consommant des produits manufacturés coûteux). Le capitalisme surdéveloppé a trouvé en lui-même la capacité d’élever au cube les taux de profit qui étaient en jeu dans la phase impérialiste. Ses formidables installations industrielles, dans des conditions créées par l’accumulation scientifique, peuvent produire des matières premières à partir de produits de base à des coûts très faibles. Le résultat final est une productivité très élevée, jamais prévue auparavant dans l’histoire du capitalisme.

Le Pentagonisme a développé une structure plus lucrative que l’ancien impérialisme. Tout en conservant les caractéristiques les plus destructrices de l’exploitation des territoires coloniaux, elle exploite aussi sa propre population par la confiscation de 60% du budget public de cette métropole super-productive sous prétexte de « dépenses de défense ». Cela a un impact décisif sur les relations métropole-colonie, car les dépenses de guerre sont plus lucratives que le commerce international de marchandises. Bosch soutient que l’industrie de guerre est en train de changer de finalité :

« La guerre est faite pour conquérir des positions de pouvoir dans le pays pentagoniste, pas dans un territoire lointain. Ce que l’on cherche, ce n’est pas un lieu où investir le capital excédentaire avec des avantages ; ce que l’on cherche, c’est l’accès aux ressources économiques considérables mobilisées pour la production de guerre industrielle ; ce que l’on cherche, ce sont des profits là où les armes sont fabriquées, et non là où elles sont utilisées, et ces profits sont obtenus dans la métropole pentagoniste, et non dans le pays attaqué par celle-ci. Il rapporte beaucoup plus, et en beaucoup moins de temps, d’obtenir un contrat d’avion que de conquérir le territoire minier le plus riche, et le contrat est obtenu et se recouvre à l’endroit où se trouve le centre du pouvoir pentagoniste« .

Objectif stratégique : Diviser le monde en deux

Le développement naturel de cette superpuissance militaire a généré sa propre idéologie et son propre programme d’action. À partir des années 1980, les théoriciens du Pentagone ont commencé à rêver d’un monde plongé dans une guerre sans fin, avec les États-Unis comme garant de la sécurité et de l’approvisionnement en ressources naturelles de ses pays partenaires.

Ceci est résumé dans la nouvelle carte du Pentagone, attribuée à Adam Siegel et publiée par Thomas Barnett dans le livre « La Nouvelle Carte du Pentagone : Guerre et Paix au XXIe siècle« . Cette carte divise le monde en deux grandes zones : le « noyau » et la « zone non intégrée ».

Le « noyau » profite des avantages du système : commerce, communications, transport et fluidité des transactions monétaires. Cette zone comprend l’Amérique du Nord, l’Europe, le Japon, la Russie, l’Afrique du Sud, la Chine, l’Inde, l’Australie et la Nouvelle-Zélande, le Brésil, l’Uruguay et certaines parties de l’Argentine et du Chili.

La zone « non intégrée » est découplée du système et vit dans un chaos où la population est incapable d’organiser son développement collectif et ne pense qu’à survivre. Cette zone est constituée du Moyen-Orient (à l’exception d’Israël), de la quasi-totalité de l’Afrique, de quelques États asiatiques et des pays du nord de l’Amérique du Sud et du bassin des Caraïbes.

La nouvelle carte du Pentagone. source : « La nouvelle carte du Pentagone : Guerre et paix au XXIe siècle »

Du point de vue de cette théorie, la zone « non intégrée » est considérée comme un « réservoir de ressources », dans lequel l’armée US est la seule force capable de fournir un soutien militaire pour « faciliter son intégration ».

Pour fournir une certaine organisation sociale à ces territoires (et en extraire des ressources pour les nations centrales), il faut une force de gestion des systèmes qui dépend de l’armée US, déclare Thomas Barnett.

Cette approche du Pentagone suppose que de vastes régions du monde seront transformées en un terrain dévasté, complètement dépendant des forces militaires pour résoudre les besoins de base, et dont la vie quotidienne sera chaotique pendant des années, sinon pour toujours. Et que – en l’absence d’un État organisé – les États du « noyau » dépendront nécessairement de l’armée US pour exploiter les ressources naturelles de ces territoires.

Comme dans une prophétie qui se réalise d’elle-même, ce scénario est déjà une réalité aujourd’hui. En ce moment, il y a la guerre, avec des mouvements réguliers et irréguliers de blindés et de troupes, en Tunisie, en Libye, en Égypte, en Palestine, au Liban, en Syrie, en Irak, en Arabie Saoudite, au Bahreïn, au Yémen, en Turquie et en Afghanistan. Comme dans un processus de destruction contrôlée soigneusement planifié, les agents de renseignement et les escouades spéciales des puissances jouent un rôle crucial, organisant des attaques sous faux drapeau, formant et finançant des troupes irrégulières et jouant des cartes diplomatiques utiles à la prolongation des conflits. Une combinaison de « révolutions de couleur », de guerres hybrides et d’incursions d’armées conventionnelles sème la dévastation dans ces vastes régions du monde.

Tous les pays impliqués dans la guerre actuelle sont, sur la nouvelle carte du Pentagone, dans les zones non intégrées.

Sur la carte, l’Amérique Latine comprend Cuba, le Nicaragua et le Venezuela, ennemis politiques de Washington. Aussi la Bolivie, un ennemi politique de Washington, qui est maintenant tombé dans son orbite grâce à un coup d’état multidimensionnel qui a combiné des stratégies de guerre hybrides avec la cooptation de l’armée locale.

Mais en même temps, elle comprend la Colombie, l’Équateur, le Pérou, le Paraguay et l’Amérique Centrale, une région sous le contrôle de gouvernements pro-US.

Pourquoi le Pentagone encouragerait-il la guerre et la destruction dans les zones sous son contrôle géopolitique ?

Le Pentagonisme, le plus haut niveau de l’Impérialisme

Dans la dystopie tracée par Barnett et d’autres idéologues du Pentagone, le renversement d’un gouvernement n’est pas suivi d’une période de « paix et de reconstruction », mais plutôt de la création de larges couloirs d’instabilité permanente. Dans son article « Interprétations divergentes au sein du camp anti-impérialiste« , Thierry Meyssan soutient que les interventions militaires à partir de 2001 ont appliqué cette doctrine.

Traditionnellement, le camp anti-impérialiste pensait que les États-Unis attaquaient les autres pays qui résistaient à son impérialisme afin de contrôler les ressources énergétiques. « Les faits ont brisé ce raisonnement« , dit Meyssan. « Le but des États-Unis est de détruire des États, de ramener leur peuple à la préhistoire« .

Meyssan souligne : « La priorité de l’impérialisme contemporain n’est plus de s’approprier les ressources naturelles. Aujourd’hui, il domine le monde et le pille sans scrupules. Il vise maintenant à écraser les peuples et à détruire les sociétés… »

En fait, les renversements de Saddam Hussein et de Kadhafi n’ont pas fait place au rétablissement de la paix ; les guerres se poursuivent malgré l’installation de gouvernements d’occupation ; et les conflits s’étendent sans fin dans la « zone non intégrée ». Le même sort attend la Bolivie, dernière pièce tombée dans ce jeu d’échecs géopolitique de chaos induit.

Pourquoi la destruction d’États est-elle utile au Pentagonisme ?

Les 4 piliers logiques de la politique de destruction

En supposant que l’industrie de la guerre elle-même soit plus lucrative que le commerce des marchandises, l’induction du chaos et de la violence dans de vastes régions du monde offre plus d’avantages aux élites « de base » que la consolidation des « gouvernements clients » dans les régions non intégrées :

1) Elle permet la création d’un marché permanent pour l’industrie de la guerre, et converge avec l’établissement d’un État policier mondial. Les pays du « noyau » sont obligés d’utiliser les services militaires US pour extraire les ressources du « réservoir ». L’exploitation des ressources dans la zone « non intégrée » s’organise autour de petites citadelles fortifiées, isolées du chaos environnant, comme en Irak et en Libye.

2) La destruction des États de la zone « non intégrée » empêche à long terme toute tentative d’émergence de nouveaux processus d’émancipation politique, d’industrialisation souveraine ou « d’insubordination fondatrice » – selon la définition de Marcelo Gullo. En d’autres termes, la promotion de l’instabilité au sein de la zone « non intégrée » est nécessaire au maintien de la prédominance des États du noyau sur le monde.

3) La détérioration permanente des conditions de vie dans la zone « non intégrée » favorise une réduction drastique de la consommation et une limitation de fait des droits. En bref, le maintien de ces populations marginales « non désirées » est économisé et la dépopulation de la planète (ou du moins, le contrôle démographique) est facilitée, un objectif « nécessaire » face à la crise du modèle de croissance illimitée.

4) La création de grandes zones de chaos, avec leurs populations désespérées fuyant vers des pays « stables », facilite la domestication des populations dans le « noyau », ou selon les termes de Juan Bosch, la « colonisation de la métropole« , c’est-à-dire l’exploitation de leur propre peuple par la métropole coloniale. Le durcissement progressif des barrières migratoires dans les pays du « noyau » est une politique préventive face à cette crise toujours croissante.

La guerre en Amérique Latine : une conflagration induite

La stratégie du Pentagonisme, tout en sublimant l’option militaire dans tous les domaines et en donnant aux États-Unis un rôle rédempteur spécial, tient discrètement les peuples de la zone « non intégrée » pour responsables de leur ruine.

C’est pourquoi la principale bataille des forces qui provoquent le chaos dans les régions choisies du monde se déroule selon l’esprit de ses citoyens. Il s’agit de cultiver une perception du monde qui favorise la haine des autres, de tenir son propre gouvernement responsable des souffrances de la vie quotidienne et de se retourner violemment contre les institutions et les autorités locales.

La clé de cette stratégie est la démolition de l’État de Droit, et la délégitimation de toute autorité, l’érosion de toute véritable direction des peuples. En même temps, la création de leaders creux et manipulables (Guaidó, Añez) qui seront jetés un jour où l’autre. Il n’est pas question de consolider certains gouvernements fantoches, ni d’empêcher un secteur de la société d’en gouverner un autre. L’idée est plutôt de jeter les bases d’une mauvaise gouvernance indéfinie.

Selon l’analyste Miguel Angel Barrios :

« Dans les opérations US, non seulement un changement de régime est visé, semblable à ceux qui ont eu lieu tout au long du XXe siècle dans Notre Amérique, mais l’objectif est aussi la création d’un chaos régional, semblable aux scénarios au Moyen-Orient qui ont conduit à la destruction de la Syrie et de l’Irak, ainsi que de l’Afghanistan« .

Les signes de ce processus sont là pour que tous puissent les voir. Serons-nous capables de surmonter collectivement notre cécité ?

Claudio Fabián Guevara

Deuxième partie :

Guerre en Amérique Latine (II) – Recette pour embraser un continent

Article original en espagnol : Guerra en América Latina (I): ¿Se perfila el nuevo mapa del Pentágono?, Diario de Vallarta, le 10 décembre 2019.

Traduit par Réseau International

Avis de non-responsabilité: Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.