Print

Il était une fois, au Nouvel An chinois
Par Pepe Escobar
Mondialisation.ca, 21 février 2021
Asia Times 12 février 2021
Url de l'article:
https://www.mondialisation.ca/il-etait-une-fois-au-nouvel-an-chinois/5653949

Bonne Année du Buffle, tout le monde. Et pour la célébrer avec style, en allégeant fugitivement notre fardeau en ces temps de troubles, plongeons dans un rêve à l’intérieur d’un rêve, en revisitant un moment qui changera la donne dans l’histoire chinoise.

Jour de l’An chinois, 1272. À l’époque, il tombait le 18 janvier. Kublai Khan, après avoir émis un édit impérial, établit le début officiel de la dynastie Yuan en Chine.

Il s’agit peut-être d’une dynastie de style chinois dans tous ses accoutrements, établie selon des rituels millénaires et suivant une structure classique. Mais les personnes qui dirigeaient le spectacle étaient sans aucun doute les fils de la steppe : les Mongols.

Kublai Khan avait le vent en poupe. En 1256, il avait commencé à construire une capitale d’été au nord de la Grande Muraille de Chine, Kaiping – rebaptisée Shangtu en 1263. C’était le Xanadu du sublime poème de Coleridge – plus tard décodé par le génie de Jorge Luis Borges, ce Bouddha en costume gris, comme contenant un « archétype non révélé », un « objet éternel » dont « la première manifestation était le palais ; la seconde, le poème ».

En 1258, après avoir combattu, avec succès, une conspiration de la cour, le frère de Kublai, Mongke – alors le Grand Khan – lui confia le commandement stratégique d’une des quatre divisions de l’armée mongole dans une nouvelle offensive contre la dynastie Song en Chine.

Mais Mongke meurt – de fièvre – en 1259, près de Chungking (aujourd’hui Chongqing). La succession fut épique. Le frère cadet du Khan, Ariq – qui était resté dans la capitale mongole Karakorum pour protéger la patrie – était sur le point de la jouer moyenâgeuse pour s’emparer du trône.

Hulagu, également frère de Kublai, et le conquérant (et destructeur) de Bagdad – en fait le conquérant de presque toute l’Asie occidentale – a arrêté sa campagne militaire en Syrie et est rentré chez lui en courant pour soutenir Kublai.

Kublai est finalement rentré à Kaiping. Un khuriltai – l’imposant et cérémonieux conseil mongol des chefs de tribus – a finalement eu lieu. Et Kublai fut proclamé Grand Khan en juin 1260.

Le résultat immédiat fut une guerre civile – jusqu’à ce que Ariq cède finalement.

Six ans après être devenu le Grand Khan, Kublai a commencé la construction d’une nouvelle capitale d’hiver, Ta-tu (« grande capitale »), au nord-est de la vieille ville de Chungtu (c’est là que se trouve le Pékin moderne).

En turc, la ville a été baptisée Khanbalik (« capitale royale »). C’est la ville Cambaluc que l’on retrouve dans les voyages de Marco Polo.

La guerre de Kublai contre la dynastie Song a été une affaire extrêmement longue. Sa victoire finale n’a eu lieu que quatre ans après qu’il soit devenu Grand Khan – lorsque l’impératrice douairière Song lui a remis le sceau impérial.

La dynastie Yuan a changé la donne de facto, car au fond, les Mongols, fils nomades de la steppe, n’ont jamais fait confiance aux Chinois sédentaires, raffinés et urbanisés.

Kublai, lui, était un maître stratège. Il a gardé beaucoup de conseillers chinois très importants. Mais plus tard, ses successeurs ont préféré employer dans l’administration des Mongols, des Musulmans d’Asie centrale et des Tibétains.

Le grand khanat de Kublai comprenait la Mongolie et le Tibet – qui, bien sûr, n’étaient pas chinois. Mais le point le plus extraordinaire est que la Chine des Yuan a en fait été intégrée et/ou absorbée dans l’empire mongol. La Chine a fait partie du khanat.

Suivez le script

La dynastie Yuan a également scellé un moment décisif de l’histoire mongole. Les Mongols ont toujours été ouverts à l’influence de toutes les religions. Mais dans l’ensemble, ils sont restés fondamentalement païens. Ceux qui commandaient vraiment leur attention – et leur dévotion – étaient leurs chamans.

Pourtant, certains Mongols s’étaient convertis au christianisme nestorien. La femme de Kublai, Chabi, était une fervente Bouddhiste. Mais ensuite, la génération de Kublai, en masse, a commencé à se tourner vers le Bouddhisme mahayana. Leurs tuteurs n’étaient pas seulement tibétains, mais aussi ouïgours.

Et cela nous amène à un moment clé. Kublai a décidé qu’il avait besoin d’une écriture mongole unifiée pour rassembler la Babel des langues parlées à travers le khanat.

L’homme désigné pour mener à bien cette formidable tâche fut la Phagspa – le précepteur national de Kublai, le vice-roi du Tibet, et plus tard précepteur impérial, c’est-à-dire l’autorité suprême sur tous les Bouddhistes de tout l’empire mongol.

Phagspa a imaginé un script, sans surprise, basé sur l’alphabet tibétain. Pourtant, il était écrit verticalement – comme l’écriture chinoise, et l’écriture ouïgoure et mongole.

En 1269, trois ans avant le début officiel de la dynastie Yuan, c’est devenu le système d’écriture officiel. Pourquoi est-ce si important ? Parce que c’était le premier système de transcription multilingue au monde.

Ensuite, il y a la question primordiale de la nourriture.

Kublai était un gourmet. Les cuisiniers tenaient un rôle spécial et très prestigieux dans l’univers mongol. Ils étaient de proches compagnons du Khan, qui leur faisait confiance pour que sa nourriture soit toujours exempte de poison. Les cuisiniers étaient également membres du keshig – la garde prétorienne du Khan. Cela signifie qu’ils étaient aussi des guerriers accomplis.

Dans la tradition impériale chinoise, le Fils du Ciel était censé suivre un régime alimentaire parfaitement équilibré ; c’est ainsi qu’il assurait la stabilité du monde entier. Les repas de l’empereur chinois – le lien vivant entre le Ciel et la Terre – marquaient le passage du temps, et l’alternance du yin et du yang.

Kublai, en tant qu’étudiant passionné de la tradition chinoise, a dû être initié par ses conseillers à la cour à un célèbre passage du classique chinois « Le Maître Zhuang ». Le titre approprié, « Les éléments essentiels pour une vie nourrissante », met en scène un dialogue entre le duc Wenhui de Wei et son cuisinier, Ding, qui se trouve être en train de dépecer… un bœuf.

Le plus extraordinaire dans ce récit – qui préfigure en quelque sorte les écrits de Borges – est la façon dont Ding, le cuisinier, décrit son art au maître : comment disséquer un bœuf en guidant sa lame à travers les espaces ouverts entre les articulations.

Il s’agit de se concentrer sur le Dao. C’est-à-dire, suivre le courant – et respecter l’anatomie naturelle. C’est ainsi que l’on apprend à naviguer dans la carcasse complexe de la vie elle-même – sans résistance et sans épuiser l’énergie vitale.

Et voilà : un cuisinier en tant que philosophe taoïste. Borges aurait adoré.

Le message : si nous voulons vivre une vie sur le fil d’un couteau qui ne peut pas être émoussé, nous devons travailler entre les articulations.

Cela ressemble à une leçon de vie dont nous devrions tous tenir compte pour une bonne année Ox-picieuse.

Pepe Escobar

Article original en anglais : Once upon a time on a Chinese New Year, Asia Times, le 12 février 2021.

Traduit par Réseau International

Image en vedette : Kublai Khan en tant que premier empereur Yuan, Shizu. Dynastie des Yuan (1271-1368). Feuille d’album, encre et couleur sur soie. Musée du Palais national, Taipei. Photo : Wikimedia Commons/National Palace Museum, Taipei

Avis de non-responsabilité: Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.