Interdire Dieudonné ? Et pourquoi pas interdire le spectacle de Hollande à Ryad ?

Faut-il rire ou pleurer devant le lynchage médiatique, judiciaire et financier mené par les élites françaises envers un humoriste au moment même où le président de la République François Hollande drague la dynastie des Saoud à savoir l’une des familles royales les plus obscurantistes, les plus violentes et les plus racistes de la planète.

Dans ce pays qui porte le nom de la famille régnante, un cas unique au monde, les plus hautes autorités religieuses affirment que la terre est plate comme un tapis de prière et accusent de blasphème ceux qui contestent leurs thèses.

Selon les estimations, il y aurait entre 10.000 et 30.000 prisonniers politiques en Arabie saoudite.

La discrimination y est érigée en système : envers les chiites, les femmes, les travailleurs immigrés, les laïcs…

Selon l’index mondial de persécution des chrétiens publié par l’ONG Portes ouvertes, l’Arabie saoudite est le 2e pays au monde où les chrétiens sont le plus persécutés.

Les non-musulmans ne peuvent se rendre à La Mecque ni à Médine.

Tortures, châtiments corporels, exécutions, censure viennent compléter le sombre tableau de chasse de la famille régnante.

En août dernier, le blogueur saoudien Raif Badawi a été condamné à sept ans de prison et à 600 coups de fouet pour avoir clamé l’égalité entre « musulmans, chrétiens, juifs et athées ».

Aujourd’hui, Raif Badawi est menacé de décapitation pour avoir proposé de lancer un débat sur la religion. Il est accusé d’apostasie, un crime passible de la peine capitale.

La politique étrangère des Saoud n’est guère plus réjouissante.

Plusieurs groupes terroristes ont en effet été mis sur pied par les services secrets saoudiens en Syrie, en Irak, au Liban, au Sahel, au Yémen, dans le Caucase ou au Pakistan.

Inspirées par le discours des autorités religieuses saoudiennes, ces armées de la haine assassinent chaque jour des dizaines d’innocents, juste pour le plaisir, à la manière des SS.

Est-il vraiment nécessaire de rappeler que, contrairement aux prêches wahhabites, les sketches de Dieudonné n’ont jamais tué personne ?

Des millions de citoyens français ont du mal à comprendre que leurs dirigeants puissent à la fois jeter l’opprobre sur un comique et encenser des régimes tyranniques comme celui des Saoud.

Si la « démocratie française » tient absolument à se couvrir de ridicule et de honte en interdisant la tournée d’un Dieudonné, par souci d’équité, elle devrait également interdire le spectacle de son président à Ryad où il a loué la « sagesse précieuse » du roi Abdallah.

L’humour de Monsieur Hollande aura peut-être amusé la Cour mais il ne fera sans doute pas rire les Syriens victimes des missiles français MILAN livrés par l’Arabie saoudite à Al Qaïda.

Bahar Kimyongür
8 janvier 2014



Articles Par : Bahar Kimyongür

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]